Ressource précédente
Ressource suivante

Irak. Le Maqâm irakien. Ensemble Al Tchalghi Al Baghdadi. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Irak. Le Maqâm irakien. Ensemble Al Tchalghi Al Baghdadi. Spectacle

Date

1985-02-08

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Musique

Description de la pratique

8 février 1985
Le Maqâm irakien
Berceau d'une des premières civilisations, centre du monde arabo-musulman à l'époque de l'âge d'or abbasside, la terre d'Irak reçut aussi l'empreinte des Romains, Sassanides, Mongols, Turkmènes, Ottomans et Persans. C'est donc au carrefour des trois grandes civilisations islamiques : arabe, persane et turque, que Bagdad a développé une culture originale dont l'art du maqâm irakien porte toujours témoignage.
Chanté traditionnellement lors de soirées musicales privées (sahrat maqâm) et autrefois dans les cafés, le maqâm irakien touche tous les milieux, populaire, bourgeois ou aristocratique. Ce genre vocal éminemment savant s'organise en suites de pièces vocales et d'interludes instrumentaux, fondées sur l'enchaînement de modes, sur l'utilisation de formes poétiques et de rythmes spécifiques selon un ordre établi par la tradition. Le chanteur ou qâri' (litt. "récitant") a toute liberté de puiser dans l'immense corpus poétique arabe, que ce soit en arabe littéraire ou en dialecte de Bagdad, à condition de respecter la forme imposée. De plus, le poème éclate littéralement sous l'effet de la succession des différentes parties musicales et l'insertion de passages instrumentaux entre les vers. Le chanteur est accompagné par un petit ensemble tchalghi qui comprend une cithare à cordes frappées santûr (également utilisée en Iran), une vièle djozé et des percussions légères (tambours sur cadre et timbales doubles). Depuis les années trente, nombre de musiciens ont également introduit les instruments du takht proche-oriental ('ûd, qânûn, nây) ; toutefois depuis les années soixante-dix on constate un retour certain vers le tchalghi traditionnel. Deux chanteurs ont marqué l'art du maqâm au xxe siècle : Muhammad al-Gubantchi (1901-1989) et Yusuf Omar (1918-1987). Leur mort, suivie d'une guerre qui a fortement ébranlé la société irakienne, marque la fin d'une époque et il est difficile de prédire aujourd'hui l'avenir de cette tradition.
' Maqâm Baghdadi, F.A.T. 1975 ; Ensemble Tchalghi al-Baghdadi, Maison des Cultures du Monde, 1985.
Discographie
Le Maqâm irakien, tradition de Bagdad, hommage à Yusuf Omar (1918-1987), double CD enregistré à Bagdad en 1972 par Shéhérazade Q. Hassan, INEDIT W 260063.

Origine géographique

Irak

Mots-clés

Date du copyright

1985

Cote MCM

MCM_1985_IQ_S4

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Saison 1985 1985