Ressource précédente
Ressource suivante

Haïti. Mimi Barthélémy. "La dernière lettre de l'Amiral", accompagnée par Josep Maria Balanya, piano. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Haïti. Mimi Barthélémy. "La dernière lettre de l'Amiral", accompagnée par Josep Maria Balanya, piano. Spectacle

Sous-titre

D'après un récit de Jonier Marin, mise en scène Emmanuel Plassard, lumières Eric Wurtz, scénographie Elodie Barthélémy. Contes et chants.

Date

1992-06-02

Date de fin

1992-06-14

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Contes

Description de la pratique

2-14 juin 1992
Mimi Barthélémy, Haïtienne est actuellement une des plus grandes conteuses francophones. Accompagnée d'un pianiste espagnol, elle nous parlera des Caraïbes et de la rencontre des deux mondes au travers de contes, de chants et de textes contemporains.
Elle réside en France depuis 1982 et se consacre à un théâtre fondé sur la mémoire et le métissage culturel de son peuple. Elle réadapte et conte des histoires de la tradition orale.
Elle a imaginé avec l'artiste colombien Jonier Marin, le récit de ce spectacle sur la découverte des Amériques et "la rencontre de deux mondes".
Le texte écrit par Jonier Marin est la trame du spectacle, voyage imaginaire à travers la découverte mutuelle des personnages. Ceux-ci échangent leur histoire par l'intermédiaire de contes d'origines caraïbéenne et amérindienne.
La musique (création originale pour piano) est l'initiatrice des émotions et des révoltes. Elle sert de tremplin à la comédienne-conteuse pour faire progresser le récit. Le décor est une toile peinte sur laquelle sont collés des tissus rappelant des habits d'adultes et d'enfants, sorte d'ex-votos sur ce qui peut être une voile de bateau échoué.
Sous cette "voile" deux mondes se dessinent:
-Celui de l'indienne, espace nu, libre, où la comédienne-conteuse devient une magicienne chantant et racontant au public son histoire. Elle est tantôt proche de lui, tantôt occupe tout l'espace quand elle conte et chante.
-Celui du pianiste. Le piano est figé comme une terre ferme d'où ressurgit par sa musique une histoire oubliée. Le pianiste sert aussi d'objet du récit: il est successivement l'amiral aimé, le nègre sauveur et l'homme au parler singulier.

L'aller et retour le récit et les contes est une invitation à un embarquement sur le pont du bateau de la désillusion: l'autre n'est plus l'objet rêvé ou imaginé mais un sujet vivant, riche, extérieur à soi. C'est alors qu'on redécouvre son propre imaginaire, sa propre histoire.

Mimi Batthelemy, contes et chants.
Née en Haïti, elle obtient une maîtrise en Lettres espagnoles à Paris X, un doctorat de troisième cycle d'Etudes Théâtrales et Cinématographiques à Paris VIII.
Elle se dédie à un théâtre fondé sur la mémoire de sa famille et de son pays. Ainsi elle participe comme dramaturge, auteur et comédienne à la création de "Madéa" avec Eduardo Manet (Petit Théâtre de Poche Montparnasse, 1965) et à "La Cocarde d'Ebène" avec Claude Alranq (Printemps des Comédiens de Montpellier, 1989)
Depuis 1982, elle réadapte et conte des histoires de la tradition orale d'Haïti et donne de nombreux spectacles.
En 1987-1988, elle crée "Le Petit Contoire" et présente au public parisien les conteurs les plus prestigieux.
Elle gagne en 1989 le Becker d'Or au 3e Festival des Francophonies de Limoges et au Festival de Montpellier-Danse en 1991. En janvier 1992, elle conte au Petit Guichet Montparnasse où elle accueillait sur scène différents musiciens et conteurs.

Josep Maria Balanya, piano et composition
Né à Barcelone, il y fait ses études de piano où il étudie avec Vince Benedetti, Fritz Pauer et Joe Haider. En 1984 il participe au "Workshop" avec le pianiste Sir Roland Hanna et joue dans diverses formations de jazz se produisant en Europe.
En 1987 il enregistre au Mexique - dans la forêt - et dans la Basse Californie pour son projet de "Jazz Ecologique".
Depuis 1988 il poursuit son projet de jazz acoustique contemporain avec Hans Koch. Ses influences musicales proviennent des compositeurs du XXe siècle, tant du jazz (Bill Evans, T. Monk) que de la musique contemporaine (I. Stravinsky, O. Messiaen, B. Bartok, E. Satie)

Jonier Marin, artiste-écrivain
Né en 1946 en Colombie. Vit à Paris depuis 1983. Publie des articles dans les revues d'art en France, Colombie et Brésil. Depuis 1970, expose ses peinture, dessins et vidéos.

Emmanuel Plassard, mise en scène
Comédien de la Compagnie Philippe Genty depuis 7 ans. Il participe à la création de deux spectacles de la compagnie "Rond comme un cube" et "Désirs parade"
Assistant de jacques Nichet pour "Le Magicien prodigieux" de Calderon. Création et mise en scène des spectacles "La nuit, La Cévenne, Le Conte", "La nuit la plus longue" 1989, "Du familier à l'étrange" 1990, "A la recherche d'une civilisation oubliée ou à venir" 1991.


La dernière lettre de l'Amiral.
Un soir Igaréna, indienne arawack, recueille un homme échoué sur la plage de son île Caraïbe. Ni l'un ni l'autre ne sont du même monde. Un lien indicible les unis au-delà du langage des mots. Cet amiral rêveur, fou de l'astrolabe, jalousé, emprisonné, dépossédé à son tour, meurt en laissant Igaréna seule. Elle rencontre alors un ancien esclave noir. Ils se racontent l'un à l'autre et ont une fille Caribana, vraie fille de la Caraïbe. Un jour Igaréna trouve son nègre égorgé. En creusant sa tombe elle découvrira dans un coffre une lettre que l'Amiral lui adressait... La petite Caribana apprendra de sa mère les richesses et les blessures de ses origines, à parler au soleil, à la lune, aux étoiles et à lire l'héritage de l'Occident dans "la dernière lettre de l'Amiral"...

L'évocation de cette recherche d'identité se fera à travers les contes suivants:
Création du soleil et de la lune (mexicain)
L'oiseau soleil (vénézuelien)
Légendes des Indiens des Antilles
Le tonnerre et l'enfant (guyanais)
La personne qui asséchait les coeurs (martiniquais)
Ile de la femme endormie

La dernière lettre de l'Amiral, adressée à Igaréna
"J'ai vu dans mes songes tourner la sphère bleue des océans. Depuis toujours nous voyageons vers les étoiles. Le chemin de ma caravelle n'est qu'un court fragment de cette ligne sur laquelle nous nous sommes rencontrés. Tu es ma plus belle escale dans ce voyage vers le cosmos !
Je suis venu avec des millénaires de richesses et j'ai rencontré la splendeur d'un histoire différente. Nous n'avons pas eu le temps d'en parler. Mais ne sommes-nous pas embarqués vers le même destin ?
Naviguer est nécessaire, vivre n'est pas nécessaire.
Ton empire de soleils sera dévasté, l'étranger emportera l'or et laissera son langage lié à celui de ton chant. Des libérateurs viendront, l'épée à la main, au secours de ta douleur. Ils viendront à travers les vallées et les blancs sommets et tomberont à leur tour bléssés par l'invisible poignard de la désillusion.
Tu m'as fait sentir que le véritable voyage est celui de l'étreinte, que le véritable rêve est celui qui palpite en nos mains. Les fous de l'astrolabe ont été des rêveurs. Nous sommes faits de la poussière de ces étoiles qui nous voyons briller sur l'océan. Quand mes nerfs arriveront sur la lune, tu seras avec moi et, de là nous verrons surgir chaque matin ce pays unique et rond, la terre".

Composition

Textes

Mise en scène

Origine géographique

Haïti

Mots-clés

Date du copyright

1992

Cote MCM

MCM_1992_HT_S1

scenographer

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Haïti. Mimi Barthélémy. "La dernière lettre de l'Amiral", accompagnée par Josep Maria Balanya, piano. Photos Haïti 1992-06-02 Photo numérique
Haïti. Mimi Barthélémy. "La dernière lettre de l'Amiral", accompagnée par Josep Maria Balanya, piano. Affiche Haïti 1992-06-02 Affiche
Titre Localisation Date Type
Saison 1992 1992