Ressource précédente
Ressource suivante

Inde. Chhau. Scènes dansées de Seraikella. Bihar, Inde. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Inde. Chhau. Scènes dansées de Seraikella. Bihar, Inde. Spectacle

Sous-titre

Par le Pradeep Kar Memorial Trust (Seraikella) direction, Ashish Kar

Date

2000-06-15

Date de fin

2000-06-18

Artistes principaux

Direction artistique

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Danse

Description de la pratique

15 -18 juin 2000
Le Chhau de Seraikella
Chhau signifie "homme", "jeu théâtral", "combat", "ombre", "masque". Dans plusieurs villages et villes du nord-est de l'lnde, des danses rituelles exécutées à l'occasion du Chaïtra Parva, fête religieuse de printemps, célèbrent la fécondité et l'union de Shiva et de Shakti, les énergies mâle et femelle.
À l'origine, au Bengale, en Orissa et au Bihar, les chhau valorisés comme des expressions d'arts martiaux, sont pratiqués par des hommes initiés, les bhakta, dans le but de remplir une fonction sacrée en même temps qu'un contrôle de la force et des réflexes. Il existe aujourd'hui trois formes principales de Chhau :
-le chhau de Mayurbanj
-le chhau de Purulia
-le chhau de Seraikella
Dans l'Etat du Bihar, entre le palais des princes de Seraikella et la rivière Kharkaï se déroulent à la mi-avril le chhau qui constitue une partie de la fête de Chaïtra Parva. À Seraikella, depuis le début du XXe siècle, le Chhau n'est plus exécuté par les ritualistes bhakta mais par des danseurs profanes (exclusivement des hommes, même pour les personnages féminins) qui exercent des métiers divers tout en s'entraînant à la danse sous la conduite d'un guru. Au cours des années vingt, le prince de Seraikella, à l'instar de ses ancêtres, prenait une part active au déroulement des différentes étapes du Chaïtra Parva, mais c'était aussi un esthète. Il aimait passionnément la danse et voyageait beaucoup. C'est ainsi qu'il eut l'idée de couvrir le visage des danseurs de chhau de masques très stylisés (au lieu des masques à l'expressivité violente de la région de Purulia) et de structurer les pas de cette danse issue des arts martiaux de la région.
Les danseurs ne se présentent plus qu'en solo ou en duo. En outre, le masque ne comportant que deux très petits orifices à la base des narines, il ne permet pas aux danseurs des exécutions de plus de quelques minutes. Ils voient mal et respirent difficilement.
Ainsi, d'un rituel aux dessins chorégraphiques semi-improvisés, la danse chhau de Seraikella devient une manifestation profane et spectaculaire, ainsi qu'une expression désormais considérée comme classique.
Malgré le changement d'orientation, le répertoire de la danse chhau de Seraikella comporte des sujets religieux : scènes de l'histoire de Chandra Baga ou comment le dieu soleil poursuit la vierge-lune, scène des ancêtres divins, Shiva et Parvati, parade de Mayur, le paon sacré, etc.
L'analyse des fonctions des mouvements révèle une inspiration puisée dans des actions humaines ou animales ainsi que la mise en place d'un système symbolique contenant des éléments anecdotiques et narratifs et des souvenirs de comportements tribaux. Contrairement à certaines écoles classiques de danse indienne, les pieds et les jambes constituent les parties les plus expressives du corps.
L'ensemble musical intervenant en plein air comprend :
' une grande timbale dhumsa (ou naqara)
' un tambour à deux peaux dhol
' un hautbois shahnai
' une flûte traversière bansuri

Références bibliographiques
Françoise Gründ, Danses Chhau de l'lnde, Presses Orientalistes de France et Maison des Cultures du Monde, Paris,1985.
Françoise Gründ, "La dernière lubie des Maharajah", in Internationale de l'Imaginaire n°13 : Jeux de dieux jeux de rois, Actes Sud/Babel, Arles, 1999.

Programme détaillé

Jatraghat
Musique d'ouverture liée aux rituels de l'eau, de la pluie et de la fécondité qui précèdent les danses chhau proprement dites, et se déroulent dans la cour du palais royal.
Raga : Desh malar - Tala : Dadra (6 temps)
Musiciens : Kush Karwa, shahnai ' Krishna Sarder, bansuri ' Mangala Mukhi, dhol -' Santosh Kar, dhumsa.

Ratri
La nuit. Danse cosmique. Le mouvement décrit l'accomplissement d'une puja ou action de grâce, avant la tombée de la nuit.
Danseurs : Rajat Pattanayak, Brajendra Pattanayak, Manoranjan Sahu

Mayur
Danse du paon sacré, monture des dieux et symbole de l'lnde.
Danseur : Ashish Kar

Radha Krishna
Danse d'amour de Krishna le dieu à la flûte, éternel amant de la gopi (bergère) Radha.
Danseurs : Sitaram Dash et Rajat Pattanayak

Chandrabhaga
La vierge-lune, fille du sage Sumanya, poursuivie des assiduités du dieu-soleil, préféra se jeter dans l'océan que vivre désonorée.
Danseurs : Manoranjan Sahu et Brajendra Pattanayak

Hansa
Évocation des gracieux mouvements d'un cygne au fil de l'onde.
Danseur : Rajat Pattanayak

Prajapati
Vol d'un papillon butinant joyeusement de fleur en fleur.
Danseur : Ashish Kar

Megdoot
Le messager des nuages. Ce ballet inspiré d'un poème lyrique de Kalidas, évoque de manière onirique l'amour romantique et la cruelle séparation de Yaksha et Yakshini.
Danseurs : Brajendra Pattanayak, Manoranjan Sahu, Ashish Kar, Rajat Pattanayak, Sitaram Dash, Uttam, Rajeeb.

Costumes : Khitish Kar.

Contributeurs

Origine géographique

Inde

Mots-clés

Date du copyright

2000

Cote MCM

MCM_2000_IN_S2

Ressource associée

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Inde. Chhau de Seraikella. Seraikella. Bihar . Photos Inde 2000-06-15 Photo numérique
Inde. Chhau de Seraikella. Seraikella. Bihar. Photos Inde 2000-06-15 Photo numérique
Titre Localisation Date Type
4e Festival de l'Imaginaire 2000
Titre Localisation Date Type
Inde. Tambours timbale dhumsa Inde 2000-01-01