Ressource précédente
Ressource suivante

Japon. Danses et Musiques de Tokyo. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Japon. Danses et Musiques de Tokyo. Spectacle

Date

1994-12-09

Date de fin

1994-12-11

Artistes principaux

Direction artistique

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Danse

Description de la pratique

9-11 décembre 1994.
Le spectacle est constitué de deux parties, la première étant consacrée aux Spectacles populaires et traditionnels de Tokyo, et la seconde aux Spectacles populaires et traditionnels du Japon. Les morceaux du répertoire s'inspirent des religions, des légendes populaires et de la vie quotidienne des Japonais. Au cours de ce spectacle, on pourra admirer les danses agraires et mythiques, mettant en scène des lions, le Dieu de la guerre, une araignée, un ogre et un serpent géant, accompagnées d'instruments de musique traditionnels.
Ce spectacle, présenté en 1992 à l'Opera House de Sydney et en 1993 au City Center de New York, a reçu un accueil enthousiaste de la part du public. Les spectacles populaires et traditionnels du Japon sont nés des rites de la vie quotidienne du peuple. Ils se sont transmis de génération en génération. Aujourd'hui encore, ils demeurent très vivants puisqu'ils sont présentés dans toutes les régions du Japon à l'occasion de fêtes et autres réjouissances et festivités populaires. Ils sont à l'origine du théâtre Kabuki et du Nô dont ils constituent les archétypes. Ces spectacles populaires reflètent par des touches vivantes et animées le paysage culturel et spirituel des communautés locales, et ils sont d'une valeur inestimable pour mieux connaître la culture du Japon profond.
Ces spectacles populaires et traditionnels sont habituellement représentés dans chaque région japonaise concernée, et ils sont très rarement présentés à l'étranger. Le spectacle de "Danses et Musiques de Tokyo" offre donc une occasion de les découvrir. La troupe "The
Japan Folk-Dance Ensemble'' (Ensemble de Danses traditionnelles du Japon), dirigée par le célèbre folkloriste japonais, le Professeur Ippei FUKUDA, signe cet événement. Les membres de cette troupe, danseurs et musiciens traditionnels de tout premier plan, ont d'ores et déjà remporté des prix à l'occasion de festivals culturels organisés par l'Agence japonaise des Affaires culturelles ou de concours réputés.
Leur répertoire est constitué par des morceaux choisis pour leur caractère à la fois original et représentatif, capable d'offrir une vue d'ensemble et un panorama exhaustif des arts traditionnels populaires du spectacle au Japon.
Ce spectacle est organisé par la "Tokyo Metropolitan Culture Foundation" (Fondation culturelle de la Ville de Tokyo), fondée en 1982 par la Ville de Tokyo. Cette organisation à but non lucratif se charge depuis 1989 de la réalisation de divers projets entrant dans le cadre des échanges culturels menés par la Ville de Tokyo, notamment dans le cadre de son pacte d'amitié avec Paris. Expositions diverses, notamment de dessins d'enfants, programmes de séjour et d'études pour les lycéens sont quelques-unes des actions qu'elle soutient ou prend en charge régulièrement.
On notera d'autre part que ce spectacle est présenté dans le cadre des manifestations organisées à l'occasion de "Tokyo à Paris 1994".

C'est un grand plaisir pour moi que de pouvoir présenter à tous les Parisiens un spectacle d'art traditionnel, l'un des joyaux de la culture tokyoïte, dans le cadre de l'exposition "Danses et Musiques de Tokyo".
Depuis la signature en 1982 du pacte d'amitié entre Paris et Tokyo, le développement des échanges s'est focalisé sur les présentations culturelles des deux villes, échanges qui ont permis d'approfondir la compréhension mutuelle et l'amitié entre les deux cités. Le spectacle d'aujourd'hui, organisé par la Fondation Culturelle de la Ville de Tokyo, pour la promotion et l'essor des amitiés internationales, espère ainsi contribuer à l'extension des relations amicales entre les deux capitales et s'inscrit parfaitement dans le cadre des manifestations de la "Saison de Tokyo à Paris en 1994".
L'environnement de Tokyo évolue avec une rapidité qui dépasse toutes les prévisions, et si la recherche de nouvelles idées culturelles se poursuit, les cultures traditionnelles anciennes continuent à respirer et contribuent à la richesse de la culture Tokyoïte; je crois que ce spectacle constitue réellement pour les Parisiens, une occasion à ne pas manquer s'ils veulent mieux connaître cette facette de Tokyo qui sait stimuler les traditions.
Pour ma part, je suis persuadé que les échanges culturels de ce type contribueront à approfondir l'amitié et la compréhension que se portent les habitants de Tokyo et de Paris.
Je tiens aussi à remercier chaleureusement tous les Parisiens qui nous ont aidés pour l'organisation de ce spectacle.
Shinichi Suzuki, Gouverneur de Tokyo.

Nous nous réjouissons tous des représentations des "Danses et musiques de Tokyo" qui seront données au Rond-Point - Théâtre Renaud-Barrault à l'occasion desquelles sera présenté au public parisien un spectacle d'arts traditionnels japonais.
La Fondation culturelle de la Ville de Tokyo est un organisme public ayant la mission de promouvoir les activités culturelles dans la Ville de Tokyo et d'organiser divers projets et manifestations visant à renforcer les liens d'amitié au niveau international. La Ville de Tokyo, liée par un pacte d'amitié à des villes et des états, réalise grâce au "Fonds pour
les échanges internationaux et la paix dans le monde", établi par Tokyo en 1989, divers projets culturels et programmes d'échanges.
Depuis la signature du Pacte d'amitié en 1982, entre la Ville de Paris et la Ville de Tokyo, les échanges mutuels visant à mieux faire connaître nos cultures respectives se sont poursuivis. Notre fondation qui a été fondée la même année s'est chargée de l'organisation d'une partie de ces manifestations et s'est développée parallèlement à l'histoire des relations amicales entre nos deux villes.
Le spectacle présenté aujourd'hui dans le cadre des manifestations de "Tokyo à Paris 1994" a joui d'un très grand succès lors de sa présentation à l'Opera House de Sydney en 1992 et au City Center de New York en 1993. De nouvelles pièces ont été ajoutées au spectacle pour le public parisien.
Les spectacles d'arts traditionnels ont vu le jour dans le cadre de la vie quotidienne des communautés locales. Ils se sont enrichis continuellement et se sont transmis de génération en génération jusqu'à aujourd'hui. Mais ils ont rarement l'occasion d'être présentés à l'étranger. C'est pour cette raison que nous sommes persuadés que ce spectacle offre une chance exceptionnelle de mieux connaître la culture populaire japonaise et ses différentes cultures régionales ou locales. Nous espérons que vous apprécierez pleinement ce spectacle "Danses et musiques de Tokyo". Nous serons ravis que vous puissiez à cette occasion découvrir le visage traditionnel de Tokyo. Enfin, nous souhaitons de tout coeur que ces quelques représentations permettront de renforcer encore davantage la compréhension et les liens d'amitié qui unissent la Ville de Paris et la Ville de Tokyo.
Finalement, nous souhaitons exprimer notre profonde reconnaissance à la Ville de Paris et aux nombreuses personnes concernées qui ont permis l'organisation de ce spectacle grâce à leur bienveillante collaboration.
Setsuo Kobayashi, Président "Fondation culturelle de la ville de Tokyo"

Depuis la signature, en 1982, d'un Pacte d'amitié entre Tokyo et Paris, les échanges culturels entre les deux villes n'ont cessé de s'intensifier, et tous les amis français du Japon s'en félicitent.
Cette année 1994, la "Saison de Tokyo à Paris" présente depuis le mois de juin des manifestations d'une grande diversité, offrant un aperçu des multiples facettes de la culture japonaise.
Dans cet esprit, je suis très heureux d'accueillir, au nom de la Ville de Paris, les artistes de "Danses et Musiques de Tokyo". Ce spectacle de grande qualité, présenté par la Fondation Culturelle de la Ville de Tokyo, permettra aux Parisiens d'apprécier la richesse et la vitalité de la création au Japon, ce grand pays de grande civilisation qui a su remarquablement concilier la modernité et le respect des traditions.
Jacques Chirac, Maire de Paris

C'est une grande joie pour nous de pouvoir présenter ce spectacle "Danses et musiques de Tokyo" dans le cadre du Théâtre du Rond-Point dédié à la mémoire de Jean-Louis Barrault.
La réputation de Paris comme ville des arts et de la mode n'est plus à faire, même au Japon. Grâce à ce spectacle consacré aux danses et musiques populaires du Japon, nous aimerions présenter au public parisien qui chérit tous les arts l'un des aspects de la culture traditionnelle japonaise.
Les spectacles d'arts traditionnels au Japon sont propitiatoires. Ils visent à assurer de bonnes récoltes et une vie paisible à la population. Ils trouvent leur inspiration dans les traditions locales, les légendes et les faits historiques qui se sont déroulés autrefois et expriment entre autres les joies et les peines de la vie quotidienne. Les spectacles d'arts traditionnels sont nés au coeur de la vie quotidienne des communautés locales. Ils se sont enrichis et se sont transmis de génération en génération jusqu'à aujourd'hui et sont à l'origine du théâtre Kabuki ou du Nô dont ils sont les archétypes. A la différence de ces formes de théâtre, ces spectacles populaires étaient généralement interprétés par la population locale à l'occasion de festivités ou de cérémonies privées. Ils sont fortement teintés de particularismes locaux et régionaux, et on peut dire dans ce sens qu'ils constituent véritablement la culture populaire, la culture régionale du Japon.
Je voudrais ajouter finalement que nous considérons, les membres de notre Ensemble ainsi que moi-même, comme une grande joie et un grand honneur de pouvoir nous produire à Paris, la capitale des arts. Cela nous a donné encore plus d'entrain et d'ardeur à la tâche.
Nous sommes persuadés que vous saurez apprécier pleinement la culture traditionnelle du Japon, une culture aussi belle que vivante.
Ippei Fukuda, Directeur "Ensemble de danses traditionnelles du Japon"


La plupart des danses et musiques populaires japonaises ont été conçues à l'origine dans le cadre de liens très étroits entretenus avec la religion, Ils n'ont cessé d'évoluer depuis, au point que le Japon possède aujourd'hui une très grande variété d'arts traditionnels du spectacle. Le Japon est considéré comme le conservatoire des arts traditionnels du spectacle.
Aujourd'hui, comme par le passé, ces spectacles sont organisés dans tout le Japon en même temps que des fêtes religieuses shinto ou des cérémonies bouddhistes. A cet égard, on remarquera notamment combien ceux-ci reflètent fortement la culture du quotidien des Japonais, Certains arts du spectacle ont vu le jour il y a plus de six siècles, d'autres sont nés au XXe siècle. Leur particularité commune est de refléter les tâches quotidiennes de la vie paysanne et leur profond désir de mener une vie paisible.
Ces différentes formes de spectacle populaire peuvent être classées grosso modo dans les catégories suivantes.
(1) Les danses shinto appelées "Kagura" qui mettent en scène hommes et dieux.
(2) Le "Dengaku" manifestation propitiatoire, reflétant les joies des paysans lors des travaux agricoles et le moment de la récolte.
(3) Le "Furyu" qui exprime au moyen de la musique et de la danse la joie profonde de personnes vivant toutes ensemble au sein dune communauté soudée. Ces danses peuvent se présenter sous des formes très diverses: depuis les danses de la Fête du Bon où les danseurs forment une ronde jusqu'aux danses exécutées lors de cérémonies formelles ou lors des cérémonies de funérailles.
(4) La musique, produite à l'origine sur le continent asiatique, et qui a été absorbée par la suite par la culture locale japonaise et transmise de génération en génération comme une forme unique d'art du spectacle. On peut citer entre autres le "Bugaku" (musique de cour accompagnée de danses).
Ces quatre types de spectacles sont à l'origine du kabuki et du Nô genres dramatiques reconnus pour leur originalité.
La plupart des arts populaires du spectacle sont profondément enraciné dans la vie quotidienne du petit peuple. Avec les fêtes villageoises ou citadines qui animent le Japon, ils constituent des arts traditionnels (musique et danse) très appréciés de tous. Ils sont devenus une part aussi importante que précieuse de l'héritage culturel des Japonais.
Les différences les plus marquées entre la danse japonaise et la danse occidentale se trouvent dans l'utilisation du corps, dans l'expression corporelle. Dans la danse japonaise, on s'exprime principalement en utilisant la partie supérieure du corps, tandis que la partie inférieure du corps demeure relativement immobile, comme ces générations de paysans qui sont demeurés les pieds fermement plantés dans la terre nourricière. On a souvent remarqué, tant dans la danse japonaise que dans les autres danses orientales, l'élégance et l'expression très précise des mouvements qui partent du torse pour aller jusqu'au bout des doigts. Toutefois, la danse japonaise a créé des techniques originales d'expression corporelle grâce au kimono, le costume traditionnel des Japonais.
Grâce au kimono, même les gestes les plus simples, les plus concrets sont transformés en une forme de danse élégante révélant une beauté formelle sans pareille. Une grande pratique est nécessaire pour parvenir à exécuter les mouvements et pas précis de la partie inférieure en accord et en harmonie avec les mouvements expressifs de la partie supérieure.
Avec les mouvements harmonieux et ondulants du buste, l'utilisation fréquente d'éventails de scène constitue une autre caractéristique de cette forme de spectacle. Les masques représentant des divinités légendaires ou des personnages historiques sont également souvent utilisés sur scène.
Parmi les instruments de musique utilisés, on peut citer pour les instruments mélodiques la flûte (Shinobue et Nohkan), le Shamisen (instrument à cordes) et le Shakuhachi (flûte verticale), et pour les instruments rythmiques le Taiko (tambours dont le diamètre peut aller de 10 cm à 2 m), l'Ohkawa (grand tambour), le Tsuzumi (petit tambour en forme de diabolo tenu à la main), les Kane (cymbales ou cloches frappées au moyen d'un maillet), le Sasara, les clochettes, les gongs, les blocs de bois, etc. Ces instruments de musique sont choisis en fonction des spectacles représentés. Dans certains cas, les danseurs jouent d'un instrument tout en dansant.
Le rythme musical n'est pas déterminé par la lecture d'une partition, la musique possède son rythme particulier qui est calqué sur le rythme intérieur (l'instant opportun du Ma) des danseurs qui jaillit instantanément comme un cri.
A la différence des danses de l'occident, ce cri intérieur du Ma constitue une part importante de l'esprit des danses japonaises.
Nous avons sélectionné à l'occasion des représentations données à Paris des pièces et morceaux représentatifs reflétant les diverses particularités citées plus haut, le programme étant centré principalement sur les arts populaires particuliers à Tokyo tout en présentant également des arts venant de tout le Japon. La première partie du programme présente quatre morceaux représentatifs des arts populaires de Tokyo, à commencer par le Edo-Sato Kagura, désigné comme un important bien culturel au Japon. La deuxième partie est constituée par quatre morceaux présentant des arts populaires que l'on peut trouver dans les provinces japonaises.
Nous espérons qu'à l'occasion de cette nouvelle rencontre avec la beauté de Tokyo, vous apprécierez pleinement l'univers des arts traditionnels et populaires du Japon.


Danses et Musiques de Tokyo par The Japan Folk-Dance Ensemble (Ensemble des Danses traditionnelles du Japon)
Organisées par Tokyo Metropolitan Culture Foundation (Fondation culturelle de la Ville de Tokyo)
Avec le concours de la Ville de Tokyo, Ville de Paris, Comité exécutif des manifestations commémoratives du Pacte d'amitié entre la Ville de Tokyo et la Ville de Paris, Agence japonaise des Affaires culturelles, Ambassade du Japon en France
Première partie - Spectacles populaires et traditionnels de Tokyo
1. SHISHI KIYARI - Danse du lion.
Au Japon, de tout temps le lion a appelé sur lui tout le respect et la vénération que lui valait sa qualité de messager divin. Cette danse du lion est un spectacle peu commun, qui s'est perpétué depuis des temps très anciens dans l'île de Niijima, au Sud de Tokyo. Elle met en scène un couple de lions exécutant une danse d'exorcisme accompagné par le choeur des hommes, ou kiyari (chant de travail entonné par les bûcherons qui traînaient de lourdes les pièces de bois en grume ou de charpente).
2. BUJIN TAIKO - Tambours des Dieux de la guerre (Village de Hachioji)
L'origine de cette pièce remonte à plus de quatre siècles et demi, à la Période des Guerres civiles. Alors que l'armée ennemie du "Pays de Kai", dirigée par le seigneur féodal Takeda Shingen, faisait une incursion sur le fief du seigneur Hojo de Hachioji. Les Dieux des Armées de la montagne (la divinité tutélaire des combattants) firent résonner le tambour à tour de rôle pour avertir celui-ci de l'imminence du danger et, prêtant leur divin concours aux officiers et à la piétaille, permirent à ceux-ci de mettre l'ennemi en déroute. Dans ce saisissant spectacle de tambours, les exécutants portent des masques aux expressions terrifiantes et font tournoyer de longues perruques.
3. TOKYO NO MINYO - Chants folkloriques de Tokyo
Ces chants véhiculent une tradition orale réactivée en permanence.
4. EDO SATO-KAGURA - TSUCHIGUMO Danse de l'araignée (Quartier de Kuramae)
Le "Sato-Kagura", spectacle qui fleurit principalement à Tokyo depuis le début du XIXe siècle, est exécuté par des danseurs professionnels spécialisés dans les cérémonies shintoïstes. Pantomime et danse font progresser l'intrigue, nombreuses sont les 'uvres qui puisent leur thème sur de vieilles légendes japonaises
L'histoire repose sur une légende très connue au Japon et vieille de huit siècles. Les innombrables fils blancs qu'expulse l'araignée "Tsuchigumo" tissent un espace esthétique et fantastique.

Deuxième partie - Spectacles populaires et traditionnels du Japon
1. AYAKO MAI Danse des filles
L'une des danses les plus représentatives du Japon, qui s'est perpétuée dans la ville de Kashiwazaki, dans les neiges de la préfecture de Niigata, et passe pour avoir inspiré la gestuelle chorégraphique des danses du théâtre Kabuki. L'esthétique de la gestuelle des mains, le jeu élégant et imaginatif de l'éventail ne sont pas sans rappeler les splendeurs des livres de contes et des peintures sur rouleau. Cette danse appelée "Oharagi Odori" campe avec une grande sûreté le goût et le manège des filles qui descendaient de leur village dans l'ancienne capitale de Kyoto pour y vendre du petit bois de chauffage et des fleurs. Majesté et élégance caractérisent la chorégraphie.
2. ONI KENBAI Danse démoniaque du sabre (Préfecture d'Iwate)
Cette danse, destinée à apaiser l'âme des trépassés, se perpétue dans toute la préfecture d'Iwate, située dans le nord-est du Japon. Elle est exécutée en une suite de postures viriles, scandées par les énergiques appels du pied des danseurs portant des masques démoniaques. Le rythme en est évidemment endiablé. Suivant le nombre d'exécutants, il existe plusieurs versions de cette danse, ici ce sera celle du trio des "Trois Superbes".
3. TSUGARU NO MINYO TO ODORI Chants et danses populaires de Tsugaru
Ces chants et danses de jeunes filles de la région ouest de la Préfecture d'Aomori, dans le nord-est du Japon, "Ballade de Jongara" et "Ballade d'Aiya" sont accompagnés au "shamisen de Tsugaru", type de guitare touchée avec un large plectre.
4. BITCHU KAGURA - OROCHI TAIJI Extermination du grand serpent (Préfecture d'Okayama)
Drame chorégraphique stylisé construit sur un mythe japonais célèbre. Jadis, il y a bien longtemps, dans la région d'Izumo (ouest du Japon) un énorme serpent à huit têtes, très méchant, appelé "Yamata no Orochi", terrorisait les villageois. Un jour que passait par là le sémillant dieu Susanoo-no-mikoto, quelle ne fut pas sa consternation de voir combien grande était l'affliction d'un vieux couple qui avait été contraint de livrer leur fille en sacrifice au serpent, pour que vive le village. Il jura donc de débarasser le pays de cette peste et de délivere la jeune captive. Il fit donc préparer par le vieux couple une cruche contenant du saké et se dissimula en attendant qu'apparaisse le grand serpent. Enfin le voici, hideux au-delà de toute description, il boit le saké, s'enivre, et succombe au sommeil. Ce qu'attendait Susanoo-no-mikoto pour fondre sur lui. La lutte est épique, le dieu sortira vainqueur et au moment où il tranchera le tronc de la bête immonde, de la queue jaillira un sabre merveilleux, qui constitue depuis un des Trois Trésors Sacrés de la Maison Impériale du Japon. Tel est le célèbre épisode de la mythologie japonaise dont s'inspire ce drame chorégraphique stylisé.

The Japan Folk-Dance Ensemble
La troupe "The Japan Folk-Dance Ensemble" (Ensemble de danses traditionnelles du Japon), dirigée par le célèbre folkloriste japonais, le professeur Ippei Fukuda, producteur et critique dans le domaine de la chorégraphie, expert depuis de longues années dans le domaine de la danse et de la musique traditionnelles, signe cet événement. Les membres de cette troupe, sont des danseurs et musiciens traditionnels de tout premier plan, ainsi que des groupes tokyoïtes pour la conservation des arts traditionnels du spectacle.
La plupart des danseurs sont lauréats de Prix du Festival Artistique de l'Agence aux affaires culturelles, primés ou remarquablement placés aux divers concours de danse. En outre, ils se sont produits dans nombre de pays, en tant qu'émissaires culturels dans le cadre de programme d'échanges. C'est ainsi qu'on les vit dans les salles des Opéras du Mexique, de Cuba et Panama en 1976, d'Egypte, Turquie et trois autres pays en 1990, sous l'égide de la Fondation du Japon et du Ministère des Affaires étrangères. Partout leurs représentations recueillent un accueil enthousiaste.
Dans le cadre d'échanges culturels, la Fondation Culturelle de la Ville de Tokyo envoya The Japan Folk-Dance Ensemble à l'6péra de Sydney, Nouvelles-Galles du sud, Australie, en mars 1992, et au City Center de New York, en décembre 1993. Toutes ces représentations recueillirent un grand succès.

Ippei Fukuda, Directeur

Danseuses et danseurs:
Takajo Kanzaki
Yuka Mizuki
Miyoshi Gojo
Mikijo Hanayagi
Seira Hanayagi
Ken Aoki
Masami Okanda
Takuji Ito
Takayuki Kojima
Sonokisuke Honayagi
Motoi Hanayagi
Suketaro Hanayagi

Musiciens:
Harumitsu Hosei
Takaki Kagawa
Akira Mochimaru
Mitsuhiro Hara
Shinji Omata
Isao Hosei
Kojiro Takahashi

Chanteuse: Keiko Sudo

Peersonnel:
Ritsuko Jinushi: Costumes et accessoires ' danseuse
Noriyuki Oshima: surveillant d'éclairage
Sota Mori: régisseur de scène
Atsuko Takahashi: Assistant régisseur de scène ' danseuse.


Voir programme papier pour le profil de Tokyo Metropolitan Culture Foundation (Fondation Culturelle de la Ville de Tokyo.

Origine géographique

Japon

Mots-clés

Cote MCM

MCM_1994_JP_S3

Date du copyright

1994

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Japon. Danse de Tokyo. ONI KENBAI Danse démoniaque du sabre (Préfecture d'Iwate). Photos Japon 1994-12-09 Photo numérique
Japon. Musique et Danse de Tokyo. BUJIN TAIKO - Tambours des Dieux de la guerre (Village de Hachioji). Photos Japon 1994-12-09 Photo numérique
Japon. Danse de Tokyo. AYAKO MAI Danse des filles. Photos Japon 1994-12-09 Photo numérique
Japon. Danse de Tokyo. EDO SATO-KAGURA - TSUCHIGUMO Danse de l'araignée (Quartier de Kuramae). Photos Japon 1994-12-09 Photo numérique
Japon. Musique de Tokyo. Chants folkloriques. Photos Japon 1994-12-09 Photo numérique
Titre Localisation Date Type
Saison 1994 1994