Ressource précédente
Ressource suivante

Maroc. Aissaoua de Meknès. Maroc. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Maroc. Aissaoua de Meknès. Maroc. Spectacle

Date

1983-05-05

Date de fin

1983-05-08

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Cérémonie, rituel

Description de la pratique

5-8 mai 1983
La confrérie Aissaoua de Meknès, d'obédience soufie se livre à certaines dates précises de l'année, correspondant aux fêtes islamiques, à de longues nuits de danses processionnaires de musique et de chants.
Les files de fidèles parcourent les rues du quartier se rendant de lieu saint en lieu saint ou bien demeurent dans la cour à ciel ouvert des maisons.
La musique et la danse exécutées soit alternativement par des solistes, soit en commun ont pour but de provoquer une transe, gage de la communication avec le divin. La confrérie Aissaoua sera composée d'une trentaine de chanteurs, danseurs, joueurs de flûtes et de
gaïta (hautbois), de Bendir (tambour plat) et de tambourins.

Jeudi 5 Mai à 20h
Vendredi 6 Mai à 21h30
Maison de la Culture de Rennes
1, rue St Hélier 35100 RENNES

Samedi 7 Mai à 21h
Dimanche 8 Mai à 18h
Théâtre de l'Alliance
101, boulevard Raspail 75006 PARIS

CONFRERIE AISSAOUA
La confrérie AISSAOUA est une confrérie Soufi. Elle a pris naissance au l4e siècle au Maroc sous l'impulsion de Sidi Mohammed Ben Aïssa.
Des évènements tels que mariage, naissance, circoncision, peuvent donner lieu à des manifestations aïssaoua. Cependant simplement pour le plaisir de communier à travers la danse et la musique (le soufisme est une religion de l'Amour); les fidèles se réunissent et provoquent une cérémonie.
A l'inverse de beaucoup de manifestations de confréries, celle-ci reste très ouverte et la maison où se déroule la cérémonie est connue de tous les voisins. Chacun peut entrer et s'il a un problème quelconque il peut espérer le résoudre en y participant. Certaines guérisons miraculeuses sont survenues.
La manifestation se déroule en plusieurs parties qui s'enchaînent les unes aux autres:
1. Le"Hizb-du Sobhan ad daïm" (Gloire à 1'Eternel est un ensemble de versets du Coran et d'oraisons écrites par le Cheikh Al Kamel fondateur de l'ordre et de Al Jazouli, un de ses disciples.
Le Hizb du point de vue mystique est censé avoir d'incomparables vertus. Il constitue une défense contre beaucoup de dangers.
2. Le "Zikr" est une sorte de cantique chanté par un soliste. Le coeur répond soutenu par les instruments. Cette partie bien que très rythmée ne se danse généralement pas.
3. Le "Horm" (pardon) possède la même signification que le "Zikr". Cette fois les danseurs sont en ligne et suivent le directeur de la danse.
4. "Ahhadoun" (l'Unique) anciennement connu sous le nom de "Chentriya" plusieurs chants et danses constituent cette partie.
5. "Hadra" (ba1ancement) constitue une danse extatique proprement dite. Elle se déroule en 2 parties
-le "rebbani" ou "jilaliya" danse collective ou individuelle à caractère physique très fort.
-le "Mjerréd", danse collective à caractère solennel, majestueux et digne. A la fin de cette partie, les danseurs retournent au rythme de "rebbani".
6. "Allah Allah!!" La cérémonie prend fin par une invocation à Allah, rythmée, sans instrument.

Durant la cérémonie entre chaque partie, certains chants expriment des voeux. Une personne désirant que son voeu soit exaucé, met une somme d'argent (la baraka) dans un mouchoir 'cette somme restera dans une caisse pour les besoins de la confrérie et la donne au Moquadem (chef spirituel).
Celui-ci par l'intermédiaire d'un "porteur" lui remet une datte dans le mouchoir et la confrérie lui adresse un chant correspondant à son voeu. C'est ainsi qu'il existe des chants pour les femmes enceintes, pour les prisonniers, les malades etc'
N.B. LA MANIFESTATION DURERA AU MOINS DEUX HEURES ET DEMIE.
EN RAISON DU CARACTERE SACRE DE LA MANIFESTATION IL EST DEMANDE AU PUBLIC DE NE PAS APPLAUDIR.
LA CONFRERIE AISSAOUA A PU PARTICIPER AU FESTIVAL DES ARTS TRADITIONNELS GRACE A LA COLLABORATION DES AUTORITES DE MEKNES.

La confrérie des Aissaoua, très répandue en Afrique du Nord voit le jour au cours du XVe siècle, grâce à deux sages : le cheikh Mohammed Ben Aïssa et Mokhtari (nommé aussi "Cheikh Camel", le maître parfait).
Mohammed Ben Aïssa, grand mystique, allie l'amour de Dieu à une pratique constante des vertus. Doué de pouvoir de guérison, il accomplit de nombreux miracles au cours de sa vie.
Tous les ans, un regroupement de toutes les confréries Aissaoua se déroule à Meknès au moment des fêtes Mouloud (naissance du prophète). Des fidèles de tout le Maroc se rassemblent alors et assistent pendant une semaine à des processions et à des danses extatiques.
La transmission de l'enseignement ésotérique remonte à Al Jazouli, à Chazili, à Ibn Mchich, à Sidi Boumediane, à Sidi Abdekader Djilani, à Djounaïd pour aboutir à Ali et à son cousin, le prophète.
Cet enseignement consiste à se détacher des biens de ce monde pour réaliser l'état de dépendance totale envers Dieu par le truchement de la pauvreté et du dénuement absolu.
Les femmes sont admises dans la confrérie au même titre que les hommes.

Origine géographique

Maroc

Mots-clés

Date du copyright

1983

Cote MCM

MCM_1983_MA_S1

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Saison 1983 1983