Ressource précédente
Ressource suivante

Inde. Cycle des percussions. Thayambaka, Kerala. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Inde. Cycle des percussions. Thayambaka, Kerala. Spectacle

Date

1985-06-10

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Musique

Description de la pratique

Thayambaka, Kerala, 10 juin 1985.
Le Kerala, région du sud-ouest de l'Inde, surtout agricole se révèle un lieu où les temples foisonnent et où par conséquent les expressions du spectacle liées au rituel se trouvent en abondance et sous des formes variées.
Le Thayambaka, un rituel d'ouverture d'une suite d'actes dévotionnels se déroule toujours à proximité d'un lieu saint (hindouiste). Avant que la divinité ne soit extraite du Saint des Saints pour être acheminée en procession autour du temple, des musiciens investis d'une charge spéciale peuvent exécuter un Thayambaka, un Kompu, un Pattu ou bien un Kuzhalpattu.
Toutes ces formes basées sur une technique musicale près précise constituent des sortes d'appels à la prière, des stades sonores de préparation au recueillement pour les fidèles et manifestent, par la virtuosité exprimée, une marque de respect aux dieux.
Thayambaka signifie "rythme de base avec surimpositions de vagues rythmiques". L'instrument principal le chenda offre d'immenses possibilités dans les variations rythmiques et même mélodiques. Dans d'autres circonstances il joue le rôle d'instrument d'accompagnement (danses, théâtres et rituels du Kerala y compris le khatakali). Il s'agit d'un gros tambour à deux peaux que le musicien porte suspendu à l'épaule; la peau supérieure se trouvant ainsi à hauteur de taille. Le chenda est frappé par le maître tambour d'une baguette tenue dans la main droite et par les doigts de la main gauche renforcés par des anneaux. Le fût du tambour mesure soixante centimètres de hauteur et quarante centimètres de diamètre. Les peaux sont tendues par des cordes le long du fût. Les autres joueurs de chenda jouent avec deux baguettes. Un joueur de cymbales de cuivre et d'argent de quinze centimètres de diamètre complète l'ensemble.
Le début du rituel se déroule ainsi: deux musiciens placés sur le côté gauche de l'ensemble construisent le cycle rythmique et deux autres sur la droite les accompagnent avec chenda et cymbales. Puis le maître tambour fait son entrée sur le chenda par le côté droit. Le rythme d'ouverture, à huit temps monte graduellement par cycles pour atteindre un rythme extrêmement rapide à soixante-quatre temps. Cette partie porte le nom technique de pathikal. Les musiciens se livrent alors à une véritable conversation sonore (et sacrée) entrecoupée d'astuces musicales qui ne manquent pas d'humour, et de pièges déjoués. L'exécution rythmique fait appel à trois différentes sortes de tala (cycles rythmique) exposant toutes les subtilités possibles dans l'art de la percussion.
Le thayambaka s'achève avec l'irukita qui fait culminer la virtuosité de l'ensemble à une hauteur folle.
Françoise Gründ.

Origine géographique

Inde

Mots-clés

Cote MCM

MCM_1985_IN_S5

Date du copyright

1985

Auteur val

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Inde. Cycle des percussions. Thayambaka, Kerala. Photos Inde 1985-06-10 Photo numérique
Titre Localisation Date Type
Saison 1985 1985