Ressource précédente
Ressource suivante

Pakistan. Allah Bachayo Khoso, joueur d'Algoza du Pakistan. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Pakistan. Allah Bachayo Khoso, joueur d'Algoza du Pakistan. Spectacle

Date

1983-05-03

Date de fin

1983-05-04

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Musique

Description de la pratique

3-4 mai Théâtre de la ville, Rennes
5-6 mai Théâtre de l'Alliance, Paris.

Depuis le XVIe siècle, la région du Sind au Pakistan est fertile en poètes et musiciens qui chantent et jouent le "Kafi" Le kafi est une poésie profondément religieuse et mystique. Le poème kafi possède son propre rythme et la musique kafi suit une mélodie particulière.
Au XVIIIe siècle, un poète devenu saint musulman par la suite, Shah Abdoul Latif, né aux environs de Hyderabad reprend tous les thèmes de la poésie populaire et les hausse, par la forme au niveau d'une véritable esthétique. Un des exemples parmi les plus marquants, le "Rano" vieille romance du Sind, sort revivifiée, fortifiée du filtre poétique et mystique de Shah Abdoul Latif.

Allah Bachayo Khoso. (Allah Bachayo koso)
Il est un disciple des grands maîtres, Khamiso Khan et Misri Khan, qui furent les deux joueurs d'Al-Ghoza les plus connus du Pakistan. Après leur mort, Allah Bachayo Khoso a pris la relève et se consacre à garder vivante la tradition de l'Alghoza. Demeurant à Hyderabad, il est musicien professionnel à la radio et la télévision pakistanaise.
L'alghoza (Algoza), typique de la région du Sind, est composé de deux flûtes en roseau jouées en même temps. Il est également connu sous le nom de Pava ou Beenoon. La flûte mâle appelée "Nar" possède huit trous équidistants et produit le bourdon, la flûte femelle appelée "Madi" possède 12 trous de jeu dont seuls, les 6 plus aigus sont joués pour créer la mélodie. Cet instrument est originaire d'Egypte.

Sain Arab
Digne successeur du légendaire Faiz Mohammad, Sain Arab est joueur de Damboura, instrument du Baloutchistan. Le Damboura est un luth à manche court et à 3 cordes joués par les ménestrels itinérants. Il donne le rythme, et accompagne la mélodie. Il est utilisé dans les récitals folkloriques, mais aussi dans les fêtes rurales et les mariages.

Mitha Khan
Il habite à Hyderabad et travaille dans la police pakistanaise. Il est devenu célèbre en adoptant le "Ghara", large vase d'argile qui sert aussi bien à puiser de l'eau qu'à engranger le riz, comme instrument de percussion.

Buland Iqbal
Il est agé de 42 ans et a été formé par son père Maître Bundu Khan. Père et fils ont été décorés par la médaille présidentielle.
Buland Iqbal travaille à la radio de Karachi et joue de plusieurs instruments. Dans ce concert, il va utiliser le Sarangui, connu pour pouvoir exprimer une centaine de sentiments.
Le Sarangui est un instrument compliqué et très beau à voir. Il est fabriqué dans un seul morceau de bois creusé, sur lequel sont fixés 39 cordes, dont 3 grandes sont en boyaux (gros intestin), et les 36 autres en métal. L'archet en bois composé de longs crins de la queue du cheval, passe sur ces 3 cordes et fait résonner les autres par vibrations, les vibrations sont contrôlées par la pression des ongles des doigts sur le côté de l'instrument.

Nazar Khan
Joueur de Tabla, il habite Karachi, et sort de son pays pour la première fois.
Le Tabla est une paire de petits tambours. La légende raconte que Hazrat Amir Khusrau, grand maître soufi du XVIIe siècle aurait coupé le Pakhawaj en deux. Le tabla fournit le rythme de base de toute musique. Jouer du tabla est considéré comme le plus difficile et le plus méticuleux des arts. Nazar Khan appartient bien sur, aux plus grands joueurs de tabla.

Origine géographique

Pakistan

Mots-clés

Date du copyright

1983

Cote MCM

MCM_1983_PK_S1

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Pakistan. Algoza du Sind. Musique kâfî. Photos Pakistan 1983-05-05 Photo numérique
Titre Localisation Date Type
Saison 1983 1983