Ressource précédente
Ressource suivante

Bangladesh. Les orgues à bouche des Murung. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Bangladesh. Les orgues à bouche des Murung. Spectacle

Date

1997-03-10

Date de fin

1997-03-12

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Musique

Description de la pratique

Les Murung
L'ouest du Bangladesh, derrière la plaine de Chittagong, est constitué de collines couvertes de jungle, les Hill Tracts, qui enjambent la frontière avec la Birmanie. Cette région abrite des populations parlant des langues tibéto-birmanes qui ne possèdent aucun point commun avec le bengali.
Parmi ces peuples des collines, les Murung, au nombre de 50 000 environ, se répartissent au sud de la région de Bandarban. De chasseurs-cueilleurs, ils sont devenus agriculteurs, mais la recherche de nouvelles terres arables les contraint à un semi-nomadisme. Les Murung sont organisés en petites communautés de quinze à vingt machang, habitations légères sur pilotis et construites en vannerie. Ces communautés patrilinéaires et exogames sont placées sous l'autorité d'un chef de clan (karbari).

Le sachiacum, sacrifice de la vache
La religion murung se fonde sur un large panthéon de divinités qui sont en relation avec les plantes, les animaux, les pierres et les cours d'eau.
Un des principaux mythes murung relate la faute d'une vache messagère envoyée par le dieu Turay et portant des rouleaux écrits dans sa bouche. Après avoir distribué les précieux conseils aux peuples de la baie de Chittagong, l'animal, en se rendant chez les Murung, pris d'une faim subite, dévore les rouleaux sacrés.
Abandonnée aussitôt par la divinité courroucée, la vache est livrée aux hommes qui la tuent rituellement après chaque moisson, revendiquant peut-être par cet acte sacrificiel (sachiacum) la nostalgie d'une écriture et d'une liturgie.
Le sachiacum est le pivot spirituel et social autour duquel s'organisent la plupart des manifestations de danse et des musique destinées à la satisfaction des esprits.

Orgues-à-bouche plung
L'instrument de musique privilégié des hommes célibataires est l'orgue-à-bouche plung. Ces instruments sont joués en orchestre de dix à vingt instruments répartis en plusieurs familles, du plus petit qui mesure une vingtaine de centimètres au plus grand qui peut dépasser les deux mètres. Lors des occasions plus intimes, les Murung utilisent un orgue-à-bouche légèrement différent, le rina plung.
Les plung sont fabriqués à partir d'une calebasse et de tiges de bambou et, comme ils sont rarement utilisés, ils se détériorent vite et nécessitent des réparations ou même des remplacements. Dans le même ordre d'idée, les jeunes gens qui composent l'ensemble des musiciens changent souvent. Dès que l'un d'eux se marie, il doit quitter le groupe. Ceci oblige les nouveaux musiciens à apprendre à jouer des divers instruments.
Parfois le long flot sonore est rythmé par les battements d'un koang, tambour à deux peaux tendues sur un fût de bois d'une quarantaine de centimètres et par des gongs. Cette formation accompagne les cortèges funéraires jusqu'aux champs de crémation.
La musique de plung s'organise en une suite de deux parties alternées. La première, lente et libre, permet au son de s'établir puis de se développer. Se repérant sur les mouvements de tête et du buste des musiciens, les femmes se livrent à de légers déplacements chorégraphiques consistant à déporter le poids du corps sur une jambe puis sur l'autre et à frapper furtivement le sol du talon. La deuxième, rythmée et totalement répétitive, engage les musiciens et les danseuses dans un mouvement sautillant, composé de flexions de genoux et de blocages de l'avant du pied avant de rebondir. Le rythme est marqué par le cliquètement des bijoux d'argent des femmes : colliers, ceintures, bracelets et chevillières.

Auteur du programme

Programme détaillé

1.Pièce pour ensemble de plung
2.Danse accompagnée aux plung
3.Solo de rina plung et chant, chronique villageoise improvisée et expression des sentiments nostalgiques du poète-chanteur
4.Pièce pour ensemble de plung
5.Chant accompagné au rina plung, prière bouddhique
6.Danse du sacrifice de la vache, lors de la fête, les danseurs et les musiciens tournent autour de l'enclos dans lequel on sacrifie l'animal.

Origine géographique

Bangladesh

Mots-clés

Date du copyright

1997

Cote MCM

MCM_1997_BD_S1

Ressource associée

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Bangladesh. Orgues à bouche des Murung. Photos Bangladesh 1997-03-10 Photo numérique
Titre Localisation Date Type
1er Festival de l'Imaginaire 1997
Titre Localisation Date Type
Bangladesh. Orgues à bouche plung Bangladesh 1997-01-01 Collection d’objet