Ressource précédente
Ressource suivante

Inde. Sankirtana du Manipur. Ensemble Ranganiketan du Manipur. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Inde. Sankirtana du Manipur. Ensemble Ranganiketan du Manipur. Spectacle

Date

1990-06-05

Date de fin

1990-06-06

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Musique

Description de la pratique

5-6 juin 1990
Ensemble Ranganiketan du Manipur.
Etat situé au nord-est de l'Inde, entre la Birmanie et le Bangladesh, le Manipur (litt. "Pays des joyaux") est peuplé de 1.700.000 habitants dont la grande majorité est vaisnava et suit la culture et la religion Bhagavata, un des deux principaux courants de l'hindouisme vishnouite qui privilégie le culte du Seigneur Krishna, non pas tant comme le guerrier de la Gita, mais plutôt comme le jeune dieu objet de l'amour des gopi, bergères qui symbolisent les âmes humaines.
Le sankirtana est sans doute le plus important des rituels de la secte bhagavata. Son origine remonte à l'une des figures mystiques les plus marquantes du Bengale, Caitanya, qui vécut au XVIe siècle et prôna le preman, amour total et passionné envers le couple Krishna-Radha: le dieu et sa bergère favorite constituaient pour lui une entité indissoluble, et c'est en leur honneur qu'il composa les chants destinés à accompagner le rituel sankirtana.

Dhol dholok cholom
Dhol et dholok sont respectivement un grand tambour circulaire frappé avec une mailloche et un tambour cylindrique à deux peaux frappés à mains nues. Ces deux instruments sont utilisés pendant le Holi-Sankirtana, festival du printemps célébré à Manipur et dans d'autres régions de l'Inde pendant les mois de février et de mars. Dhol dholok cholom est un jeu de tambours dansé au caractère viril et athlétique très affirmé.

Lai-Haraoba
Le lai-haraoba, qui signifie littéralement fête des dieux et des déesses, se déroule une fois par an à l'époque de la mousson de fin d'été, et dure environ quinze jours. Célébré au sanctuaire des dieux et déesses sylvestres Laibung, il reflète quelques aspects de l'ancienne culture des habitants du Manipur. Au cours de cette fête, on se livre à l'expiation des péchés commis pendant l'année, et l'on forme le v'u de mener une vie meilleure au cours de l'année à venir. Les prêtresses maibi, considérées comme des intermédiaires spirituels retracent à travers des danses complexes et raffinées, la création et l'évolution de la civilisation manipuri.

Sankirtana
Le rituel du Sankirtana dont le but consiste à provoquer une transe qui place l'homme en communication avec le divin, est constitué d'un ensemble de danses cholom, de chants et de jeux de tambours et de cymbales.
Grâce à ces différents éléments intimement mêlés les uns aux autres, le Sankirtana représente une expression très structurée, comportant toutefois des marges d'improvisation pour amener les exécutants à utiliser au mieux les techniques extatiques.
Placées sous l'autorité d'un chef, les congrégations exécutent le rituel au moment de diverses fêtes sociales ou religieuses (naissances, mariages, anniversaires de funérailles). Les femmes et les hommes dansent séparément.
Avant le début du rituel, un serviteur allume les lampes à huile devant chaque musicien-danseur et distribue des châles de coton blanc. Les exécutants, coiffés d'un turban et d'un longi (pièce d'étoffe drapée entre les jambes) blancs, placent le châle plié sur l'épaule gauche et se recueillent à genoux, chacun devant la flamme de sa lampe. Puis se mettant debout, ils écoutent le chef du groupe qui chante une mélodie de rythme libre. Les cymbales et les kartal (petites cymbales) entrent à leur tour. Ces instruments portent accrochées à leur extrémités de longues mèches de laine colorées qui emphatisent une gestuelle surprenante de dextérité. Les musiciens se balancent d'une jambe sur l'autre jusqu'à ce que les deux pung (tambours horizontaux portés en bandoulière) entrent sur un rythme très marqué qui soutient les cymbales. Soudain, tout s'arrête, et sur un chant a cappella du chef, repris en tuilage par les danseurs, tous les exécutants se livrent à une série de saluts accroupis et debout.
Avec la reprise du chant et des instruments, le balancement du corps des danseurs s'accentue, ponctué par un tournoiement. Ils se mettent en cercle et les deux tambours placés au centre de ce cercle se livrent à une danse aux pas compliqués et très amplifiés. Puis ils exécutent une sorte de poursuite frénétique improvisée sur une gamme de pas pré-chorégraphiés. Leurs mouvements de tête s'accentuent de manière désordonnée, le rythme des tambours devient de plus en plus syncopé tandis qu'ils parviennent progressivement à un état extatique et s'accroupissent. Le chef continue seul sa mélodie chantée pendant un court laps de temps, puis lentement, pour sortir de cet état de transe comme avec précaution, les instruments, un à un, frappent un rythme lent. Les danseurs forment à nouveau un cercle et tournent encore deux fois, marquant ainsi la fin du rituel.

Vasanta Rasa-lila
La culture bhagavata du Manipur a trouvé son expression suprême dans des formes variées de danse et de musique dévotionnelles ésotériques. La plus importante d'entre-elles est la célèbre rasa-lila, ou "danse du Manipur". Le symbolisme de rasa-lila manifeste le désir ardent de l'âme humaine de se livrer à l'Âme Suprême, le Seigneur Sri Krishna, et d'accéder ainsi à un bonheur éternel. Parmi les cinq danses de rasa-lila, la danse vasanta est exécutée la nuit de la pleine lune du printemps, entre février et mars. Elle retrace le cheminement du Seigneur Krishna vers un bosquet sacré (kunja); ses gopi (bergères) conduites par Srimati Radharani, répondent en dansant à l'appel de sa flûte magique. La forme actuelle de rasa-lila a été créée par le Rajarshi Bhagyachandra Maharaja qui régna au XVIIIe siècle sur le Manipur. Elle se caractérise par des mouvements élégants du corps accompagnés par les flûtes, les mandila (petites cymbales des jeunes filles) et les tambours à deux peaux pung.

PROGRAMME

Introduction tambourinée
Dhol Dholok Cholom
Lai-Haraoba

Sankirtana
Vasanta Rasa-lila

Origine géographique

Inde

Mots-clés

Cote MCM

MCM_1990_IN_S1

Date du copyright

1990

liste des contributeurs

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Inde. Rituel Sankirtana, danse Cholom, danse Lai-Haraoba et Rasa-lila. Ensemble Ranganiketan du Manipur. Photos Inde 1990-06-05 Photo numérique
Titre Localisation Date Type
Saison 1990 1990