Ressource précédente
Ressource suivante

France. Le Moine de Matthew Gregory Lewis adapté par Antonin Artaud. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

France. Le Moine de Matthew Gregory Lewis adapté par Antonin Artaud. Spectacle

Date

1993-05-11

Date de fin

1993-05-16

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Théâtre

Description de la pratique

11-16 mai 1993.
Mise en scène : Gérard Guillaumat
Lumières : Dominique Dardant
Avec Jacqueline Corpateaux et Anne Laure Vieli

Cette oeuvre sulfureuse qu'André Breton tient pour l'un des chefs-d'oeuvre du roman fantastique, fut écrite en 1794 par un jeune homme de dix-neuf ans, Matthew Gregory Lewis. L'adaptation que nous en propose Antonin Artaud, un siècle et demi plus tard en renforce la profondeur.
Bien avant Le portrait de Dorian Gray ou Docteur Jekyll et Mr Hyde, ce texte nous renvoie à la dualité d'un être, ce moine apparemment sans faille, à l'image sociale admirable et dont l'existence bascule vers une vie souterraine, interdite et condamnable, une fêlure irrécupérable.
De son expérience de captivité, Gérard Guillaumat a sans doute gardé une sensibilité extrême à tout ce qui touche au plus profond de l'âme humaine.
La création du spectacle Le Moine est le fruit de la rencontre d'un grand homme de théâtre, d'un texte marquant, et de deux comédiennes-diseuses, un brin malicieuses.
Production Théâtre de l'écrou.

Le Moine
La présence d'Antonin Artaud dans un cycle sur le Japon est amplement justifiée par l'influence de sa pensée sur les intellectuels japonais de ce siècle.
Autant à la lecture des deux manifestes du Théâtre de la cruauté qu'à travers le traumatisme de Hiroshima ; la séduction de la mort, la dégradation du corps et 1'éloge de la folie deviennent des éléments de prise de conscience d'une époque et fournissent de nouveaux ressorts dramatiques. La naissance de la danse butô en est une démonstration convaincante.
Si Antonin Artaud s'est intéressé au Moine c'est justement du fait qu'il remue des valeurs essentielles de manière percutante et sans hypocrisie, et sans doute parce qu'il persiste au fond de chaque être humain des souterrains inavouables qu'il serait vain de ne pas vouloir découvrir.
La mise en scène de Gérard Guillaumat éclaire certains moments forts de ce conte fantastique, afin d'éviter que le spectateur ne se perde dans un dédale d'histoires à tiroirs.
Elle s'attache à suivre le personnage du moine, prisonnier d'un destin qui le conduira à sa propre destruction, à travers la grande bataille intérieure que livre chaque être humain à certains moments de son existence, entre le désir d'absolu et la restriction du quotidien.
Dans un décor d'une extrême sobriété, avec un travail exemplaire sur la diction et le raffinement d'un jeu réduit à son strict minimum, les deux comédiennes-diseuses passent insensiblement du ton de la confession à celui de la confidence salace et se métamorphosent, sans qu'il n'y paraisse en diaboliques sorcières.

Le Théâtre de 1'Ecrou
Fonde à Fribourg en 1986, il réunit deux comédiennes professionnelles ayant suivi une formation théâtrale à Paris : Jacqueline Carpateaux et Anne Laure Vieli. La démarche qu'elles se sont fixée procède du désir de s'ouvrir à différentes formes de travail théâtral, en privilégiant la rencontre de comédiens et de metteurs en scène d'horizons divers.
Une à deux créations par an depuis 1987, dont Peinture sur bois d'Igmar Bergman en 1989 et Le Moine en 1991 repris à Lausanne et Genève en 1992.
Gérard Guillaumat, metteur en scène
Sa passion pour le théâtre est née de sa rencontre avec Charles Dullin, à la Libération.
Il travaille dans les années cinquante avec Sir Lawrence Olivier et Marcel Marceau, part ensuite à New York vivre l'expérience de l'Actor's studio et à son retour en France rejoint Jean Dasté à la Comédie de Saint-Étienne. Les années soixante voient le début d'une longue collaboration (près de trente ans) avec Roger Planchon à Villeurbanne.
Ces dernières années, sa carrière prend une voie nouvelle avec les récitals qu'il choisit de créer et de jouer seul. Les textes de Maupassant, Dickens, Tchekhov, Rimbaud, Sartre deviennent alors la matière originale d'un spectacle de conteur.
Il se considère aujourd'hui comme un diseur au service d'une grande écriture, qui devient théâtre parce que précisément elle n'est pas mise en scène.
C'est cette expérience qui a suscité la proposition du Théâtre de 1'Ecrou pour une collaboration autour du Moine.

Textes

Mise en scène

Contributeurs

Origine géographique

France

Mots-clés

Date du copyright

1993

Cote MCM

MCM_1993_FR_S2

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Saison 1993 1993