Ressource précédente
Ressource suivante

Niger. Na-Mazarou, flûte sarewa ; Aji Gana Chétima, hautbois alghaïta. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Niger. Na-Mazarou, flûte sarewa ; Aji Gana Chétima, hautbois alghaïta. Spectacle

Date

1995-12-14

Date de fin

1995-12-19

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Musique

Description de la pratique

14-19 décembre 1995

Les musiciens du Niger.
Na-Mazarou, musicien Peul, joue de la Sarewa, flûte à quatre trous appartenant à la tradition des pasteurs. Autrefois faite d'une tige de mil ou de sorgho, la sarewa est aujourd'hui en fer ou en plastique, quelquefois en bambou.
Né à Giwayé dans le département de Dosso, Na-Mazarou a aujourd'hui 56 ans. Après un apprentissage chez le maître flûtiste Doujaba, Na)Mazarou s'installe à Niamey où il forme, voici trente ans, un ensemble de quatre musiciens au sein duquel il est chanteur, flûtiste et joueur de hochet sur calebasse. Au cours des années 50, il commence à interpréter les chants des gands maîtres de son époque.
Ses mélodies, gaies et dansantes, obéissent à un principe de composition courant en Afrique, la centonisation. Ce principe se fonde sur une succession de cellules répétées et variées dans lesquelles le musicien introduit des "accidents" soigneusement préparés. Fidèle à la tradition peul, Na-Mazarou peut introduire dans son jeu des passages fredonnés qui viennent se superposer au son de la flûte.
La bravoure, le courage, la beauté et l'amour sont chantés et joués sous forme de louanges et de devises.
Les 3 pièces présentées ici sont associées à la pratique du sharo, concours de flagellation au cours duquel on mesure l'endurance des jeunes gens. Elles peuvent louer aussi bien celui qui reçoit les verges que celui qui les donne.

Aji Gana Chétima, musicien kanouri (c'est-à-dire Haoussa de l'Est), joue du hautbois alghaïta. Agé de 24 ans, il est né à Maïné Soroa en pays Manga, et a appris son art auprès de son père, Chétima Ganga, célèbre musicien de la caste des griots qui dispense paroles de sagesse, généalogie des chefs traditionnels et récits de leurs hauts-faits. Chétima Ganga étant mort en 1994, son fils a hérité de son répertoire. Son talent reconnu dans tout le pays lui a valu d'âtre surnommé "l'âme du Manga" ou la sirène du Manga.
Instrument d'origine arabe, l'alghaïta est utilisé par de nombreux peuples d'Afrique sub-saharienne. Ce hautbois à pavillon se joue selon la technique de respiration circulaire qui consiste au moment où le musicien doit reprendre son souffle à expirer l'air contenu dans ses joues tout en inspirant par le nez. Il produit un son continu en emplissant ses joues d'air tout en inspirant par le nez.
Les pièces interprétées par Aji Gana Chétima sont associées au thème de la guerre.

-Wada, chant dynastique. Aji Gana Chétima, alghaïta.
-Garba, Louanges à l'endurance d'un champion de sharo. Na-Mazarou, sarewa.
-Garba sorokji, chant d'éloge sur la condition de chef. Aji Gana Chétima, alghaïta.
-Dunia labari, chant consacré à la tradition des griots comme perpétuation de la mémoire des héros. Na-Mazarou, sarewa.
-Asker, pièce militaire jouée pour exhorter les groupes de guerriers au combat et les acclamer à leur retour. Aji Gana Chétima, alghaïta.
-Chéri, morceau récent (1960) composé dans le style traditionnel. Na-Mazarou, sarewa.


La deuxième partie du spectacle concerne les Bamum du Cameroun, Musiciens du Palais de Foumban.

Origine géographique

Niger

Mots-clés

Date du copyright

1995

Cote MCM

MCM_1995_NE_S1

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Niger. Na-Mazarou, flûte sarewa ; Aji Gana Chétima, hautbois alghaïta. Photos Niger 1995-12-14 Photo numérique
Titre Localisation Date Type
Saison 1995 1995