Ressource précédente
Ressource suivante

Inde. Teyyam, théâtre rituel du Kerala. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Inde. Teyyam, théâtre rituel du Kerala. Spectacle

Date

1989-05-25

Date de fin

1989-05-31

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Cérémonie, rituel

Description de la pratique

25-31 mai 1989.
Teyyam, théâtre rituel du Kerala.
Le Teyyam, rituel théatralisé de l'Inde, de déroule à certaines périodes bien déterminées de l'année. Peu connu même du reste de l'Inde, il se pratique dans le sud du kerala, sur la côte du Malabar. Il fait aprtie de la vie religieuse et sociale des groupes aborigènes et des castes inférieures de cette région, et depuis des millénaires maintient la communauté soudée. Le Teyyam (de Devam; Dieu en sanscrit) ou Teyyattam(jeu de Dieu), tout en développant une esthétique somptueuse poursuit son but essentiel: préserver la société de la maladie, de la stérilité et de tous les fléaux (varioles, piqûres de serpents) tout en assurant une cohésion permanente du groupe. Les ritualistes appartiennent à des communautés marginalisées, mais il n'est pas rare de voir certains hindouistes et des musulmans participer au teyyam. Ainsi ce théâtre rituel servirait de base à des rapprochements sociaux encore non affirmés de manière explicite.
Les Déesses mères, buveuses de sang sont à l'origine du rituel. Divinités terribles mais protectrices elles réclament une entière dévotion et descendent pour s'incarner dans un médium au moment de la cérémonie et parlent directement aux hommes. Elles peuvent répondre à des questions, comprendre leurs besoins et exaucer leurs souhaits.
Ces sociétés vivent sous la conduite d'un chamane (sorcier,médecin, médium) qui a la faculté d'incarner le Dieu. La transformation du chamane, un des moments les plus intense du Teyyam, s'accomplit sous les yeux du public.
Sa transformation nécessite de nombreuses étapes successives:
-exercices et jeûnes prolongés
-maquillage élaboré
-port d'un vêtement rituel, d'une coiffure spécifique
Interventions de musiques particulières
-danses dramatisées
-consultations des participants.

Déroulement du rituel
Dans le Kerala le rituel dure quelquefois 12 heures: ici, il sera réduit à 1H30. Le maquillage, l'habillage et la pose du Mudhi font partie d'une séance de préparation indispensable à l'intervention du Teyyam; cette séance durera 2 heures et aura lieu avant le début du spectacle; la séance est ouverte au public.

Le maquillage
Le corps et le visage sont enduits d'un fond de couleur puis recouverts de lignes de tracés qui possèdent tous une signification particulière. Les points blancs à centre rouge ou noir, image de la variole, sont des signes destinés à éloigner le maladie. Les produits colorants pour le corps (jaune ou blanc), sont différents de ceux utilisés pour le visage (orangé ou blanc) mais sont tous d'origine naturelle.

Le costume
Il se compose en deux parties essentielles: la jupe et les ornements d'une part et le Mudhi (volumineuse coiffure de 50 cm à 6 m de haut) d'autre part.
Selon la personnalité incarnée au cours de l'extase du médium, la jupe diffère.
Elle peut affecter la forme d'une vaste crinoline, soutenue par une structure de bambou de plus de deux mètres de diamètre. Elle élargie la silhouette de l'individu et contribue à mettre l'accent sur les mouvements des pieds. Presque toujours de couleur rouge-sang, elle se compose aussi parfois de fibres de palmier fraîches ou sèches. Couvrant presque entièrement les chevilles, un énorme anneau ovale d'argent, le Chilambu, ancre par son poids et son volume, le danseur à terre, au cours de ses mouvements. Si le Dieu est un guerrier, les acteurs enfilent au bout des doigts de leur main gauche, des ongles d'argent.

Le spectacle débute par un Tottam qui annonce l'arrivée du Teyyam.

Le Tottam
Il s'agit d'un grand chant soutenu par un poème de plus de trois mille vers, il dure de quatre à cinq heures. Il raconte l'histoire du teyyam qui va suivre grâce à l'apparition de la (ou des) divinité(s). peu maquillé, muni d'une petite coiffe et torse nu, il commence le chant en frappant sur un petit tambour accroché à sa ceinture et boit du Kallu (alcool de palme). Au bout de deux heures le Tottam parvenu à un état de grande émotion entre dans une transe violente; elle prévient de l'arrivée du Dieu. Son corps n'est plus sensible à la douleur. Sa transe finit par laisser place au komoran, véritable acteur du Teyyam, qui opère une totale métamorphose.

Le Teyyam: la danse des Dieux
La thérapie dispensée par les chamanes passe par la danse. Le Teyyam est une danse aux mouvements extérieurs. Le spectacle est composé de trois Teyyam de 20 minutes chacun. Chaque divinité, chaque personnage possède sa propre chorégraphie. La danse prend à un moment ou à un autre, un caractère agressif et violent.
Parmi tous les mouvements qui la composent, les plus importants sont:
-la marche: l'aire de jeu se présente soit en cercle, soit en ovale. Cette marche circulaire permet d'établir une relation individuelle avec le groupe.
-le tourbillon: exécuté sur place il communique une ivresse qui avec le chant et la musique de Kurumgural, le met dans une sorte d'atat hypnotique. Il est ainsi amené au cours de son évolution rapide à se blesser avec l'épée qu'il porte. Le sang coule sans qu'il ressente aucune douleur.
-les sauts: caractéristiques de l'état de colère ou de grand enthousiasme, ils créent un élément spectaculaire de tension, car le médium les exécute le plus souvent alors qu'il brandit deux épées. Les spectateurs se reculent alors que l'acteur ne semble pas conscient du danger qu'il génère.

La musique
La musique se base sur la percussion. Le plus petit village possède au moins quatre tambours, les Chenda. Le Chenda est un tambour à deux peaux tendues sur un fût cylindrique mesurant quatre vingt centimètres de hauteur. Les chenda secs forment l'assise de l'ensemble musical. C'est parmi eux que se trouve le chef des tambours. A côté des chenda secs, joue un chenda doux au son beaucoup plus grave. Le fût de bois cylindrique ne mesure que 50 centimètres de hauteur. Il produit des rythmes moins compliqués que les chenda secs et son rôle consiste surtout en ponctuations sonores. Les Hillatala sont des cymbales de cuivre de 20 centimètres de diamètre. Une paire d'Hilletala suffit dans un ensemble.
Le kurumgural est un instrument à anche double, de la famille des hautbois, le musicien n'intervient qu'à certains moments particuliers et pour l'apparition de personnages précis.

Origine géographique

Inde

Mots-clés

Date (année)

1989

Cote MCM

MCM_1989_IN_S2

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Inde. Teyyam, théâtre rituel du Kerala. Photos Inde 1989-05-25 Photo numérique
Inde. Teyyam, théâtre rituel du Kerala. Photos Inde 1989-05-25 Photo numérique
Titre Localisation Date Type
Saison 1989 1989