Ressource précédente
Ressource suivante

Malaisie. Ensemble de Kempeling de Batu Pahat. Chant de Kassidah. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Malaisie. Ensemble de Kempeling de Batu Pahat. Chant de Kassidah. Spectacle

Sous-titre

par le soliste Abder Rahman Baladi

Date

1986-06-03

Date de fin

1986-06-04

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Cérémonie, rituel

Description de la pratique

3-4 juin 1986.
La Malaisie comporte plusieurs lignes de force culturelles, elles-mêmes soutenues par les religions auxquelles adhèrent les différentes couches de population du pays : les Malais de souche se répartissent entre l'Islam et l'Animisme, les chinois entre le Taoïsme et le Confucianisme, les indiens entre l'hindouisme et le bouddhisme, cependant l'islam reste la religion principale et réglemente l'ensemble de la vie sociale.
Aussi ce n'est pas seulement au cours des fêtes religieuses islamiques que le Mauled et le Kempeling sont exécutés mais à l'occasion de rencontres et de célébrations, telles les naissances, les circoncisions, les mariages, les anniversaires, les funérailles, la convalescence d'un malade, le détournement d'une épidémie, le succès militaire ou politique, les actions de grâce pour une bonne récolte, ou la réussite d'un individu ou d'un groupe.
Les fonctions multiples du Kempeling se complètent par un rôle pédagogique important puisqu'il s'agit d'un événement non-lithurgique exécuté dans la cour des mosquées, sur un lieu de pèlerinage, ou plus simplement dans les jardins ou la pièce de réception des maisons privées.
Le Kempeling cependant, célèbre toujours la naissance du prophète Mohamed qui prend place le douzième jour du troisième mois du calendrier lunaire (Rabi' al Awal) même si l'exécution de la cérémonie se déroule à n'importe quelle date.
Les musiciens, bien que fins exécutants et grands connaisseurs du chant et des textes poétiques se considèrent comme des non-professionnels. Ils ne sont pas "musiciens" mais participants à un événement communautaire. L'audience joue le jeu en prenant part au système de questions-réponses entre le soliste et le choeur. Au cours de séances de Kempeling, les participants ne reçoivent pas d'argent mais se délectent de mets et de boissons choisis pour eux. Généralement un kempeling exécuté par des hommes exige un public d'homme et celui exécuté par les femmes, un public de femmes.
Le Kempeling se compose d'un ensemble d'éléments : une vocalisation en solo ou en choeur, sur une littérature orale poétique ou en prose, avec un accompagnement de tambours (Kempeling 1, 2, 3, 4 ; Jodor et Kompang).
Les textes se basent sur quatre genres littéraires, événements biographiques concernant la naissance du prophète (Sirah), les éloges du Prophète (Kassidah), la récitation coranique et les invocations pour une bénédiction (Du'a). Chaque kempeling comprend au moins dix-huit chants.
Au cours du premier genre, les solistes se livrent en arabe à des narrations d'anecdotes surprenantes et parfois amusantes sur les qualités physiques et spirituelles du Prophète. Le nombre d'anecdotes dépend de l'inspiration des participants mais surtout de la réponse enthousiaste ou tiède du public. Le soliste improvise sur un rythme libre et le public répète le motif en se livrant parfois à des vocalises pour retourner aux tons d'une stabilité modale.
Le second genre se donne, soit en arabe, soit en malais. Le "Madih" est la forme générale de l'éloge et la Kassidah, une ode spécifique monorythmique. Là encore, au cours du Madih, le soliste improvise une litanie en alternance avec le groupe. Parfois, les chanteurs du groupe ornementent autour d'un bourdon central. Il arrive qu'un des chanteurs enrichisse encore l'unisson des voix par une courte ligne mélodique répétitive se déplaçant autour de la ligne principale.
S'il est vrai qu'à l'intérieur des mosquées, l'usage des instruments de musique soit fortement désapprouvé, les exécutants du kempeling les utilisent cependant, puisqu'ils se livrent à un événement non liturgique. Ils se servent de tambours sur cadre à une peau, de tambourins à sequins, de tambours à deux peaux. Ils utilisent très rarement des instruments à cordes et à vents.
Les participants s'asseyent ou se placent à genoux et en ligne. Ils adoptent soit la position de lignes parallèles, soit forment un ovale. Les mouvements qui accompagnent la musique ne sont jamais considérés comme une danse en Malaisie mais comme un soutien de l'inspiration qui peut mener jusqu'à l'unité avec dieu : une véritable technique de la transe. Ils consistent en balancement de la tête et inclinaisons du torse, les bras ondulant parfois comme au milieu des vagues. Cette chorégraphie enracinée au sol finit par gagner le public qui sans se déplacer, se balance sur place et se laisse porter par la musique sacrée.

PROGRAMME
1.Kassidah : Abdul Rahman Albalani
2.Kempeling : Haji Marhaban Kasto ; Suit Buhani ; Abdul Samad Hasnan ; Shariff Abdul Rachid ; Lan Haji Kassan ; Suim Bahani ; Hasim Ihsan ; Saimon Sardan ; Pawet Satar ; Mohamad Sanif Seman.

Le groupe qui vient de Johore, un état du sud-ouest de la Malaisie est dirigé par Abdul Halim Bin Abu Bakar.

Origine géographique

Malaisie

Mots-clés

Date du copyright

1986

Cote MCM

MCM_1986_MY_S1

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Malaisie. Ensemble de Kempeling de Batu Pahat. Chant de Kassidah, par le soliste Abder Rahman Baladi. Photos Malaisie 1986-06-03 Photo numérique
Titre Localisation Date Type
Saison 1986 1986