Ressource précédente
Ressource suivante

Colombie. Le lamento, chants de funérailles noirs des côtes Pacifique et Caraïbe. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Colombie. Le lamento, chants de funérailles noirs des côtes Pacifique et Caraïbe. Spectacle

Sous-titre

Buenaventura. Palenque.

Date

1986-10-21

Date de fin

1986-10-26

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Musique

Description de la pratique

21-26 octobre
"Lamento" recouvre une attitude humaine devant la mort, un moment au cours duquel toute micro-société communique un style de musique autant qu'une expression poétique gestuelle et théâtrale.
C'est souvent la musique qui, emprisonnant le temps au moment des funérailles, permet le télescopage du passé, du présent et de l'avenir et offre ainsi face à la douleur, plus qu'un refuge, une véritable thérapie.
Grâce au processus de la lamentation, organisée et rétribuée, la communauté passe du stade de la résignation passive et désespérée au niveau de l'action, voire de l'agressivité contre la mort, puisque la cérémonie de lamentations, si modeste soit-elle, s'accompagne toujours de gestes codés, de danses et même parfois de transe.
La Colombie des noirs venus d'Afrique aux temps de l'esclavage possède plusieurs formes de lamentos selon les aires géographiques. Avec le Lumbalu de Palenque sur la côte Caraïbe et l'Alabado de Buenaventura sur la côte Pacifique, les communautés noires cultivent une tradition qui leur permet de surmonter la tristesse. Ces deux expressions du « pleur » ritualisé répondent à des circonstances différentes et s'expriment selon des schémas musicaux et théâtraux particuliers.
Le Lumbalu représente un rituel funèbre destiné aux morts adultes et exécuté par des professionnels (Musiciens, joueurs de tambours) et femmes chanteuses-pleureuses. Ce rituel dérive directement de l'Afrique où la douleur devenant exubérante se rythme au son des percussions pour mieux changer de forme et se transcender.
Le grand tambour, le Pechiché soutient le tempo qui s'accélère au cours de la nuit de veille dans les villages. Le Ilamador (celui qui appelle) invite les gens à se grouper et à danser. Ce sont des hommes qui battent inlassablement à mains nues les peaux de veau tendues sur les cadres de bois (taillés dans des arbres sacrés). Les femmes chantent, en monodie, appliquant parfois le système de tuilage pour soutenir une chanteuse principale (ici, Graciela Salgado, une très vieille femme à la toison blanche cotonneuse). Elle raconte les épisodes de la vie du mort avec une telle énergie, que souvent les gens rient en dansant. Elle manie aussi le pathétique et l'associe à des qualités d'improvisation étonnante.
Autour du mort, buvant force alcool, mangeant et dansant toute la nuit, les pleureurs emportent la communauté dans un espace différent qui lui permet à l'aube de precéder à l'enterrement avec une sorte de sérénité.
L'Alabado consiste à chanter la mort d'un adulte, la mort d'un enfant de moins d'un an ; le Chigualo ou l'anniversaire de la mort d'un saint.
A l'intérieur des terres ce sont les femmes qui chantent, sur la côte, les hommes.
Le texte exprimé dans un espagnol spécial, très local, est une longue semi-improvisation poétique au cours de laquelle viennent s'enchevêtrer des légendes.
"Une nuit d'Alabado arrivent les messagers du roi d'Espagne. "Cessez ce bruit ; la reine ne peut dormir ! - Retournez dans vos palais et que le roi reste dans son royaume. Nous sommes chez nous "Chigualons" un enfant mort!". Le roi sort de son lit et la reine aussi. Elle met une grande robe blanche et va écouter la musique. Elle sourit. La musqiue lui plait. Elle danse avec le roi. Comme elle est enceinte, elle accouche pendant la danse".
L'Alabado représente une forme de polyvocalité se répartissant en trois voix et produisant des accords à la quarte et à la quinte. Généralement aucun instrument n'accompagne le chant. Les chanteurs et les chanteuses de Lamento souvent issus des couches pauvres de la société, acquièrent au sein du village ou du quartier, une sorte de statut spécial qui leur confère une importance sociale.

Origine géographique

Colombie

Mots-clés

Date du copyright

1986

Cote MCM

MCM_1986_CO_S1

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Colombie. Le lamento, chants de funérailles noirs des côtes Pacifique et Caraïbe. Affiche Colombie 1986-10-21 Affiche
Titre Localisation Date Type
Saison 1986 1986