Ressource précédente
Ressource suivante

Turquie. Chants du harem. Spectacle. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Turquie. Chants du harem. Spectacle. Spectacle

Sous-titre

L'Ensemble des femmes d'Istanbul

Date

1997-02-28

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Musique

Description de la pratique

Dès l'époque de François Ier, l'Occident échafaude autour du harem un mythologie fantasmagorique. "Alors que jusqu'au XVIe siècle, les sultans ottoman n'épousaient que des princesses des pays voisins, à partir de Soliman le Magnifique, les sultans se sont fréquement mariés avec d'anciennes esclaves éduquées à l'intérieur du harem' A leur arrivée au sérail, les esclaves jugées suffisamment belles et intelligentes pour être admises au harem, allaient découvrir toute la hiérarchie qu'il leur faudrait gravir pour que, de simples débutantes, elles deviennent apprenties puis maîtres et éventuellement kadin, (une des épouses du sultan). Cette progression se faisait selon les qualités propres à chacune, telles qu'elles se révélaient lors des études de musique, de chant, de danse, de couture qui leurs étaient dispensées. La culture artistique des femmes du harem fut donc extrêmement raffinée, reflétant l'évolution de la civilisation ottomane dans la poésie et la musique. En effet à partir du XVIIIe siècle, la musique classique commença à être appréciée à l'extérieur du sérail par l'ensemble de la population d'Istanbul. Il se développa progressivement une musique utilisant les mêmes ingrédient que la musique classique proprement dite, mais plus légère dans les formes de composition et les thèmes poétiques abordés. Nombre de ces nouvelles compositions vinrent enrichir le répertoire du harem. L'expression "musique du harem" ne désigne donc pas un genre musical à part entière, mais plutôt une interprétation féminine de la musique savante au sein de ce lieu secret du palais ottoman". (Kudsi Erguner)

Les formes musicales
Le fasil est une suite de pièces vocales et instrumentales sur un mode musical principal, le makam. Il est accompagné par un petit ensemble comprenant le luth à manche long tanbur, le luth à manche court ud, la cithare sur table kanun, la vièle kemençe et éventuellement des instruments à percussion aux sonorités discrètes. Les pièces instrumentales sont soit des préludes ou interludes en plusieurs parties alternant avec un refrain (peshrev, semaî), soit des improvisations (taksim). Les chants sont généralement des pièces strophiques composées de plusieurs quatrains (beste, agir seamî, yürük seamî, murabba); seul le kâr est un chant long non mesuré dans lequel la voix peut se déployer très largement. A la fin du XVIIIe siècle, le fasil cède la place à une forme empruntée à la musique populaire citadine, le sharki. Ce chant de caractère léger est composé de plusieurs cycles rythmiques et les vers chantés peuvent être entrecoupés de longues ritournelles instrumentales, l'ensemble aboutissant à une oeuvre à la fois complexe et complète.

L'Ensemble des femmes d'Istanbul
Après avoir entrepris une recherche sur le répertoire du harem, le musicien et musicologue Kudsi Erguner a voulu voir se créer un ensemble de femmes qui se consacre à ce répertoire. L'interprétation de l'Ensemble des femmes d'Istanbul se caractérise par une liberté d'ornementation et un style enlevé qui expriment la joie de vivre et une grande spontanéité.

Remerciements à Kudsi Erguner et à Michel Pagiras, producteur de la collection Al Sur.
Discographie: Musique Ottomane, Chants du Harem, Ensemble des Femmes d'Istanbul. CD Al-Sur (ALCD 127)

Auteur du programme

Programme détaillé

-Beyâti yürük semai de Tab-î Mustafa Effendi "Gül yüzlulerin�"
-Beyâti pesrev de Seyfettin Osmanoglu (instrumental)
-Beyâti nakis agir semai de de Tab-î Mustafa Effendi "Cikmaz deruni�"
-Beyâti sarki de Tanburi Mustafa Cavus "Cikalim sayd-u�"

-Segah sarki de M. Nerettin Selçuk "Dönulmez Aksamin�"
-Segah sirto "Dünyaya geldim�"

-Hüzzam türkü "Aliverin baglamama çalayim�"
-Hüzzam türkü "Indim havuz basina�"

-Hicaz türkü "Cemilerde talim var�"
-Hicaz türkü "Su yilta da tas yükledim�"
-Hicaz türkü "Adalar sahillerinde�"
-Hicaz türkü de Sededdin Kaynak "Mihabbet bagina"
-Hicaz sarki de Yesarî Âsim Arsoy (Yar saçlari lüle"
-Hicaz Mandra (instrumental)

-Acem-kürdi türkü de Nîmet Hanim "Altim tasta gül kuruttum"
-Acemasiran türkü "Mavili"
-Istanbul türkü "Bir tasattim kamisa"

-Huseyni türkü de Naden Mutasarrifi Hayri Bey "Sinem de bir�"
-Ussak türkü "Aksam olur kervan çikar yokusa"
-Ussak türkü "Telgirafin tellerine�"
-Istanbul türkü "Istanbuldan Usküdara yol gider"
-Ussak türkü de Saadettin Kaynak "Gemim gidiyor bastan".

Présentation des artistes

Asuman Aslim, Selma Ersoz, Melihat Gulses et Filiz Satiroglu, chant
Haser Tisoglu, cithare kanun
Binnaz Basar, vièle kemençe
Elif Olgum, luth ud
Gamze Ege Koprek, luth tanbûr.

Origine géographique

Turquie

Mots-clés

Date du copyright

1997

Cote MCM

MCM_1997_TR_S1

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Turquie. Chants du harem. Photos Turquie 1997-02-28 Photo numérique
Titre Localisation Date Type
1er Festival de l'Imaginaire 1997