Ressource précédente
Ressource suivante

Inde. Raslila, drame dansé. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Inde. Raslila, drame dansé. Spectacle

Date

1983-04-26

Date de fin

1983-04-27

Direction artistique

Direction musicale

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Cérémonie, rituel

Description de la pratique

26 avril 1983 10ème F.A.T. Rennes, 27 avril 1983 MCM, Paris.

Le Raslila appartient au style Dhrupad en ce qui concerne la musique et les poèmes. (Le Dhrupad est un poème chanté de l'Inde du Nord prenant son origine au moment des grandes cour Moghol du XVe siècle grâce à des sortes de troubadours médiévaux, les Bhakti).
La partie visuelle et gestuelle se révèle étroitement liée au chant.
Le Raslila, drame religieux joué par des hommes (un maître et des jeunes garçons) comporte à la fois des figures pré-structurées et des pas improvisés. Les maquillages, les hautes coiffures, les bijoux marquent la personnalité des dieux qui dansent, Radha, Krishna et toutes les figures de la grande épopée sacrée du Ramayana. Très différent du Kathakali, le Raslila est présenté pour la première fois en France.

Une troupe de Raslila se compose d'un maître (le guru), d'un chanteur-directeur d'acteurs, d'un ensemble de musiciens (joueur de Rudra Veena, de Pakhawaj, de Tabla, de Sarangi, de Tanpura) et d'acteurs-enfants. Ces acteurs-enfants (tous des garçons), qui tiennent les rôles de Krishna, de Radha et des bergères, sont élevés dans l'enceinte des temples, en étroite surveillance religieuse en même temps qu'en perpétuel entraînement dramatique. Ils connaissent les longues séries de versifications sacrées, alliées aux mélodies appropriées. Ils apprennent le Mudra (geste des bras, des mains, des doigts, de la bouche, des yeux, des sourcils). Par une nourriture spéciale et des massages quotidiens, ils assouplissent leur corps pour la danse qui devient en même temps un service religieux. Ils viennent de Vrindaban, centre d'une région, le Braj, où fleurissent les temples et où, le Raslila se nomme "la danse d'amour".
Comme le chant Dhrupad, le Raslila se base sur les padas (strophes chantées) des poètes du Moyen-Age, les Bhakti. Les enfants très tôt sont initiés à la sensualité du chant et de la danse, en interprétant les amours de Radha et Krishna. Tous les Indiens incluent l'érotisme dans le processus d'éducation, personne n'en éprouve le moindre choc. Contrairement aux autres danse de l'Inde, dont les pas sont pré-structurés, les pas de Raslila s'improvisent entièrement sur la métrique et souvent il arrive que le percussionniste créé avec le danseur.
Le Raslila se donne dans les temples ou sur le parvis des temples. Nul doute que, malgré l'autel symbolique dressé sur la scène occidentale, malgré les offrandes de fleurs, de beurre et de yogourt, le spectacle (ou plutôt le rituel) n'y perde de son authenticité. Le soin sera laissé au spectateur d'imaginer les structures de pierres et la semi-pénombre, qui règne dans les temples de l'Inde pour reconstituer l'atmosphère sacrée.
Les acteurs, le torse nu, vêtus de pièces de soie et couronnés de fleurs se livrent à une danse entrecoupée de pantomimes. Cet aspect visuel de style Dhrupad, accueilli pour la première fois en France, ne saura laisser le spectateur attentif indifférent.

La danse de Maharasa
Résumé:
Kamadeva, le Dieu de l'Amour défie Krishna: "Un jour prochain' je me battrai avec toi et je vaincrai!". Krishna se trouve dans les priries. Il charme les "Gopi" (les bergères) de sa flûte. Il tente de les convaincre de ne pas abandonner leur époux. Cependant elles insistent auprès de Krishna et lui demandent d'être leur époux éternel. Krishna acquiesce et se met à danser avec elles. C'est le moment que choisit Kamadeva pour attaquer. Il interrompt le plaisir de la danse et se retire pourtant, vaincu. Les "Gopi" deviennent folles d'orgueil parce que Krishna leur a accordé ses faveurs. Alors il disparaît. Elles se mettent à sa recherche avec désespoir. Elles l'appellent puis retrouvent leur humilité. Constatant leur nouvelle attitude, Krishna, satisfait retourne parmi elles et danse le "Maharasa". Dans la danse il multiplie ses formes si bien que chaque "Gopi" le possède tout entier au moment de son évolution avec lui.
Distribution:
Shi Purushottam Goswani, guru
Swani Ram Sharma, directeur d'acteurs et chanteur
Fateh Krishna Sharma, chanteur
Harekrishna Sharma, pakhawaj
Man Mohan Sharma, tabla
Hari Babu Kaushik, sarangi
Lakshmi Narayan Sharma, rôle de Krishna
Tejpal Sharma, rôle de Radka
Satya Deva Sharma; Rajendra Sharma; Lalita Charan Sharma; Govinda Sharma, escorte de Radha.
Devakinanden Sharma et Ramesh Chandra Sharma, rôles multiples
Hari Prasas Sharma, maquillage.

Origine géographique

Inde

Mots-clés

Date du copyright

1983

Cote MCM

MCM_1983_IN_S3

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Inde. Raslila, drame dansé. Photos Inde 1983-04-27 Photo numérique
Titre Localisation Date Type
Saison 1983 1983