Ressource précédente
Ressource suivante

Inde. Danses de mariage du Ladakh. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Inde. Danses de mariage du Ladakh. Spectacle

Date

1984-05-22

Date de fin

1984-05-29

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Danse

Description de la pratique

22-29 mai 1984
Le Ladakh se situe au nord de l'Inde et à l'est du Cachemire. Les peuples du Ladakh d'origine tibétaine vivent du pastoralisme de haute montagne. Pour eux le mariage devient l'affaire de la communauté et se déroule sur la place publique, après enlèvement de la fiancée, même si celui-ci est aujourd'hui arrangé d'avance.
La cérémonie bag-log qui suit donne lieu à des beuveries de bière chang et de thé salé au beurre de yak. Les hommes chantent tandis que les femmes disposent les objets rituels sur l'aire de la danse : un brasero, des coupelles de beurre et des poudres de senteurs, puis l'on apporte les instruments, hautbois shanaï et timbales.
Les femmes qui ont revêtu le peyrac, immense queue de cuir et de textile incrustée de turquoises et portée sur le sommet du crâne, entrent dans la danse à pas glissés. Elles lancent leur écharpe en direction des quatre points cardinaux. Les lhamo (femmes-chamanes) et les labhea (hommes-chamanes) jouent de leurs mains tendues à saisir les esprits de la montagne : même si le bouddhisme s'est répandu, les anciennes croyances demeurent.

PROGRAMME :

1.Larna
Débute toute réunion sociale où interviennent la musique et la danse. C'est une sorte de dictionnaire musical du Ladakh, car il contient 360 mélodies différentes et peut durer plusieurs heures. L'ensemble instrumental a pour but d'attirer les bénédictions et de placer la cérémonie, la fête ou la rencontre sous de bons auspices (sorte d'acte d'action de grâce).
Instruments de musique (en général au ladakh, tous les instruments sont doublés)
-Surna, sorte de hautbois, le musicien emploie la respiration circulaire pour jouer
-Daman, percussion double, s'apparente au Naggara du nord de l'Inde. Autrefois les musiciens ambulants plaçaient le Daman sur le dos des yaks, même pour le plus petit des parcours.
-Daf, petit tambour sur cadre.

2.Danse de rencontre
Après les joutes chantées destinées à retenir la fiancée dans la maison de sa famille, les Nyepoa (ami du fiancé), précédés par le Néokhpun (oncle du fiancé et chanteur principal), entraînent la fiancée et ses proches à l'extrémité du village ou sur la route du village du fiancé. Ils dansent jusqu'au moment où ils rencontrent le lama, qui jette par terre un pot de terre, et lit d'après la disposition des morceaux brisés, le destin des fiancés unis dès cet instant. Les musiciens, souvent ambulants, appartiennent à la communauté Môn.

3.Danse de Shoon-Dol
Lorsque le mariage a lieu au moment de la nouvelle année (calendrier tibétain) la danse prend le nom de Shoon-dol.
Autrefois les rois du Ladakh invitaient pendant le 7 jours du Losar (nouvel an) tout le peuple dans le palais. Si les nobles se tenaient à part, les agriculteurs et les bergers participaient à la fête commune.
A la fin des célébrations, les femmes de haute condition sociale (ayant le droit de porter le Perak, cette étrange coiffure-cobra recouverte de turquoises) prenaient part à la danse. Les pas spéciaux de recul et d'avancée expriment la louange au souverain pour se générosité.
Le geste de croiser les poignets et de frapper les bracelets de conque de nacre l'un contre l'autre exprime la gratitude et el respect. Le mouvement consistant à fermer la main, paume vers le sol et à l'ouvrir, paume vers le ciel, signifie que l'exécutant ramasse une offrande (plante, pierre, ou poignée de terre) et l'offre aux dieux.

4.Spa-Woo, la danse des invincibles
A l'occasion des mariages les invités content et miment une épopée. L'épopée du Kesar se trouve aussi bien au Ladakh, qu'au Tibet et en Chine.
A l'origine, cette tradition colportée par des conteurs ambulants, rassemblait les villageois pour écouter l'histoire connue de tous ; celle des 18 Invincibles qui défièrent et défirent les envahisseurs Mongols (Hors) au cours de la grande bataille de la route enneigée.

5.Chant de fécondité Môn
Les musiciens ambulants se livrent à une longue série de souhaits pour le bonheur des nouveaux époux. Les voix de femmes aigrelettes sont caractéristiques des hautes régions himalayennes. Le daf et la flûte à double tuyau accompagnent le chant.

6.Danse Jabroo
Changtheng, à l'Est de Leh est la région la plus élevée du Ladakh. Des pasteurs nomades la sillonnent avec leurs chèvres, leurs moutons et leurs yaks. Ils demandent l'hospitalité pour la nuit dans une maison du village et en retour jouent des mélodies sur le Sdam-Nyan (sorte de Rhobab ou luth à manche court, touché par un plectre de corne).

7.Danse Tur-tak
Autrefois, Kaplo et Askardo, deux parties du Ladakh, s'affrontaient sans merci. Après la bataille des rois, la danse de tur-tak décrit le retour victorieux des Askardo.

8.Man-tog stanmo
Chant de la vallée de Nobra. Au printemps les jeunes gens et les jeunes filles grimpent dans les pâturages très élevés pour cueillir des fleurs et des plantes médicinales. Dès que le soleil monte, ils déposent leurs récolte sur les deux rives d'une rivière pour la faire sécher. Puis il s'invectivent jusqu'au soir en s'éclaboussant d'eau.

9.Isib-loo
Chant d'amour et de fidélité destiné à être crié dans les hautes prairies.

10. Chant Skyam-tse
Cette vieille danse de cour devenue danse de gratitude pour les fêtes et les mariages en particulier, consiste à transporter avec précaution les pots de Chang (bière d'orge locale) devant l'hôte de la maison, puis à les placer sur la tête en mimant un itinéraire labyrinthique.

11.Tashipa-tse
Danse de paix et de bénédiction, avant de quitter la maison du marié, à la fin de la fête, à l'aube du dernier jour.

Origine géographique

Inde

Mots-clés

Date du copyright

1984

Cote MCM

MCM_1984_IN_S4

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Inde. Danses de mariage du Ladakh. Photos Inde 1984-05-22 Photo numérique
Titre Localisation Date Type
Saison 1984 1984