Ressource précédente
Ressource suivante

Japon 1993. 4-30 mai 1993. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Japon 1993. 4-30 mai 1993. Spectacle

Date

1993-05-04

Date de fin

1993-05-30

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Musique

Description de la pratique

Le dialogue des cultures est par essence la vocation de la Maison des Cultures du Monde et du Rond-point ' Théâtre Renaud-Barrault.
L'ensemble du programme montre, à des niveaux divers, non seulement un panorama des formes classiques ou contemporaines japonaises, mais aussi des créations occidentales marquées par la culture japonaise et inversement.
Tous les spectacles se placent sous le signe des influences croisées et récurrentes :
-de Paul Claudel, qui compose un Nô (La Femme et son ombre) à Mishima qui s'inspire d'un fait-divers français pour écrire une tragédie grecque (L'Arbre des Tropiques)
-d'Antonin Artaud dont la pensée et les écrits participèrent à la naissance de la danse butô au maître Izumi qui joue Molière dans la tradition du kyôgen
-avec la danse butô qui renforce l'effet dramatique des confessions de Saint Augustin (Ils s'emparent du ciel), ou d'un des plus beaux textes d'Henri Michaux (L'espace aux ombres). -jusqu'aux ensembles de tambours traditionnels wadaïko, qui viennent se frotter au jazz ou aux rythmes latino-américains.
L'épure et la concentration, la symbolique et la violence, autant de marques du génie japonais qui, portées par les acteurs, danseurs, chorégraphes, metteurs en scène, tous imprégnés de cette culture, viennent enrichir voire même régénérer un théâtre occidental plus extraverti.

FESTIVAL CULTUREL DU JAPON À PARIS 1993
Lieux :
Maison de l'UNESCO
Service culturel et d'information de l'Ambassade du Japon en France
Le Rond-PointTTheltre Renaud-Barrault
Maison de la poésie-Terrasse du Forum des Halles
Foyer de la Grande Arche, Parvis de la Défense
Studio de l'Opera Paris Bastille (Académie Expérimentale des Théâtres)
Vidéothèque de Paris, Forum des Halles
Le Musée Guimet
Espace des Arts, Mitsukoshi Étoile
Galerie Yoshii de Paris
Galerie Romanet
Centre Georges Pompidou

Thème: "Dialogue des cultures "
Objectif : Puisant aux sources les plus fécondes de la culture japonaise, ce festival se propose de montrer combien sa modernité est porteuse de civilisation dans la société du XXle siècle.
Organisateurs : UNESCO
Ambassade du Japon en France (Service Culturel et d'Information)
Délégation permanente du Japon auprès de l'UNESCO
Fondation du Japon à Paris
Comité de coordination des ONG japonaises

Collaboration :
Ministère de la Culture et de la francophonie (Département des Affaires Internationales)
Ville de Paris
Commission nationale française pour l'UNESCO
Rectorat de Paris
Maison des Cultures du Monde
Association "Dialogue entre les Cultures" (ADEC)
Académie expérimentale des théâtres
Association française des Amis de l'Orient
Ministère japonais des Affaires étrangères
Ministère japonais pour l'Éducation, la Science et la Culture
Agence japonaise pour les Affaires Culturelles
Commission nationale japonaise pour l'UNESCO
Fondation du Japon
Association pour la construction de la Maison de la Culture du Japon a Paris
Fédération nationale des Associations UNESCO au Japon
Pen Club japonais
École Sogetsu
Institut Sabie
Association amicale des ressortissants japonais en France

L'identité du Japon est en plein devenir. Les fondements de cette culture, notamment la pluralité de ses origines et l'absence de hiatus entre le spirituel et le matériel, le transcendant et l'immanent, ont permis au Japon de s'ouvrir à l'occident.
Ainsi, nous pouvons partager aujourd'hui avec ce pays les fruits de son extraordinaire aventure culturelle, où le développement économique et scientifique n'est pas porteur d'écartèlement et où se préserve la permanence de l'unité.
Lieu de rencontre des civilisations, l'UNESCO est heureuse de présenter, en collaboration avec les autorités du Japon et de la France, cette manifestation qui s'inscrit dans le dialogue des cultures, seul investissement de nature à garantir notre avenir.
Federico Mayor, Directeur Général de l'UNESCO

Aujourd'hui, le Japon offre souvent une double image, celle d'un pays de culture traditionnelle d'une part et celle d'une nation à la pointe de la technologie d'autre part. La question qui se pose alors à l'égard de notre pays est de savoir quel lien existe entre ces deux aspects.
A mon sens, bien que fortement influencé par la civilisation occidentale, le Japon a toujours su préserver ses valeurs essentielles.
Selon le Professeur LEVI-STRAUSS, nos emprunts aux pays étrangers furent si soigneusement filtrés, leur plus fine substance si bien assimilée que, jusqu'à présent, la culture japonaise n'a pas perdu sa spécificité.
A l'occasion de ce "Festival Culturel du Japon à Paris" que nous organisons conjointement avec l'UNESCO et le précieux soutien des Autorités françaises, nous avons choisi de présenter le Japon à travers ses arts traditionnels et contemporains ainsi que par le biais d'un certain nombre de rencontres et d'échanges intellectuels qui seront autant de prétextes à la réflexion sur le rôle que notre pays peut-être amené à jouer dans le monde de demain.
Je souhaite vivement que cette manifestation contribue, par son réalisme, son électisme et son rayonnement à frayer la voie à cette civilisation de l'Universel que nous appelons de tous nos v'ux.
Atsuhiko Yatabe, Ambassadeur du Japon en France

26 avril, 12 mai
UNESCO, Salle de cinéma
Festival international de films amateurs de Hiroshima
La ville de Hiroshima organise un Festival biennal de films amateurs sur le thème "La Paix et la Vie" en mémoire de cette première ville victime de la Bombe A.
Le Festival se veut être un message pour contribuer a la promotion des échanges culturels et de l'amitié entre les peuples. II présente un palmarès de ces dernières années:
Way de YOSHIDA Hiroshi, Japon (sous-titrage anglais).
Coming Back Alive de SAKODA Yoshinobu, Japon (sous-titrage anglais).
I Ask Myself de OMACHI Shimpei, Japon (sous-titrage anglais).
Go Get'em de YOSHIDA Hiroshi, Japon (sous-titrage anglais).
L'Arche de Bernard DUBIQUE, France (version française).
Extended Play de David CASCI et Chris PARRY, USA. (version anglaise).

27 avril
UNESCO, Salle de cinéma de 18 h 30-20 h
Nouvelles images au Japon : Arts de la vidéo et de l'ordinateur, oeuvres de :
YAMAGUCHI Katsuhiro :
Movement, 1985
Bridge to Bridge, 1988 ;
Rebellion of Ubu, 1993
KAWAGUCHI Yoichiro :
Growth : Mysterious Galaxy, 1983 ;
Float, 1987 ;
Flora, 1989

28 avril
Maison de la poésie-Terrasse du Forum des Halles
Lecture-Concert
Le Renshi - improvisation poétique à plusieurs voix (sur invitation)
par ADONIS (Liban) ; Guennady AIGUI (Russie) ; Lokhnath BHATTACHAVA (Inde) ; Alain JOUFFROY (France) ; OOKA Makoto (Japon) ; Bernard NOËL (France) ; Jean-Baptiste TATI-LOUTARD (Congo)
Animé par : André VELTER
Textes dits par Jany GASTALDI et Jean NEGRONI
Piano : Michel BARBE
Le Renshi est la forme évoluée d'un genre de poésie qui existe depuis le Xe siècle au Japon et qui fut très populaire du XVIIe au XIXe siècle.
Plusieurs poètes composent quelques vers l'un après l'autre. Et la règle veut que chaque poète choisisse comme thème le dernier mot prononcé par le poète précédent.

29 avril
UNESCO, Salle de cinéma
"L'ascèse de la marche" de Daniel MOREAU
Film tiré du livre de TAKEMOTO Tadao "André Malraux et la cascade de Nachi".
Sur le chemin des KAMI, Malraux visite les "trois sanctuaires de Kumano" où il apprend à connaître un Japon bien plus ancien que celui qu'il avait fréquenté: populaire dans sa sève, étroitement lié à ce milieu à la fois vital et sacré que constituent l'arbre et la montagne, ésotérique dans ses expressions rituelles et iconographiques, et, qui avait artistiquement culminé au IXe siècle, sous l'influence des Ecoles Tendaî et Shingon.

Rond-Point Théâtre Renaud-Barrault
"Le théâtre asiatique : Fascination ou séparation?"
La modernité au théâtre porte la marque de l'Orient dès le début du siècle. Et ainsi, de Claudel à Mnouchkine, de Brecht et Meyerhold à Brook et Grotowski, le théâtre asiatique a engendré les questionnements les plus radicaux et imprégné les aventures les plus extrêmes. Aujourd'hui, garde-t-il encore sa force interrogative, intervient-il toujours dans les projets et les spectacles des jeunes metteurs en scène? Est-ce qu'à la fascination succède l'érudition? De référence polémique devient-il simple objet de savoir ?
Table Ronde avec des artistes de théâtre de différentes générations.
Gallimard et le Japon - Présentation de trois livres :
Le soleil et l'acier, de MISHIMA Yukio
MISHIMA, ou la vision du vide, de Marguerite YOURCENAR
L'acteur qui ne revient pas, de Georges BANU

Rond-Point Theâtre Renaud-Barrault de 18 h 30-20 h
Théâtre Nô par KANZE Hideo :
Séance de démonstration publique
Maître de la plus célèbre famille de Nô, KANZE Hideo, artiste célébré par tout le Japon, sera invité à faire une démonstration des principes de son art.

Vidéothèque de Paris de 21-23 h
Bando Tamasaburo
Tamasaburo, la "Joconde" du Kabuki, incarne l'esprit du Kabuki dans tout son art et la maîtrise subtile de ses signes hérités.
Projection exceptionnelle de films vidéo inédits.
Présentation par Georges BANU.

29 avril-4 mai
Studio de l'opéra Paris Bastille
Chantier : "Paul Claudel et le Nô" sous la direction de KANZE Hideo
Le Nô, art séculaire, tient du théâtre et également de la danse, il est une des expressions les plus accomplies du théâtre dansé.
Seront invités à participer à ce chantier des chorégraphes accompagnés, chacun, de deux de leurs danseurs, de leurs metteurs en scène et acteurs.

30 avril
UNESCO, Salle I
Colloque sur "La culture du XXIe siècle : Perspectives transdisciplinaires"
"La connaissance scientifique, de par son propre mouvement interne, est arrivée aux confins où elle peut entamer le dialogue avec d'autres formes de connaissance", dit la Déclaration de Venise en 1986.
Le colloque mettra en lumière la possibilité de cette nouvelle rencontre au seuil du XXIe siècle qui sera le siècle de la culture.
Participants :
FUKUI Kenichi, Prix Nobel de Chimie, Directeur du Centre de recherche de la chimie fondamentale;
NlSHlJlMA Yasunori, Chimiste, Ancien-Président de l'université de Kyoto ;
HAGA Toru, Professeur au Centre de recherche internationale de la culture japonaise ;
Michel CAZENAVE, philosophe, écrivain, Radio France Culture ;
Francisco VALERA, Biologiste, Professeur à l'Ecole Polytechnique
Modérateur : René BERGER

3, 5 mai
UNESCO, Piazza
Grande cérémonie du thé (sur invitation)
Directeur : TESHIGAHARA Hiroshi, Grand maître de l'École SOGETSU
Pavillons du thé conçus par : ANDO Tadao (Japon), Charlotte PERRIAND (France), Ettore SOTTSASS (Italie) et CHO1 Jae-Eun (République de Corée)
Démonstration : IZUMl Masakazu, Président de SABIE et l'École URASENKE
Animation : Création de l'Ecole SOGETSU, Présentation de l'Art floral
La Cérémonie du thé fait partie de la culture japonaise. II s'agit d'un art global qui réunit architecture, jardins, peinture, céramique, ikebana, art culinaire, pour créer un lieu de rencontre.
TESHIGAHARA Hiroshi, artiste dans les domaines des arts plastiques, du cinéma, de l'ikebana et de la céramique, est le concepteur de cet événement. Le Maître IZUMI Masakazu de l'Ecole URASENKE est l'hôte de la Cérémonie du thé, il propose une nouvelle voie de thé (Pavillons ouverts au public le mardi 4 mai et du jeudi 6 mai au samedi 15 mai sauf dimanche).
(Démonstrations les 8, 10, 13, 14 mai 16 -19 heures)

UNESCO, toutes les salles 18 h 30 Inauguration des expositions
UNESCO, Salle I, 20 h 30
Kagura, danse et musique sacrées d'Izumo
Le programme se déroule sur différents lieux sacrés autour d'Izumo, dans la préfecture de Shimane.

Oki-Renge-Emai
L'île d'Oki conserve depuis mille ans le prototype de l'art religieux du Japon. Classé comme patrimoine intangible majeur pour l'Etat, son rythme particulier, ses masques établissent le lien entre l'île d'Oki et la Route maritime de la soie.

Gôgawa-Taiko
Depuis l'éternité, le tambour est l'instrument de communication entre les dieux et les hommes. Gô-no-Kawa, la rivière qui traverse Shimane a nourri cet art.

Ôdochi- Kagura
Le Temple d'Izumo où se réunissent les dieux une fois par an pour les décisions concernant l'année, nous transmet son Kagura traditionnel, dédié aux cérémonies du Temple.

4-9 mai
Le Rond-Point Théâtre Renaud-Barrault, Petite salle.
L'Arbre des tropiques de MISHIMA Yukio, mise en scène de MIHARA Eiji
L'Arbre des Tropiques est la seule pièce de son théâtre à laquelle MISHIMA ait donné le nom de "tragédie", il la taxait lui-même d'"Electre japonaise". Sa première idée lui vint à la suite d'un fait-divers français.
Le superbe texte de la pièce et le désir de conforter l'art de MISHIMA à la sensibilité occidentale a attiré MIHARA Eiji qui, comme dans le théâtre classique Kabuki, a inversé les sexes des rôles du père, de la mère et de la tante.

4-8 mai
Le Rond-Point Théâtre Renaud-Barrault
"Wadaiko" (Tambours du Japon),
direction AMANO Sen et son groupe ARAHAN
AMANO Sen et ARAHAN est l'un des ensembles de tambours les plus connus du Japon. Cette impressionnante formation de percussionnistes (Wadaïko) possède une longue tradition étroitement liée aux arts populaires. En raison de la ressemblance de sa musique avec le tonnerre, le Wadaïko intervenait autrefois lors des cérémonies que l'on accomplissait pour demander au ciel d'accorder la pluie. AMANO Sen et ARAHAN se distinguent des autres groupes de Wadaïko par sa recherche de nouvelles sonorités.

5 mai
UNESCO, Salle I, 18 h 30
Projection du film Rikyu de TESHIGAHARA Hiroshi
La vie et la mort du fondateur de la voie du thé

6, 8-10 mai
UNESCO, Salle I
Théâtre Nô La Femme et son ombre de Paul Claudel, traduction et adaptation de KIMURA Taro, décor de TESHIGAHARA Hiroshi, chorégraphie de KANZE Hideo, musique de SUMI Yoshio (création) (sur invitation)
Le 26 mars 1923 a lieu au Théâtre Impérial de Tokyo une Première tout à fait particulière. II s'agit du premier Nô français, Onna to Kage, La Femme et son ombre de Paul Claudel. Cette création est saluée comme un événement, "sans précédent dans le monde théâtral du Japon"
Soixante-dix ans plus tard, un autre événement se prépare. L'un des plus célèbres metteurs en scène japonais, entouré d'une distribution prestigieuse, crée ce Nô à Paris, à l'UNESCO et au Rond-Point.

7 mai
UNESCO, Salle I
Colloque : "Des formes pour le XXIe siècle"
Quelles seront les formes de notre espace vital de demain ? De grands architectes de différentes nationalités échangeront leurs vues, accompagnées d'illustrations.
Modérateur : Pierre RESTANY.
Participants :
TANGE Kenzo
ANDO Tadao
Charlotte PERRIAND
CHOI Jae-Eun
Ettore SOTTSASS
Pierre CARDIN
Dani KARAVAN
Daniel BUREN
Christian de PORTZAMPARC
Pierre-Yves TRÉMOIS, Omar TAKÉ

10 mai
UNESCO, Salle I
"Tsugaru-Shamisen et le folklore d'Aomori"
par YAMADA Senri et FUKUSHI Ritsu, mise en scène KATO Seigô
Né il y a cent vingt ans, le Tsugaru-Shamisen (trois cordes) et le folklore de Tsugaru attirent la jeunesse. Le monde a reconnu ce son spécifique comme étant très représentatif du Japon.
YAMADA Senri joue cette musique depuis cinquante ans, illustrant la montagne blanche, la joie de la récolte et les paysages de Tsugaru. Il a été applaudi en Hongrie, en Autriche, en Allemagne et aux Etats-Unis. Au-delà de l'exotisme, nous pourrons apprécier la puissance du son qui pénètre au coeur de tous les peuples.
FUKUSHI Ritsu, son épouse, la chante.
Participation spéciale de Partho SARATHY au Sarod, accompagné de Tabla et Tanpura.
Cette soirée est offerte par l'association UNESCO d'Aomori

11-12 mai
UNESCO, Salle I
"Théâtre d'ombre" par le Groupe Kashi-no-ki
Au XVIIIe siècle, le ministre français Silhouette a dessiné son portrait en ombre. Depuis la "silhouette" et "l'image d'ombre" sont devenus synonymes.
Le théâtre d'ombre de KASHINO-KI ressemble à celui qui a été crée en France. Le fond noir est une expression symbolique. Au Japon, depuis 1950, ces images sont en couleur, ce qui accentue l'aspect mystique. L'art de KASHINO-KI se fonde ainsi sur la tradition à la fois occidentale et orientale.
La première partie "Shadow Show" présente un jeu de lumière et d'ombre, avec la participation des spectateurs qui découvriront le secret de la technique.
La deuxième partie "La Bougie Rouge et la Sirène" est un célèbre conte pour enfants écrit par OGAWA Mimei. La sirène, créature imaginaire, fait réfléchir sur la mentalité des êtres humains.
(Entrée libre)

11-16 mai
Le Rond-Point Théâtre Renaud-Barrault, Petite salle
"Le Moine" de Matthew Gregory LEWIS, adapté par Antonin ARTAUD, mise en scène de Gérard GUILLAUMAT
Le Moine, qu'André BRETON tient pour l'un des chefs-d''uvre du roman fantastique, fut écrit en 1795. C'est l'oeuvre d'un tout jeune homme de dix-neuf ans, Matthew Gregory LEWIS. Le Moine nous renvoie à la dualité d'un être, apparemment sans faille, admirable dans l'image sociale qu'il représente quotidiennement, et dont l'existence bascule vers une vie souterraine, interdite et condamnable, une fêlure irrécupérable.

11-12 mai
Le Rond-Point Théâtre Renaud-Barrault
"Théâtre Kyogen" par I'Ecole Izumi
Le Kyogen est une forme de comédie qui s'est développée au cours de la période Muromachi (1380-1 466) parallèlement au Nô.
"Au Nô, les aspirations, l'idéal, ce que nous voudrions être. Au Kyogen, l'acceptation, la réalité, ce que nous sommes.'' Les deux voies conduisent à la sagesse.
Le Kyogen est une forme théâtrale comique qui s'est développée au XIVe siècle en même temps que le théâtre Nô.
L'Ecole Izumi qui se perpétue depuis une vingtaine de générations, présente trois pièces traditionnelles :
Kakushi Tanuki
Bonsan
Bôshibari
Elle met en scène également quelques pièces de Molière selon les techniques propres au théâtre Kyogen.

12 mai
UNESCO, Salle I
Conférences sur la culture japonaise :
HIRAYAMA Ikuo La culture japonaise et la Route de la soie
Bernard FRANK De l'Inde au Japon : L'art de Soutra du Lotus.
HIRAYAMA Ikuo, Président de l'université des Arts de Tokyo et Ambassadeur de bonne volonté de l'UNESCO, a parcouru les routes de la soie depuis quarante ans, à la recherche de la voie de la paix et du dialogue des cultures. L'identité de la culture japonaise sera mise en lumière par cette approche.
Bernard FRANK, japonologue, Professeur au Collège de France, tracera la route du bouddhisme qui relie l'Inde au Japon, s'appuyant sur le Soutra du Lotus.
Les deux présentations seront illustrées de projections.

13-14 mai
UNESCO, Salle I
Concert de musique contemporaine ;
Compositeurs et musiciens japonais en France
Deux soirées de musique contemporaine par des solistes japonais et le sextuor d'ondes Martenot de Jeanne Loriod - Pièces d'Olivier Messiaen et des compositeurs japonais.
Ces deux soirées sont consacrées à I''uvre d'Olivier MESSIAEN et à celle de quatre de ses élèves ou disciples japonais : MAKINO Kotori, TAMBA Akira, TAIRA Yoshihisa et YOSHIDA Susumu. Ces derniers ont choisi la France comme lieu de leur activité professionnelle. Des 'uvres de Takemitsu et Fukushima, résidant au Japon, seront aussi jouées.
Ces différentes pièces seront interprétées par les solistes japonais vivant en France : Mlle EBI Akiko, piano ; KANNO Jun, piano ; KUDO Shigenori, flûte ; Mlle MORI Yûko, violon ; Mlle NARA Yumi, soprano ; Mlle UEDA Haruko, piano.
Le sextuor d'ondes Martenot de Jeanne Loriod, utilisant l'un des tout premiers instruments de musique électronique présenté pour la première fois en 1928 à l'Opéra de Paris, interprètera également des 'uvres de ces compositeurs au cours de ces journées.

14-23 mai
Le Rond-Point Théâtre Renaud-Barrault
"Mémoire de fruit" : Danse Butô par TAMANO Koichi
Dans certaines civilisations, aujourd'hui encore, on attribue à certains êtres le pouvoir de communiquer avec les dieux, de transmettre leurs oracles. Les danseurs de Butô s'avancent en sentinelles dans un territoire intermédiaire où l'humain accède au monde des esprits, aux malicieuses divinités qui régissent la nature, aux insondables ténèbres de la conscience. Parmi les héritiers de HIJIKATA Tatsumi, fondateur du Butô, TAMANO Koîchi n'est pas le moins singulier. Resté au plus près de la source initiale du Butô, il en perpétue le sulfure. Danseur-animal, centaure-fantôme, il hante les scènes où il se produit de sa présence effrayante et prodigieuse. On pourrait lui répéter ce qu'une sorcière islandaise confia un jour à un autre danseur de Butô : "Autour de toi, il y a beaucoup de dieux qui dansent". (Jean-Marc ADOLPHE, journaliste).

15 mai
UNESCO, Salle I
A Listening Garden et Image Synapse par le Tokyo Experimental Arts Ensemble
Le Tokyo Experimental Art Ensemble, créé par Christophe CHARLES et SAKAI Shinichi (Gallery Surge, Tokyo) en 1991, regroupe des artistes aux activités pluridisciplinaires et multimédia, qui contribuent a la création de réseaux de communication entre différents domaines artistiques, scientifiques et sociaux.
A Listening Garden et Image Synapse sont deux 'uvres "environnementales", conçues de telle manière que le public et les artistes prêtent attention à chaque événement visuel ou sonore. Chacun se détache clairement sans intention de dominer l'ensemble. A Listening garden sera réalisé autour des sculptures de Mineko GRIMMER, par YAMADA Setsuko (danse), FUJIEDA Mamoru (système sonore), HARADA Kazuo (Cidero lhos : instruments originaux), SAKURAI Makiko (voix) et Christophe CHARLES (système sonore). Image Synapse sera interprété par YAMAGUCHI Katsuhiro (images lumineuses), KAKIAGE Nahôko (claviers) et SAGARA Nami (voix). Les deux pièces forment un spectacle multimédia basé sur une écoute et une compréhension mutuelles.

UNESCO, Piazza, 22 h
"Présentation d'un défile de mode" (sur invitation) par KATSURA Yumi
"Vent de l'Est, Fleurs de l'Ouest". L'Orient et l'occident sont étroitement liés dans la création de KATSURA Yumi qui dessine, avec les tissus et broderies d'Asie, des robes de soirée et des robes de mariée, de style européen. Avec les dentelles et tissus européens, apparaissent des dessins asiatiques.
Dans cette présentation de mode, les tissus de Lyon, les dentelles de Calais occupent, avec le tissage Nishijin de Kyoto, le tissu de Saga et les broderies d'Inde et de Chine, une place importante dans sa création.
En 1991, KATSURA Yumi a reçu le grand prix "Triomphe" de l'Association "Excellence européenne".

21-30 mai
Le Rond-Point Théâtre Renaud-Barrault, Petite salle
"Ils s'emparent du ciel" d'après les Confessions de saint Augustin. Mise en scène : Catherine ABECASSIS
Ce spectacle est une rencontre entre la voix de Saint-Augustin, le chant haute-contre, la danse Butô et la musique de Ray LEMA.
Conflit de ces différents mondes et possibilité d'une harmonie, pour qu'ensemble se crée l'ordre jusqu'à la lumière.

26-30 mai
Le Rond-Point Théâtre Renaud-Barrault
"L'espace aux ombres" de Henri MICHAUX, Mise en scène de Pierre TABARD
Dans L'Espace aux Ombres, il s'agit de l'errance d'une âme dans cet univers des ombres, dans cet espace infini du passage entre la vie et la mort. Elle appelle de toute ses forces un vivant, elle essaie de rester en contact avec lui tout en se déplaçant dans ce royaume, ce purgatoire où des hordes d'ombres se cherchent, s'attaquent, fraternisent et se fuient.

EXPOSITIONS
UNESCO, Salle des actes 3-15 mai
Paris vu par HIGASHIYAMA Kaii ;
Angkor vu par HIRAYAMA lkuo
Deux grands noms de l'École japonaise de la peinture convergent à l'UNESCO.
HIGASHIYAMA, titulaire de l'ordre de la culture, distinction suprême au Japon, s'associe à l'esprit de la décennie mondiale du développement culturel. En faisant don des droits de l'une de ses 'uvres majeures
Le Chemin, il a permis à l'UNESCO de créer son Prix pour la Promotion des Arts pour les jeunes artistes.
Il expose 19 tableaux poétiques Les Chaises de la Place de la Concorde que lui a inspiré son séjour à Paris.
HIRAYAMA, né à Hiroshima et irradié par la bombe A à l'âge de quinze ans, consacre sa vie à la recherche de la paix, ce qui l'amène à l'origine du bouddhisme et à la Route de la soie.
Président de l'université des Arts de Tokyo, Commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres et Ambassadeur de bonne volonté de l'UNESCO,
HlRAYAMA a créé une bourse UNESCO.
Son initiative pour sauver les monuments d'Angkor fait l'objet des peintures qu'il expose.

UNESCO, Salle des pas perdus 3-15 mai
Le Japan Graphic Designers Association (JAGDA) regroupe 1 900 membres.
L'exposition présentera une centaine d''uvres récentes de 9 artistes représentatifs de cette Association :
KAMEKURA Yusaku
TANAKA lkkô
NAGAI Kazumasa
KATSUI Mitsuo
SATO Koichi
SAITO Makoto
MATSUNAGA Shin
YOKOO Tadanori
FUKUDA Shigeo

Service culturel de l'Ambassade du Japon 3-8 mai
Céramiques contemporaines de Kyoto
La céramique de Kyoto et de Kiyomizu est témoin d'un passé de mille deux cents ans et ses techniques se sont transmises sans interruption. S'adaptant à chaque époque, elle s'est ingéniée à rester originale et inventive, et toujours animée d'un souffle nouveau, elle a connu un rapide essor. Un des aspects de cette réussite est d'avoir été jusqu'à exercer une influence sur les industries de pointe qui sont nées à Kyoto durant l'époque d'Edo (1603-1867).
Les trente-cinq ans de jumelage entre Paris et Kyoto seront commémorés cette année, et à cette occasion, la céramique de Kyoto et de Kiyomizu sera présentée dans sa forme actuelle.

UNESCO 3-15 mai
Foyer de la Salle I Izumo, berceau des dieux
Où siègent les kami du peuple japonais ? NAMIKAWA Banri, photographe qui parcourut le monde, a poursuivi l'image des dieux au Japon et finit par arriver à Izumo.
Dans ce lieu, aujourd'hui encore les hommes et les dieux communiquent comme par le passé. La mythologie d'Izumo revit devant sa caméra.
Depuis quarante ans, NAMIKAWA a mis tout son coeur pour fixer les images du patrimoine, où il a rencontré toutes sortes de dieux. Entre ses voyages, il a cherché le siège des Kami. Le mois d'octobre s'appelle en japonais "le mois sans dieu", excepté à Izumo où il s'appelle "le mois
avec les dieux". Cela veut dire que les Kami de tout le Japon se réunissent en ce lieu.
Cette exposition, présentée par la Préfecture de Shimane, montre ce que NAMIKAWA a saisi de ce berceau des dieux.

Salle Miro
Ikebana par les Maîtres français de I'École Sogetsu
Né de la religion bouddhique et issu de la religion shintoiste, I'kebana, "l'art de faire vivre les fleurs", est apparu au Japon dans les temples, au XIe siècle. Méditation pratique des moines, en accord avec le monde cosmique, il était compose de trois rameaux représentant le ciel, l'homme et la terre. S'il a gardé toute sa philosophie et ses compositions traditionnelles, c'est aussi un art contemporain utilisant les matériaux de notre temps.
Représentée dans cette Exposition par sa branche française, l'École Sogetsu est l'une des trois plus importantes écoles japonaises d'Ikebana.
Elle est dirigée par le Grand Maître TESHIGAHARA, artiste complet.

UNESCO, Salle Ségur 3-8 mai
Rencontre entre la calligraphie japonaise et la peinture française par MACHI Shunso, avec le concours de Philippe CARPENTIER
Chevalier de l'ordre des arts et des lettres, Mme MACHI Shunso, illustre figure de la calligraphie, développe ses activités au-delà des frontières.
Certaines de ses 'uvres se trouvent à la Résidence du Premier Ministre français, à l'Elysée, à la Résidence du Président du Sénégal, à l'UNESCO, à l'Université de Houston et au Musée de Menton.
À partir de 1985, Mme MACHI Sunso réalise des 'uvres qui expriment la poésie occidentale, créant ainsi une nouvelle méthode d'expression calligraphique. Une initiative remarquée est de marier la calligraphie et la peinture.

Foyer de l'Arche de la Défense 29 avril -14 mai
Kojiki d'Architecture par MOZUNA Kikô
Auteur de plusieurs musées au Japon dont un de la culture Aïnou, d'importants hôtels, de plusieurs résidences privées et du grand complexe portuaire de Hokkaido, MOZUNA Kikô est certainement l'architecte le plus original du Japon actuel.
Son 'uvre, basée sur une philosophie inspirée du bouddhisme tantrique, le distingue totalement de ses confrères et contemporains.

Galerie du Rond-Point Théâtre Renaud-Barrault 4 mai -9 juin
NAITO Rei
Né en 1961 à Hiroshima, NAITO Rei vit à Tokyo. Au centre de ses préoccupations se trouve l'installation, mais aussi le dessin, l'

Origine géographique

Japon

Mots-clés

Date du copyright

1993

Cote MCM

MCM_1993_JP_S1

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Japon 93. Affiche Japon 1993-05-04 Affiche
Titre Localisation Date Type
Saison 1993 1993