Ressource précédente
Ressource suivante

Irak. La Musique Syriaque Chanteur Kurde, joueur de Bouzouk. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Irak. La Musique Syriaque Chanteur Kurde, joueur de Bouzouk. Spectacle

Date

1985-02-01

Date de fin

1985-02-03

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Musique

Description de la pratique

1-3 février 1985
La Musique Syriaque
A l'aube du Christianisme se fonde en Orient : 1'Eglise syriaque d'Antioche, alors capitale de la Syrie. Dans cette ville, des disciples du Christ introduisent directement la religion.
Pendant des siècles, les premiers chrétiens laissent derrière eux une importante documentation concernant la philosophie, les mathématiques, la linguistique et les littératures. Ces dernières proviennent en grande partie de la traduction des sources grecques.
Les Syriaques, héritiers, entre autre, de la musique assyrienne et les premiers à embrasser la religion chrétienne,introduisent la musique dans les cultes. Au début, l'élément musical se limite aux psaumes, puis au temps d'Antiochus III en l'an 107, deux choeurs apparaissent et, comme les poètes de cette époque foisonnent, le genre musical religieux se divise en quinze parties nommées les "Madrosho" syriaques (équivalent aux "Mouachah" (poèmes chantés).
Dès ce deuxième siècle, il est possible de distinguer deux catégories de chants ; l'un à partir de la poésie rimée et l'autre partir de la poésie libre, C'est dans cette poésie libre que se retrouve la majorité des chants de l'Eglise Syriaque.
- Le "Mahaneto" ou litanie chantée sur huit modes différents.
- Le "Takisfotho".
- Le "Katismat" ou séance de psalmodie.
- Le "Kanuni" ou litanie sur des phrases libres mais tombant toujours sur la même rime.
La musique du rite syriaque s'étend sur huit modes vers où convergent tous les airs connus. Comme il s'agit de musiques non écrites,beaucoup de ces airs se sont définitivement perdus.

Voici la nature des huit modes :
1. Mode fluide, léger, vivifiant. Rite de "la bonne nouvelle" et de la joie.
2. Mode de la froideur, de l'humilité et de la soumission. Rite du "Christ devant les docteurs de la Loi".
3. Mode sec, fort et piquant."Rite de 1'Annonciation".
4. Mode froid lié à la dévotion et l'angoisse. Rite de "l'Incertitude de la Vierge après la visite de l'archange puis de sa soumission à la foi".
5. Mode de la chaleur brûlante. Rite de la "Pentecôte".
6. Mode fin et fluide destiné à faire couler des larmes. Rite de la "Passion".
7. Mode chaud et fort. Rite du "Jour des Rameaux".
8. Mode dur et sec. Rite du "Sacrifice suprême".

Ces huit modes correspondent aux "maqam" suivants:
1. Moukhalef et Kazazi.
2. Nouriz.
3. Auj et Chahri.
4. Rast et Hijar Shami.
5. Saba et Jarkah.
6. Nawa.
7. Safiat.
8. Hijar Mosri et Karkukli.

Les chanteurs sont :
- Abdel Massih Afram Kurkis.
- Georges Fath Allah Kaka.
- Père Tuya Aziz.

Chanteur Kurde, joueur de Bouzouk.
La musique des Kurdes reste essentiellement populaire et anonyme et les circonstances de son élaboration restent difficiles préciser. Il s'agit surtout d'une musique vocale répan- due par les "Denghej" (bardes) au cours de leurs déplacements de village en village.
Le chant, traditionnel Kurde possède une structure répétitive dont l'unité, la strophe,comporte trois, quatre, cinq, jusqu'à sept phrases musicales. Une strophe contient toute la ligne mélodique et, d'une strophe à l'autre, les paroles seules diffèrent
Ce canevas se retrouve dans les chants religieux et les "dilok" (airs de danse et de divertissement). Les chants épiques sont très nombreux car la guerre joue un rôle important dans la vie des kurdes. Ces chants constituent de véritables chroniques historiques où sont consignés presque tous les événements de la vie locale et nationale. Les "Berdolavi" (chansons de toile) et les "Kulamen dilan" (chants d'amour) complètent le répertoire de la musique vocale.
La musique Kurde est monodique.
L'instrument qui règne dans la musique des plaines se nomme "Tenbûr" (un luth à manche long muni de six cordes). Il existe un clivage net entre la musique des plaines et celle des montagnes, apanage des nomades).
Cependant, le musicien Adnan Jamal s'accompagne sur un instrument de la même famille, mais accordé de manière différente : le "Bouzouk".
Chanteur et joueur de Bouzouk : Adnan Jamal.

Origine géographique

Irak

Mots-clés

Cote MCM

MCM_1985_IQ_S2

Date du copyright

1985

Auteur val

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Saison 1985 1985