Ressource précédente
Ressource suivante

Etats-Unis. Texas fiddling et ballades appalachiennes. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Etats-Unis. Texas fiddling et ballades appalachiennes. Spectacle

Date

2016-12-01

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Musique

Résumé

Le célèbre folkloriste anglais Cecil Sharp (1859-1924) raconte que séjournant dans les Appalaches pendant la Première Guerre mondiale, il se retrouva dans une communauté où le chant tenait autant de place que la parole. Et c’est avec gourmandise qu’il échangea des chansons avec plusieurs personnes, soulignant notamment l’importance de l’individu ou d’une famille dans la préservation des musiques traditionnelles aux Etats-Unis. Un siècle plus tard, Sheila Kay Adams et Wes Westmoreland en administrent la preuve, l’une en Caroline du Nord, l’autre au Texas.

Programme détaillé

PREMIÈRE PARTIE : SHEILA KAY ADAMS
Little Mathey Groves (ballade a cappella)
Histoire de l’adultère entre un jeune page et la femme de son seigneur s’achevant par la mort des deux amants.
My Dearest Dear (ancienne ballade anglaise a cappella)
Chant de séparation de deux amants.
Mole in the Ground (chanson accompagnée au banjo)
Chant de prisonnier dont le titre complet est I Wish I Was a Mole in the Ground. « Je voudrais être
une taupe sous la terre, je voudrais être un lézard au printemps… »
Soldier Traveling from the North (ballade américaine a cappella, avec Lucretia Tedford)
Un soldat confédéré revenu du Nord est accueilli par sa belle. Elle met son cheval à l’écurie, lui fait à
manger, puis se donne à lui l’exhortant : « Mon soldat chéri, emmène-moi, sinon je serai déshonorée ».
Fly Around My Pretty Little Miss (chanson accompagnée au banjo)
Chanson à danser humoristique sur le temps qui passe : « Quand j’étais petit, ce que je voulais c’était
un couteau. Devenu grand, ce que je voulais c’était une femme. Maintenant je suis vieux, ce dont j’ai
besoin, c’est d ’un couteau ».
Yellow Rose of Texas (chanson accompagnée au banjo)
Un jeune noir se réjouit d’aller rejoindre son amie, une mulâtre (yellow girl) du Texas.
His Bright Smile Haunts Me Still (ballade a cappella)
Lamentation sur un amour perdu dont le sourire hante jour et nuit la narratrice.
I’ll Fly Away (cantique protestant)
Chant de deuil composé en 1929 par Albert E. Brumley et passé dans la tradition populaire.

DEUXIÈME PARTIE : WES WESTMORELAND
Tom and Jerry (trad.)
Snow Shoes (trad.)
Kentucky Waltz (trad.)
Jesse Polka (trad.)
East Tennessee Waltz (trad.)
Snow Flake Reel (trad.)
Faded Love/Maiden’s Prayer Medley (Bob Wills)
Home in San Antone (Bob Wills)
Comanche Hit and Run (Bob Wills)
Ashoken Fairwell (Jay Unger)
Chuck in the Bush (trad.)
Grey Eagle (trad.)
High Level Horn Pipe (Howdy Forrester)
Beaumont Rag (trad.)
Clarinet Polka (trad.)
Waltz for Bridget (Rich O’Brien)
Me and My Fiddle (Benny Martin)
Sally Goodin’ (trad. – d’après un enregistrement d’Eck Robertson de 1922)
Big Taters in the Sandy Land (trad.)

Présentation des artistes

Sheila Kay Adams est l’héritière de sept générations de conteurs et de chanteurs de ballades de Caroline du Nord. Elle chante a cappella ou s’accompagne au banjo dans ce style à la fois percussif et rythmique que l’on appelle clawhammer. Sheila Kay Adams est née dans les années 50 et a grandi dans ce comté de Madison qui inspira à Clint Eastwood un de ses films les plus mélancoliques, Sur la route de Madison. Cette région des Appalaches, colonisée au milieu du XVIIe siècle par des Ecossais et des Irlandais, est réputée pour sa tradition ininterrompue de ballades, de chansons accompagnées au banjo et de cantiques populaires.
La ballade est un chant narratif populaire dont chaque strophe est chantée sur une seule et même mélodie. La forme en a été fixée en Europe au XVe siècle. Elle fut introduite dans les colonies d’Amérique par les pionniers anglais et écossais et s’est perpétuée oralement jusqu’à nos jours, en particulier dans les régions rurales du sud-est des États-Unis. Dans la région des Appalaches, on distingue deux répertoires de ballades, celles importées de Grande-Bretagne appelées également child ballads et celles qui sont nées en Amérique (native American ballads). Les textes explorent des thèmes comme l’amour, la bravoure, la trahison, parfois aussi des événements légendaires et surnaturels, avec parfois une extrême violence. Du point de vue de la forme, ce sont généralement des strophes rimées de quatre hexasyllabes et octosyllabes alternés avec un refrain qui est soit indépendant soit intégré sous la f orme d’un ou deux vers à l’intérieur de chaque strophe.

Sheila Adams s’est formée auprès de sa grand-tante Dellie Chandler Norton (1898-1993), une des chanteuses de ballades les plus réputées de la région, et d’autres chanteurs de la communauté comme Dillard Chandler et la famille Wallin. Elle a commencé à se produire en public dès son adolescence. Elle a participé à plusieurs festivals internationaux tels que l’International Storytelling Festival de Jonesborough, Tennessee et à plusieurs reprises au Smithsonian Folklife Festival qui a lieu chaque année à Washington. Sheila Adams a reçu en 2013 le National Heritage Fellowship qui est attribué chaque année par le Fonds National pour les Arts (National Endowment for the Arts) à un détenteur remarquable de patrimoine culturel immatériel. La North Carolina Folklore Society lui avait auparavant décerné le Brown Hudson Award en reconnaissance de sa contribution à l’étude des traditions populaires de Caroline du Nord et elle a reçu en 2016 le North Carolina Heritage Award.

Howard Dee “Wes” Westmoreland a grandi dans une famille d’origine écossaise du comté de Comanche, au Texas, qui compte aujourd’hui sept générations de musiciens. Wes a appris le violon dans les années 70 auprès de son grand-père Howard Dee “Bus” Westmoreland. Il fait partie de ces quelques musiciens d’exception qui continuent de faire rêver les jeunes Texans de la campagne et gardent vivante cette tradition du Texas-style fiddling au jeu ample et syncopé. Pendant ses jeunes années, il ne rate aucune fête, festival, compétition ou fiddle camp, accompagné à la guitare par son père Butch ou par son oncle Eugene. Après le lycée, il commence des études de chimie puis, son diplôme en poche, décide de se consacrer à la musique. Il travaille pendant quatre ans avec le chanteur de country Boxcar Willie avant de passer dix années à sillonner le pays au sein du grand ensemble de Mel Tillis, un autre célèbre chanteur de country music. Ce n’est qu’après son mariage et la naissance de son fils Tanner qu’il prend conscience que cette vie sur les routes le détourne de sa famille.

En 1999, il plaque tout, rentre au Texas et reprend ses études à l’université de Houston. Il obtient son doctorat de pharmacie en 2003 et est engagé comme pharmacien hospitalier au Scott and White Hospital de Temple. Mais il n’abandonne pas le violon pour autant et, pour le plaisir, continue année après année de rafler les plus prestigieuses médailles du Texas : Grand Champion au Llano Fiddle Fest en 2013 et 2014, Champion de l’État du Texas en 2015. Son répertoire, très vaste, comprend des morceaux à danser traditionnels : polkas, valses, gigues, reels d’origine irlando-écossaise, mais aussi des ragtimes en doubles-cordes à la virtuosité diabolique et des thèmes de swing.
Le violon à la texane (Texas-style of old-time fiddling) se caractérise par une technique de doigté brillante (flashy fingering) et un jeu d’archet ample et généreux qui fait appel à toutes les ressources de l’avant-bras et du poignet. Contrairement au jeu de violon appalachien basé sur un poussé - tiré de l’archet peu accentué et donc relativement monotone, le phrasé texan est riche et généreux, avec des respirations, des glissandi, des sauts d’octave. Ceci s’explique par le fait qu’au moment où la pratique du quadrille périclitait, les violonistes texans, pour maintenir l’intérêt du public, développèrent un jeu virtuose dans lequel les mélodies destinées à la danse devenaient un support à l’improvisation de variations brillantes et donc excitantes pour l’auditeur. Peu à peu, les rassemblements dédiés à la danse cédèrent la place à des concours à l’échelle du comté ou de l’État où, aujourd’hui encore, s’affrontent sur des scènes de plein air des centaines de musiciens au milieu des odeurs de bière et barbecue.

Auteur du programme

Origine géographique

Etats-Unis

Date du copyright

2016

Cote MCM

MCM_2016_US_S1

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Etats-Unis. Ballades appalachiennes, Sheila Kay Adams. Photos Etats-Unis 2016-12-01 Photo numérique
Etats-Unis. Texas fiddling, Wes Westmoreland et Anthony Mature. Photos Etats-Unis 2016-12-01 Photo numérique
Etats-Unis. Texas fiddling, Wes Westmoreland et Anthony Mature. Vidéos Etats-Unis 2016-12-01 Vidéo numérique
Etats-Unis. Ballades appalachiennes, Sheila Kay Adams. Vidéos Etats-Unis 2016-12-01 Vidéo numérique
Etats-Unis. Texas fiddling et ballades appalachiennes. Programme Etats-Unis 2016-12-01 Programme de salle