Ressource précédente
Ressource suivante

Chine. Opéra du Sichuan. La Légende du Serpent Blanc. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Chine. Opéra du Sichuan. La Légende du Serpent Blanc. Spectacle

Sous-titre

Troupe n°3 de la ville de Chengdu (Sichuan), direction Liu Yuchuan

Date

1993-01-08

Date de fin

1993-01-24

Direction artistique

Direction musicale

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Théâtre

Description de la pratique

8-24 janvier 1993
Un récit picaresque et dramatique des amours contrariées d'une Immortelle et d'un disciple du Bouddha condamnés à une vie terrestre.
Un chef d'oeuvre de l'opéra chinois avec ses musiciens, chanteurs, choeurs , comédiens et acrobates.
Spectacle en chinois, sous-titré en français.

Le Chuanju.
L'opéra chuanju du Sichuan, vaste province du centre de la Chine, fait partie des principales formes théâtrales chinoises. Il se caractérise par la beauté des voix et des mélodies, la subtilité du jeu d'acteur, l'humour de ses clowns et la richesse des percussions. Toutes ces qualités lui valent d'être pratiqué également dans les provinces voisines du Yunnan et du Guizhan.
Utilisant le dialecte local, il est le fruit d'une combinaison qui s'est opérée au cours des deux ou trois derniers siècles entre le fonds populaire (chants de bateliers, théâtres locaux) et diverses formes, parmi lesquelles l'opéra classique kunqu.
L'opéra chinois est divisé en deux grands genres selon le matériau musical employé : ou bien l'on utilise des modes rythmés et l'on est en présence des opéras pihuang, comme dans l'opéra de Pékin, ou bien l'on puise dans un riche répertoire d'airs préétablis ou "timbres" sur lesquels sont appliqués de nouvelles paroles. Le second genre est plus ancien et passe pour être plus riche musicalement et émotionnellement.
On distingue dans l'opéra du Sichuan cinq formes de chant, la plus spécifique étant le gaoqiang, dérivé du yiyangqiang de la province du Jiangxi. Développé sous la dynastie des Qing, le gaoqiang relève du genre à timbres. La voix, qui joue avec les percussions, est doublée par un choeur en coulisses et par les hautbois. Autre forme appartenant au genre à timbres, le kunqiang. Il s'agit d'une survivance de l'opéra classique kunqu, forme raffinée originaire de la côte et disparue à la fin du siècle dernier. La voix y est doublée par la flûte traversière.
Les trois autres formes, considérées comme de moindre intérêt sont le huqin dérivé de l'opéra de Pékin, le tanxi, variante du théâtre aux claquettes du Hebai, enfin le dengxi ou théâtre des lanternes qui est une forme populaire locale.
La légende du Serpent Blanc réunit les deux premières formes aujourd'hui considérées comme les plus belles.

Livret, direction artistique, Xu Fen
Mise en scène Li Zenglin
Assistant mise en scène, Xiaoting, Gong Chaokun, Yang Kunshan, Tian Huiwen.
Adaptation musicale Wang Fenxun
Direction musicale Cheng Lisheng

Personnages :
Serpent Blanc, Immortelle incarnée en jeune femme, Chen Qiaoru
Xu Xian, incarnation de l'arhat Branche de Cannelier, Sun Yongbo
Le moine Chan Fahai, Sun Puxie
Serpent Bleu, Immortel, Zhu Jianguo
Serpent Bleu, incarné en jeune femme, Liu Ping
Le batelier Liao Xiaoxuan
Le crapaud, déguisé en Wang Daoling le taoiste, Li Zenglin
L'Officier des Mystères, Xiao Haiqing
Le faon, gardien de l'île des Trois Immortels, Peng Lin
L'étoile de la longévité, Liu Yuchuan.
Le général Hong, Xiao Haiqing
Le général Ha, Yang Kunshan
Nata, l'enfant né d'une fleur, armé d'un cerceau, Peng Lin
Le Bodhisattva Weituo au front orné d'un oeil d'or, Wang Shizhe
Raobo, maître des métamorphoses à la cymbale magique, Xiaoting
L'esprit du feu, Xiao Haiqing
L'esprit du vent, Liu Yuchuan
Rois du ciel, Vagues, Nuages, Animaux marins alliés des serpents, Vaillants Jaunes alliés du faon, Long Yi, Zhao Jianjiang, Yao Jian, Liao Zhuhua, Gong Chaokun.

Orchestre :
Cinq percussionnistes dont le maître-tambour Chen Lisheng
Hautbois suona, flûtes traversières kundi et dizi
Choeurs : Chen Xu et Li Jianying

Une production du Jardin des Poiriers, dir. Jean-Luc et Chantal Larguier ; conseiller artistique François Picard.

Ouverture Instrumentale

Tableau I. Prologue au ciel.
Le Serpent Blanc (une Immortelle) et l'arhat (disciple direct du Bouddha) Branche de Cannelier se rencontrent et tombent amoureux. Le moine Fahai, "Océan de la Discipline" , ne peut admettre un tel désordre et ordonne aux guerriers et esprits sous ses ordres d'arrêter Serpent Blanc et de l'envoyer sur terre ainsi que Branche de cannelier, relégué au rang d'humain. Seule Serpent Blanc se souviendra de son origine et bénéficiera de ses pouvoirs célestes.

Tableau II. Rencontres au Lac de l'Ouest
Sur le mont Emei, Serpent Bleu, amoureux de Serpent Blanc, a suivi la scène. Plein de regrets, il décide néanmoins d'aider Serpent Blanc et se transforme en jeune fille. Sur des nuages elles se rendent au lac de l'Ouest où elles reconnaissent Branche de Cannelier sous l'apparence du jeune lettré Xu Xian. Serpent Blanc souffle le vent et crache la tempête.

Tableau III. Sur la barque.
Xu Xian, mélancolique, monte sur une barque pour rentrer chez lui. Les deux serpents, habillés en jeunes filles, montent à leur tour dans l'esquif. Par l'entremise de Serpent Bleu jouant la servante de Serpent Blanc et du batelier, les présentations sont faites. Tous deux sont orphelins, elle est âgée de dix-neuf ans, lui de vingt : le couple idéal. Les jeunes filles empruntent le parapluie de Xu Xian qu'elles auront ainsi l'excuse de revoir. Quelque temps plus tard, Serpent Blanc et Xu Xian se marient. Le crapaud envoyé par le moine Fahai pour révéler à Xu Xian que son épouse n'est pas une femme mais un démon, lui remet le talisman qui convoque l'Officier des Mystères. La crapaud se déguise en maître taoïste.

Tableau IV. Le talisman, bagarre chez Xu Xian
Serpent Blanc chante son déchirement, Serpent Bleu l'informe des intentions du crapaud. L'Officier des Mystères a le pouvoir d'écraser les esprits sur la tête desquels le talisman est fiché. Il endort Xu Xian. Mais Serpent Blanc le combat et le vainc grâce à sa perle rouge. Elle assure Xu Xian qu'il a rêvé et lui montre une brassière. Il comprend qu'elle attend un enfant de lui. Elle lui demande innocemment ce qu'est ce talisman qu'il porte et lui propose de l'essayer. Contrefaisant la souffrance elle provoque alors le désarroi de Xu Xian ; puis en riant elle lui démontre l'inefficacité du talisman. Tandis que Xu Xian peste contre le maître taoïste, Serpent Blanc appelle Serpent Bleu qui roue de coups le crapaud.
Xu Xian prépare la fête du 5e jour du 5e mois où l'on boit du vin jaune caillant qui apaise les corps et chasse les démons. Le crapaud revient à la charge et l'incite à verser une drogue qui révèlera la véritable nature du Serpent Blanc.

Tableau V. Le vin jaune
Serpent Bleu alerte Serpent Blanc qui refuse de fuir et de quitter son mari. A la troisième veille, Xu Xian fait boire sa femme qui vacille. Il la croit tout simplement ivre. Elle se transforme en serpent et se retire dans sa chambre. Xu Xian l'y découvre et en meurt d'effroi. Serpent Blanc, catastrophée, décide de s'envoler pour l'île des Trois Immortels pour s'emparer de l'herbe qui seule peut ramener Xu Xian à la vie.

Tableau VI. Le vol de l'herbe
Le faon gardien de l'île des Trois Immortels, tente d'empêcher Serpent Blanc de s'emparer de l'herbe. Secondé par les Vaillants Jaunes, il menace de la tuer. Mais ému par la sincérité et la fidélité de Serpent Blanc, l'Etoile de la Longévité la sauve et lui donne l'herbe.

Tableau VII. Magie
Xu Xian, au ciel, sait désormais que son épouse est un serpent, mais il ne peut cesser de l'aimer. Pour le soustraire à l'emprise de Serpent Blanc, le moine Fahai dote le crapaud d'une ombrelle magique qui hypnotise celui qui se place dessous. Ils s'emparent ainsi de Xu Xian et l'emportent au temple du Mont d'Or, leur repère sur les rives du lac de l'Ouest.

Tableau VIII. Le temple englouti.
Les deux serpents et leur armée aquatique (poissons, crustacés, tortues...) montent à l'assaut du temple. Mais Serpent Blanc, contre l'avis du Serpent Bleu, implore le moine Fahai de relâcher Xu Xian. Fahai refuse et ordonne à ses généraux célestes Hong et Ha de chasser les serpents. mais les généraux sont défaits. Fahai utilise on bâton magique comme arme puis fait appel à Nata, l'enfant né d'une fleur et armé d'un cerceau, puis au Bodhisattva Weituo (l'acteur doit se coller au front un troisième oeil avec le pied). Mais le temple est submergé par les soldats aquatiques. Raobo tente en vain d'enfermer Serpent Blanc sous sa cymbale. Serpent Blanc accouche alors d'un enfant que bon gré mal gré elle confie à Serpent Bleu. Affaiblie, la jeune accouchée est vaincue par Raobo et les esprits du Vent et du Feu qui la séparent de ses alliés. Xu Xian essaie sans y parvenir de la rejoindre.

Morale chantée en choeur :
"Une complainte millénaire, aujourd'hui encore, nous émeut".

Composition

Mise en scène

Origine géographique

Chine

Mots-clés

Cote MCM

MCM_1993_CN_S2

Date du copyright

1993

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Chine. Opéra du Sichuan. La Légende du Serpent Blanc. Photos Chine 1993-01-08 Photo numérique
Chine. Opéra du Sichuan. La Légende du Serpent Blanc. Maquillage. Photos Chine 1993-01-08 Photo numérique
La Chine au Rond-Point. Affiche Chine 1993-01-08 Affiche
Titre Localisation Date Type
Saison 1993 1993