Ressource précédente
Ressource suivante

Japon 83. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Japon 83. Spectacle

Date

1983-05-24

Date de fin

1983-07-03

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Musique

Description de la pratique

24 mai-3 juillet 1983.
Voilà quelques temps déjà que se répand l'idée de la non-neutralité de la technologie qui véhicule par son système logistique, ses valeurs, sa culture. De la même manière que les pays du tiers-monde restent, qu'ils le veuillent ou non, marqués culturellement par les technologies occidentales qu'ils importent, l'Europe ne saurait échapper à l'incursion des valeurs japonaises introduites indirectement par la technologie de ce pays.
Il semble donc aujourd'hui nécessaire de clarifier le phénomène et d'exposer au public occidental les expressions révélant les aspects les plus signifiants de la culture japonaise, grâce au théâtre, à la musique, à la danse, par lesquels une pensée se nourrit autant qu'elle se contemple.
Six institutions européennes: l'Institut des Musiques Comparées de Berlin, le Festival de Hollande, l'Institut du Commonwealth en Angleterre, le Centre de Recherche de Genève et la Maison des Cultures du Monde à Paris décident de joindre leurs efforts grâce à l'organisation constituée par leurs soins depuis six ans pour la promotion des Arts Extraeuropéens (E.E.A.), afin de réaliser parallèlement dans ces sic pays, au mois de juin 1983, la manifestation JAPON 83. Autour d'un axe commun, les spectacles choisis après des missions d'étude et de prospection (Michèle Kokosowski pour la France) chacun de ces six pays organise sa programmation propre. La France sélectionne délibérément les formes de spectacles vivants, n'abordant pas les arts plastiques, le cinéma, la littérature, la poésie afin d'éviter une dispersion préjudiciable en même temps qu'une trop forte saturation d'événements denses sur ce mois.
Le choix de la Maison des Cultures du Monde se porte sur une confrontation permanente des formes d'expression dites (en Occident) classiques, traditionnelles et contemporaines, les trois coexistant au Japon.
La réalisation de JAPON 83 a nécessité le soutien financier de la Fondation du Japon et de l'Association Française d'Action Artistique, la collaboration du Théâtre de Chaillot pour le Bunraku et le Gagaku ainsi que celle de Théâtre du Rond-Point, Compagnie Renauld-Barrault, l'amicale coopération de l'Ambassade de France au Japon, de l'Ambassade du Japon en France et de Christian Polack.
Nous espérons qu'ils en soient tous remerciés par l'intérêt que le public trouvera à cette manifestation.
Chérif Khaznadar.

Marionnettes traditionnelles de Bunya Ningyo.
Moritaro Hamada, trésor national vivant, perpétue avec sa troupe depuis bientôt quarante ans une tradition de marionnettes qui remonte au XVIIe siècle. Pour la première fois, l'Occident découvrira ce théâtre qui ne manquera pas de lui rappeler le Bunraku, en raison des grandes marionnettes (80 à 100 cm) et du répertoire. A la différence du Bunraku, ces marionnettes n'ont pas de jambes et ne sont animées que par un seul manipulateur.
Moritaro Hamada présentera un programme d'une heure trente comprenant trois parties:
Hiragana seiseki: la recherche de l'époux
Noruma ningyo: intermède comique
Ushiwabenke: histoire guerrière.
En plus des soirées "tous publics", plusieurs matinées de ce spectacle seront programmées à l'intention du public scolaire.
24-28 mai au Théâtre de l'Alliance.

Le Point d'Eau, par le Théâtre Contemporain Tenkei Gekijo.
Cette troupe de théâtre vient pour la première fois en Europe continentale. Résolument d'avant-garde, elle allie une recherche dramatique et plastique à la danse Buto.
Mizu no eki (Le point d'eau) est une pièce entièrement basée sur le silence. Les vingt comédiens ne prononcent pas une seule parole. Bien sûr, il ne s'agit ni de mime, ni de danse, mais d'un drame strictement fondé sur le comportement humain. Le rythme est ralenti et de ce rythme émerge une près précise description de la réalité et de l'évolution humaine. Un spectacle rare dont Paris aura la première européenne.
7-9 juin au Théâtre de l'Alliance.

Hideo Kanze, dans une démonstration de théâtre Nô.
Il ne s'agira pas d'un spectacle de Nô mais d'un introduction à cette forme d'expression. Le Professeur Watanabe Moriaki présentera les techniques dramatiques et musicales ainsi que l'historique de ce théâtre.
Le grand acteur Kanze Hidéo, accompagné de ses musiciens et comédiens, interprètera avec et sans costumes, deux scènes du répertoire traditionnel.
Akogi. Nô du pêcheur condamné.
Concert et danse (Nô de Tôru)
Dôjôji. Nô de la cloche
Mercredi 22 juin 1983 au Théâtre de l'Alliance.
Ceux qui désirent aller plus loin pourront suivre du 1-3 juillet un stage avec Kanze Hidéo et Watanabe Moriaki.

Hikashu Groupe Rock.
La musique rock japonaise commence à s'imposer à travers le monde. Elle est très différente des autres musiques rock. A travers les sonorités exacerbées d'instruments occidentaux, elle révèle de profondes racines orientales sans avoir recours aux instruments traditionnels japonais.
En fait, elle assimile les instruments occidentaux à une culture différente. Le groupe Hikashu viendra spécialement du Japon pour donner ce concert unique en Europe pour témoigner de la vivacité et de l'importance de ce phénomène musical qui mobilise la jeunesse japonaise d'aujourd'hui. La chanteuse Megumi Satsu présentera le groupe.
Samedi 11 juin au Théâtre de l'Alliance

Concert de Musique Classique par l'Ensemble Sankyoku.
Tomiyama Seikin, trésor national vivant, est actuellement le plus grand interprète de koto et de shamisen du Japon. Bien qu'aveugle, le musicien a réussi à faire connaître à l'étranger la musique traditionnelle japonaise.
Accompagné d'un ensemble de musiciens, il interprètera à Paris deux concerts différents.
Il sera accompagné par Tomiyama Mieko, Tomiyama Kiyotaka et Yamaguchi Goro.
27-28 juin au Théâtre de l'Alliance.

The Circle, Musique Contemporaine.
La musique contemporaine japonaise est extrêmement riche et variée. Les musiciens qui la créent ne cessent de parcourir le monde à la recherche de sonorités nouvelles et de formations aux techniques les plus diverses. L'ensemble Circle se compose de 6 solistes japonais qui, effectuant des recherches en Allemagne et en Hollande, se regroupent ponctuellement pour des créations qui allient les instruments traditionnels aux instruments contemporains. Le programme proposé pour la première fois en France en témoigne. Ils interprètent une oeuvre de Maki Ishit, "Monochrome pour 20 tambours ko daiko"
Cette oeuvre, pour qui connaît la puissance des tambours ko daiko est tout à fait surprenante.
La "hiérophonie V pour 6 instrumentistes" de Yoshihisa Taira et "l'Alternance pour 6 instrumentistes" de Maloto Shinohara complèteront ce concert unique.
Lundi 13 juin au Théâtre de l'Alliance

Concert de Biwa. Par Madame Tsuruta Kinshi.
Le biwa est un instrument originaire d Asie occidentale. II est de la même famille que le 'oud arabe et le luth européen. Il a été importé au Japon par la voie de la Chine et de la Corée ou il est appelé pyba ou pipa.
II y a plusieurs formes de biwa au Japon qui sont utilisées pour interpréter différentes musiques mais il n'y a qu'une seule interprète de Biwa reconnue et admirée tant au Japon qu'ailleurs.
Madame.Tsuruta Kinshi, malgré son âge, a accepté de témoigner une nouvelle fois en Europe de son art, accompagnée par Mademoiselle Yamasaki.
Le mardi 14 juin au Théâtre de l'Alliance

Hayachine Kagura. Danse rituelle.
Les kagura, (littéralement litanies divines) sont une forme de rituels japonais pratiquement inconnus en Europe.
Ce spectacle rare, réservé aux cérémonies et non prévu pour des présentations sur scène, serait, selon certains, une représentation chamaniste, ce que d'autres récusent absolument.
Néanmoins, pris en tant que tel, le spectacle est saisissant de spiritualité et de beauté plastique.
Le terme kagura vient de Kamukura qui signifie "le siège des Dieux"
Les premiers kagura étaient réalisées de la manière suivante : un lieu était défini comme étant le siège des Dieux appelés à venir sur terre afin de recueillir des offrandes qui leur étaient destinées.
Tout le village se réunissait et présentait aux Dieux ses chants et ses danses pour les remercier. Les premiers kagura remontent à 1488 lorsque les moines Yamabushi se sont réunis sur la montagne Hayachine pour pratiquer ensemble leur rite. Les moines, qui viendront pour la première fois en France, présenteront, au cours des trois soirées, trois cérémonies différentes.
PROGRAMME A - Samedi 18 juin
Tori-mai ; Okina-mai ; Sanbaso ; Yama-No-Kami-mai ; Fusho-mai ; Hataori-mai ; Gongen-mai.
PROGRAMME B - Dimanche 19 juin
Tori-mai ; Matsumukae-mai ; Ura-sanbaso ; Shimekiri-mai ; Odamaki-mai ; Sankan-mai ; Gongen-mai.
PROGRAMME C - Mardi 21 juin
Tori-mai ; Okina-mai ; Sanbaso ; Koyama-no-kami-mai; Amakudari-mai ; Tennyo-mai ; Kurama-mai ; Gongen-mai.
Les 18-19 et 21 juin au Théâtre de l'Alliance

Danse des Ténèbres - ANKOKUBUTO HA. Création de Hijikata Tatsumi.
A la fin des années 50, une révolution a éclaté dans le monde de la danse japonaise. Hijikata Tatsumi a mis fin aux tentatives d'occidentalisation de la danse japonaise en créant une forme contemporaine de danse enracinée dans la culture japonaise.
Ce nouveau style de danse Ankokubuto, littéralement "La Danse des Ténèbres" exprime la mort, les ténèbres, l'inconnu. La mort et l'érotisme ont toujours été étroitement liés dans la culture japonaise et ils trouvent leur parfaite expression dans l'Ankokubuto.
Hijikata Tatsumi n'a plus dansé depuis 10 ans. Il a créé spécialement pour l'événement Japon 83, une chorégraphie dont Paris découvrira la première et qui sera interprétée par Ashikawa Yoko.
Les 25 et 26juin au Théâtre de l'Alliance

Ko Murobushi. Danse Buto.
Elève de Tatsumi Hijikata avec qui il a étudié en 1968, danseur, chorégraphe et fondateur d'une revue de Bûto "La saison Violente" Ko Murobushi, qui appartient à la deuxième génération de l'Ankokubuto née de l'éclatement du Dai Rakuda-Kan, interprétera pour la première fois en France sa dernière création "IKI" (mot polysémique pouvant signifier selon le contexte: souffle, chic, mourir, vivre, aller, dandysme, domaine, etc.) A travers le thème de la momie, ce spectacle constitue une interrogation sur l'origine du souffle ou force vitale, et sa destination, sur le jeu de la vie et de la mort.
Mercredi 29 juin

Gagaku. Bugaku. Musique et danse classiques.
Les origines du gagaku remontent à plus de 2000 ans. Il a été introduit au Japon entre les VIIe et Xe siècles. Les musiques et danses de l'Inde, de l'Asie Centrale et de la Chine ont été mises en forme en Chine puis, par l'intermédiaire de la Corée ont atteint le Japon sous la forme actuellement connue sous le nom de gagaku; cette forme n'a pas cessé d'évoluer à travers les siècles.
Le Tokyo gakuso, pour sa nouvelle venue en France, présentera deux programmes différents.
PROGRAMME A:
Kangen: Netori (hyojo key); Ringa; Etenraku; Bairo.
Bugaku: Maizairaku; Genjoraku; Shunteika.
PROGRAMME B
Kangen: Netori (banshikicho key); Seikaiha; Somakusha-no-ha; Etenraku.
Bugaku: Engiraku; Ryo-o; Bairo.
2_5 juin au Théâtre du Rond-Point.


Les Marionnettes du Bunraku.
Le spectacle de marionnettes Bunraku a été créé au milieu du XVIIe siècle à une époque où trois formes artistiques : joruri (narration), manipulation de marionnettes et musique shamisen se combinent avec bonheur pour former ce qui est aujourd'hui connu sous le nom de Bunraku. Le siècle suivant a été I'âge d'or de la marionnette japonaise. La plupart des chefs d''uvre du répertoire du Bunraku ont été créés durant cette période. II fût un temps où la popularité des marionnettes éclipsa celle du Kabuki et nombre de pièces écrites initialement pour le théâtre de marionnettes entrèrent dans le répertoire du Kabuki.
Pour sa nouvelle visite en France, la Bunraku Association présentera des extraits de trois pièces célèbres :
- Imoseyama onna teikin (l'enseignement des femmes)
- Hana wa tashi no dan (la scène de la cerisaie)
- Yama no dan (la scène de la montagne)
Du 8 au 11 juin au Théâtre du Rond-point Compagnie Renaud-Barrault

Deux expositions de photos accompagnent la présentation de Bunraku au Théâtre du Rond-Point, Compagnie Renaud-Barrault, l'une de photographies de Bunraku par Parên Shayuu, l'autre de photographies de Kabuki par Lyu Hanabusa.
Entrée libre du 8 au 26 juin

Calligraphie.
Le caractère chinois et japonais appelé idéogramme possède en même temps qu'un contenu intrinsèque, un graphisme qui, à l'origine, n'était pas éloigné de la signification du contenu.
La lettre et, par extension, le mot peuvent donc figurer un dessin.
L'art de la calligraphie consiste à mettre en valeur la force de l'idée du graphisme et de la gestuelle. Le calligraphe prépare son travail avec soin et minutie comme une prière. Le tracé ne dure que quelques secondes et le geste dans l'espace possède autant de valeur que le résultat d'encre animale et de papier de riz.
Le grand maître Hiroquki Matsumoto viendra pour la première fois en Europe pour faire une démonstration de calligraphie le mercredi 1er juin à 21 h.

Ikebana, école Sogetsu.
L'Ikebana, arrangement floral lié à la cérémonie du thé tire son origine du bouddhisme Zen. II constitue d'abord une prière puis un hommage à la beauté dépouillée. C'est au XIVe siècle qu'un moine rêva les règles de l'Ikebana qui donne le goût de la contemplation paisible, le sentiment fraternel de la nature et l'exigence de la perfection et de la simplicité.
Transformé en art au XVIe siècle, 300 écoles l'enseignent aujourd'hui.
C'est le grand maître de l'une des plus connues le Sogetsu, Teshigahara Hiroshi qui présentera au cours de sa démonstration les principes de cet art tout à fait particulier au Japon.
Vendredi 3 juin à 21 h.

Théâtre et Chamanisme.
Les rapports de la possession et du théâtre sont maintenant bien connus ; par contre ceux qui se sont établis entre le chamanisme (qui est l'inverse de la possession) et le théâtre n'ont pas encore été approfondis.
De même que la possession a été tout d'abord analysée sous ses formes religieuses et thérapeutiques, des études innombrables existent sur ces deux aspects du chamanisme à partir des travaux de Mircea Eliade. Le colloque se propose d'explorer, avec la participation d'éminents spécialistes asiatiques, européens et américains, le prolongement du phénomène chamanique dans les arts du spectacle.
Des films, des enregistrements, des diapositives illustreront les débats.
Mercredi 15 juin de 18 h à 24 h.
Jeudi 16 juin de 18 h à 24 h.
Vendredi 17 juin de 18 h à 24 h.
Dimanche 19 juin - débat à 19 heures sur le Kagura.

Cérémonie du thé.
La cérémonie du thé consiste en un rite, bouddhique à l'origine, vieux de plusieurs siècles. Des lettrés avaient coutume au XIVe siècle, de se réunir à Kyoto dans le pavillon d'argent pour méditer et offrir des prières à Bouddha. La cérémonie du thé, longtemps associée à l'Ikebana (arrangement floral) devient, depuis le XVIIIe siècle un art de société, extrêmement codé et possédant une esthétique particulière.
Le grand maitre Sen Soshitsu présentera cet art le 16 juin.

FILMS : SUMO, TATOUAGES ET FETES JAPONAISES
Une soirée de Japon 83 sera consacrée à la projection de films documentaires présentés par l'Association pour la Promotion d'Echanges Culturels Franco-Japonais. Ces films nous permettront de découvrir les divers aspects de la lutte traditionnelle du Japon. (Une Journée de Sumo, 50min - Les Mondes du Sumo, 27min), le tatouage japonais et son univers particulier (Artiste sur peau, 35min) et les fêtes les plus originales du Japon (O a raï matsuri, fête de la purification du printemps, 25min - Nebuta Matsuri, fête du Nebuta, 25min). Hi Watari Matsuri, fête de la traversée du feu, 25min.
Le jeudi 23 juin au Théâtre de l'Alliance

OBSESSION JAPONAISE Diaporama.
Un écran - quatre projecteurs - 360 diapositives, quarante minutes pour découvrir les grandes villes japonaises. François Berthelot a sillonné le Japon son appareil photo à la main. Le long de la voie ferrée du Shinkansen dans une vingtaine d'années Tokyo rejoindra Nagoya qui touchera Kyoto et Osaka pour former une mégamétropole de 100 millions d'habitants sur plus de 300 kms. Images de la vie quotidienne, de l'architecture, des processions, du métro, des temples, des rockers, du Bunraku, du Kabuki, accompagnées de documents sonores de musique et de chant populaire.
Le diaporama sera suivi de la projection d'un film "l'encre et le pinceau" (30min) sur la calligraphie japonaise.
Le jeudi 30 juin au Théâtre de l'Alliance

Origine géographique

Japon

Mots-clés

Date du copyright

1983

Cote MCM

MCM_1983_JP_S1

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Japon 83. Musique, Danse Théâtre. Affiche Japon 1983-06-02 Affiche
Titre Localisation Date Type
Saison 1983 1983