Ressource précédente
Ressource suivante

Japon. Théâtre Nô. Onna to kage d'après "La Femme et son Ombre" de Paul Claudel. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Japon. Théâtre Nô. Onna to kage d'après "La Femme et son Ombre" de Paul Claudel. Spectacle

Date

1993-05-08

Date de fin

1993-05-10

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Théâtre

Description de la pratique

Quatre représentations 8-10 mai 1993.

Création en japonais, sous-titrée en français
Mis en scène et joué par Hidéo Kanzé (l'ombre).
Traduction et adaptation : Kimura Taro
Décor : Hiroshi Teshigahara
Lumières : Ryuichi Nakagawa
Avec
Masakuni Asami (la femme),
Kosuke Nomura (le guerrier),
Yoshio Izumi, Nobuyuki Abe, Kanji Shimizu, Masaichiro Izumi, Minoru Shibata (le choeur),
Jiro Fujita (flûte traversière fue),
Shinichiro Miyamasu (tambour d'épaule ko-tsuzumi),
Yoshikatsu Tsukuda (tambour o-tsuzumi),
Hitoshi Sakurai (tambour taïko).
C'est l'intérêt bien connu que Paul Claudel a porté au théâtre japonais qui l'a conduit écrire le seul nô français : la Femme et son ombre, créé le 16 mars 1923 au Théâtre Impérial de Tokyo.
Publié dans l'Oiseau noir dans le Soleil levant, (Paris, Excelsior, 1927), il fut monté une seconde fois au Théâtre Marigny par les Ballets de Roland Petit en 1948.
La deuxième version présentée ici, fut retrouvée dans les papiers de l'auteur en tête d'un hommage au Japonnais Kineya Sakichi. Claudel y a introduit un choeur et tenté d'approcher plus fidèlement la structure du "nô onirique à deux parties".
Ces deux versions ont été publiées en 1952 par Gallimard, La Pléiade, tome III, Extrême Orient, des oeuvres complètes de Paul Claudel.

Voir dans le Journal du Rond-Point, le texte original La femme et son ombre (Onna to kage) de Paul Claudel, in L'oiseau noir dans le Soleil Levant, reproduit avec l'aimable autorisation de l'éditeur Gallimard
Cette pièce est interprétée par la plus prestigieuse troupe de nô du Japon, dirigée par Hidéo Kanzé.

L'argument
Dans un paysage sauvage et solitaire, un guerrier de l'ancien temps arrive avec sa suite. Il s'arrête devant une lanterne, censé commémorer la femme qu'il aimait et qu'il a perdu.
Une ombre apparaît qui, en se précisant, devient celle d'une femme. A la femme vivante qui arrive dans un palanquin, le guerrier déclare avoir vu l'ombre de sa femme disparue.
Il s'ensuit une lutte d'influence entre la femme réelle qui veut dissiper l'illusion, et l'ombre née de l'imagination du guerrier.
Celui-ci cherche à saisir l'ombre, mais la femme l'en empêche et chacun de ses mouvements est fidèlement reproduit par l'ombre.
Pour mettre fin à cette situation, le guerrier tranche d'un coup de sabre le lien qui unit les deux femmes, mais l'ombre l'attend toujours. Il la frappe alors et c'est la femme vivante qui meurt dans un cri. Le guerrier se retire en chancelant.

Hidéo Kanzé metteur en scène et acteur
Maître de la plus célèbre famille d'acteurs de nô, Hidéo Kanzé est né en 1927 à Tokyo. Il commence très tôt l'apprentissage du nô et dès 1'âge de cinq ans tient le rôle du shité dans le Tadanobu. Après l'université, en 1952, il se plonge dans une lecture approfondie de Zeami tout en entreprenant des études dramaturgiques.
Il part à l'étranger et réalise plusieurs mises en scène, Sophocle à Berlin-Est en 1970, l'aurore bleue de Toru Takemitsu à Paris en 1971.
Depuis 1972, il voyage chaque année aussi bien pour monter et jouer des créations contemporaines japonaises ou des classiques occidentaux (Idoménée de Mozart) que pour effectuer des tournées de représentations de nô. Ces tournées l'ont amené aux Etats-Unis et dans toute l'Europe particulièrement en France où il s'est produit à maintes reprises, notamment au Théâtre d'Orsay - Renaud-Barrault en 1976.

Le théâtre nô.
Le théâtre classique japonais comprend le nô et son complément le kyôgen, le kabuki et les spectacles de marionnettes. Le nô pour un occidental est sans doute la forme la plus secrète. Remontant au XIVe siècle, il rappelle à la fois le mystère médiéval et la tragédie classique.
Le nô tient de la psalmodie, de la liturgie, du chant, de la musique et de la danse, et le pouvoir des mots y atteint son apogée. Les représentations sont, en principe, des spectacles laïques, mais peuvent être données dans des temples lors de cérémonies religieuses. Elles se composent, dans la tradition, de cinq drames successifs qui durent chacun de 40 à 50 minutes.
Pour le profane, le nô c'est d'abord le masque, un des plus anciens et des plus raffinés au monde, mais c'est aussi une scène, qui est la reproduction exacte d'un petit temple décoré d'un grand pin noueux qui représente l'éternité et qui est devenu le symbole du nô.
Le nô c'est, enfin, le rituel de la représentation. A l'origine, un spectacle durait de un à cinq jours, mais les impératifs de la vie moderne font qu'aujourd'hui, il ne dépasse pas une demi-journée.
La troupe est composée des musiciens, du choeur, et des deux acteurs : le waki (faire-valoir) et le shité (personnage principal). Tous les rôles sont tenus par des hommes.
Ce qui frappe toujours le spectateur occidental, c'est l'extrême concentration du shité et l'absence apparente de toute action sur scène.
L'ensemble des comédiens de nô est divisé en cinq familles dont les plus anciennes descendent directement des fondateurs. Elles possèdent le privilège de la totalité du répertoire (environ deux cent quarante nô) et la quasi-exclusivité de la formation des comédiens.
L'ensemble du répertoire est lui-même divisé en cinq groupes, dont l'ordre de difficulté (ou de beauté) croissante est scrupuleusement respecté dans l'ordonnancement d'une représentation, durant laquelle un kyôgen est intercalé entre chaque nô.
L'extrême intensité dramatique dans le jeu et la charge poétique du texte, font d'une représentation un moment privilégié qui demande au spectateur une très grande concentration.

Textes

Mise en scène

Décors et costumes

Traduction-surtitrages

Origine géographique

Japon

Mots-clés

Cote MCM

MCM_1993_JP_S5

Date du copyright

1993

liste des contributeurs

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Japon. Théâtre Nô. Onna to kage d'après "La Femme et son Ombre" de Paul Claudel. Photos Japon 1993-05-08 Photo numérique
Titre Localisation Date Type
Saison 1993 1993