Ressource précédente
Ressource suivante

Inde. Bhopa-Bhopi du Rajasthan, Histoire de Pabudji. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Inde. Bhopa-Bhopi du Rajasthan, Histoire de Pabudji. Spectacle

Date

1997-11-21

Date de fin

1997-11-24

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Théâtre

Description de la pratique

21-24 novembre 1997
BHOPA-BHOPI du Rajasthan, Histoire de Pabudji
par Sri Harjilal Bhopa
et Banarsi Devi Bhopi

LES BHOPA-BHOPI, NOMADES DU RAJASTHAN
Les Bhopa-Bhopi, une sous-ethnie des Bhill, sont des nomades du Rajasthan qui circulent de villages en fêtes pour présenter par des contes, de la musique, de la danse et une bande dessinée géante (le pad) la légende du Prince Pabuji, héros de l'Inde du Nord, aux temps de l'empire moghol. Issus d'une couche de la société encore très marginalisée aujourd'hui, ils exercent leur art de baladins depuis le xiiie siècle.
Le Pabuji-ki-pad (ou rouleau de Pabuji) constitue un fragment de théâtre total ou mieux une pièce d'ethnoscénologie, dans laquelle deux participants seulement sont nécessaires.
C'est pourquoi les Bhopa-Bhopi se présentent souvent en couple. L'homme, vêtu d'une large robe cintrée qui lui tombe jusqu'aux pieds et coiffé d'un volumineux turban de coton rouge-sang ou jaune-safran, chante en jouant du ravanantha, la vièle de Ravana (le démon, roi de Lanka). Sa voix tendue ou mélodieuse, produisant des ornementations en chaîne, évoque les combats épiques des guerriers rajputs ou la douceur des femmes dans les palais. Il donne à son corps une dynamique ondulatoire et fait tourner l'ourlet de sa lourde jupe en cercle parfait autour de lui.
Son épouse ou sa compagne, la tête couverte d'un voile coloré, l'accompagne dans son chant, lui donnant la réplique ou prolongeant les notes finales. Elle danse devant le pad mais surtout indique ' de la main ou du coude ' quel épisode, dessiné et peint aux couleurs végétales, illustre le récit chanté de son compagnon.
Elle montre les sultans, dont l'échelle du dessin est plus grande que les silhouettes des guerriers. Elle montre les caravanes d'éléphants chargés de présents mythiques. Elle montre les visages des traîtres, cachés entre les colonnes fines d'une fenêtre taillée en triple arceau. Elle montre Kaiser, le cheval magique du Prince Pabuji qui peut voler ou prononcer des formules de protection.
Parfois, leur enfant accompagne le couple. Il apprendra, auprès de ses parents, le métier de musicien-conteur et s'exercera à peindre la fantastique histoire du Rajasthan sur une toile de cinq mètres de longueur sur un mètre de hauteur.
Accueillis par les familles ou les communautés villageoises au moment des mela (fêtes, foires), les Bhopa-Bhopi accèdent pourtant rarement au droit de dormir dans les mêmes lieux que les sociétés d'agriculteurs. Leur prestation terminée, ils regagnent les portes de la ville et retournent au désert. Pour salaire, ils reçoivent de la nourriture, des vêtements, parfois de l'argent.
Cet art populaire n'est pourtant pas en perdition. Au contraire, avec la « révolution verte », une nouvelle politique d'irrigation a été mise en place, permettant aux agriculteurs rajasthani de faire jusqu'à trois récoltes par an, autant d'occasions de fêtes auxquelles participent les Bhopa-Bhopi.

PROGRAMME Bhopa-Bhopi
Histoire de Pabuji
Histoire peinte, contée, chantée, musiquée et dansée d'un chef de guerre rajput du XIVe siècle.
L'histoire peinte sur le Pabuji-ki-pad (rouleau de Pabuji) est divisée en parths ou événements. Aujourd'hui, huit parths seront contés.

Introduction
L'enfant nommé Pabuji vient au monde dans un lieu extraordinaire; le lieu le plus parfumé de la terre, là où les arômes et les senteurs se mêlent jusqu'à provoquer l'ivresse.
Sa mère nommée Kamlade est magicienne. Elle prend tous les jours son fils dans ses bras et le caresse. Mais pour l'allaiter, elle se transforme en lionne.
Quand Pabuji atteint l'âge de douze ans, il devient un chef rajput et prend conscience de ses responsabilités et de ses devoirs.
Pabuji ne se déplace jamais sans ses quatre guerriers, les samants.
Le premier s'appelle Chndoji (la lune), le second Sallogi Sugni (le combat), et les deux autres, Harmalraika et Demaji (les rois-singes).
Demaji a l'habitude d'enfourner 30 kg de tabac dans un chelum (pipe de terre) et de les fumer. Pour allumer le chelum, il faut 200 kg de bouse de chameau. Le fourneau du chelum pèse 480 kg et le tuyau de la pipe 520 kg.
Les gens sont frappés de stupeur lorsqu'ils voient le fourneau du chelum de Demaji.
Vous pouvez donc vous imaginer sa force!
Pabuji rayonne autant que la lune et le soleil réunis.
Dans son palais on peut voir des merveilles:
Des paons dansant des rondes.
Des rhinocéros qui, une fois vieux, deviennent des boucliers de peau.
Des chevreuils noirs et des daims sauvages en position de combat.
Une vache au pelage miroir, reflétant le soleil.
Des belles conques de nacre à cinq embouchures.
Des juments noires avec des selles incrustées de pierre précieuses.
A propos de jument noire, Pabuji en chevauche une, intrépide, qui l'emporte dans des batailles et des aventures fabuleuses.
La selle de sa jument représente une gueule de lion. A son cou et à ses jambes pendent des clochettes frissonnantes.
Ses oreilles sont constellées de diamants.

Première parth.
Pabuji s'en va à Pushkar, accompagné de ses quatre guerriers. Pendant qu'ils chevauchent sur les pentes qui bordent le lac de Pushkar, la jument fait un faux pas. Pabuji glisse. Une main retient la bride.
C'est celle d'un homme appelé Gogagi. Il vient de sauver la vie de Pabuji. Pabuji se sent si heureux qu'il propose sa nièce en mariage à Gogagi.

Deuxième parth.
A l'occasion du mariage de sa nièce Kelam avec Gogagi, Pabuji fait dresser au milieu du village de Kolumand une tente de noces en bambou. Kelam est la fille de son frère aîné Buraji. A ce titre elle dispose d'une belle dot.
-La mère de Kelam offre des centaines de vaches laitières.
-Son oncle Gelod offre des centaines d'éléphants.
-Samant, un des guerriers de Pabuji offre des dizaines de chevaux ainsi que des perles et des diamants.
Pabuji, de son côté, promet des centaines de chameaux.

Troisième parth.
Une fois le mariage terminé, Gogaji reprend le chemin de son village, Samar Medi. Sa mère, Babhalde, accueille la jeune mariée en lui tendant un plateau de perles et de diamants.
La mère de Gogaji s'informe de l'importance de la dot.
Et Gogaji énumère les présents:
-des dizaines de chevaux, des perles et des diamants,
-des centaines de vaches laitières,
-des centaines d'éléphants,
-des centaines de chameaux promis par Pabuji.

Quatrième parth.
Vous vous souvenez que Pabuji avait promis des centaines de chameaux à sa nièce.
Or, en ce temps-là, il n'y avait pas de chameaux au Rajasthan. Il envoie donc son guerrier Halmalraika à Lanka pour s'informer au sujet des chameaux.
Halmalraika atteint Lanka, déguisé en ermite.
Il y reste cinq mois.
Le sixième mois, il revient au Rajasthan et informe Pabuji qu'il y a des chameaux à Lanka.
Pabuji accompagné de ses quatre guerriers part et atteint Lanka dans la nuit.
Au matin, alors qu'ils poussent devant eux les troupeaux de chameaux, Ravana, le roi-démon de Lanka, attaque Pabuji et ses hommes.
Après une rude bataille, Pabuji, vainqueur de Ravana, part avec les chameaux.

Cinquième parth.
Sur le chemin du retour, Pabuji et ses hommes font halte dans un camp appelé Nanlakh Bagh, près du village d'Omarkot. Au cours de la nuit, Pabuji rencontre une jeune fille, Phulade.
Il est séduit. Il dit qu'il veut l'épouser.
Sa deamnde est acceptée.

Sixième parth.
De retour dans son village de Kolumond, Pabuji prépare son départ pour Omarkot où il va célébrer son mariage avec Phulade.
Au moment du départ, une femme du village, Deval Charni, lui demande: "Pendant ton absence, qui sera le chef du village? Qui nous protégera?"
"Ce sera Buroji, mon frère aîné", répond Pabuji.
Et la troupe s'ébranle vers Omarkot.

Septième parth.
Pour célébrer son mariage, Pabuji a déjà accompli trois tours et demi du village d'Omarkot. (Pour un bon mariage il en faut sept).
Il reçoit un message de Deval Charni, la femme de son village qui a pris, pour arriver jusqu'à lui, la forme d'un faucon.
Khichi, le mari de la soeur de Pabuji, vient de voler à Deval Charni son bétail qui compte enuf millions de têtes.
Pabuji saute en selle et chevauche vers son village avant même de finir les sept tours nécessaires à son mariage.

Huitième parth.
Dès qu'il atteint les portes de son village, il ordonne à ses guerriers de rassembler le bétail de Deval Charni.
Un grand combat s'engage avec Khichi. Celui-ci est vaincu. Le bétail est rendu à Deval Charni.
Pabuji épargne la vie de Khichi, son beau-frère, juste pour éviter à sa soeur d'être veuve.

Contributeurs

alx:32006

Origine géographique

Inde

Mots-clés

Date du copyright

1997

Cote MCM

MCM_1997_IN_S3

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Saison 1997 1997