Ressource précédente
Ressource suivante

Maroc. Chants et rythmes des confréries. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Maroc. Chants et rythmes des confréries. Spectacle

Sous-titre

Par Masrah Ennass de Casablanca (direction Tayeb Saddiki)

Date

1983-10-04

Date de fin

1983-10-05

Artistes principaux

Direction artistique

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Musique

Description de la pratique

4-5 octobre 1983
Deux soirées exceptionnelles au cours desquelles le Masrah Ennass fera revivre le "Leilats Soufies" (des veillées soufies) avec Baïga ' véritable adepte de la confrérie Aïssaoua ' Hamid Abderrazaq et Demzaoui connu comme Haddaoui de Dieu.
Le spectacle sera commenté par Tayeb Saddiki

Le Taçawuf ou le soufisme est un phénomène spirituel qui appartient à toutes les terres de l'Islam. Son expression littéraire, arabe, iranienne, turque, urdue, indonésienne, chinoise, africaine se diversifie selon les pays et les langues. Les écoles du soufisme se répartissent au gré des influences reçues bien plus que selon les ethnies.
Les influences extra-musulmanes que le soufisme intégra sont nombreuses et fortes: iranienne, indienne et même l'antique monachisme chrétien ' spécialement les Pères du Désert de Syrie et d'Egypte' mais ce ne sont là que des explications partielles. En vérité, les écoles soufies se recommandent avant tout des premiers ascètes (Zuhhad) de l'Islam.
Les soufis sont les assoiffés de Dieu ' Dieu est l'Hôte ' des coeurs qui lui sont soumis.
La première quête du soufi est la recherche de l'union à Dieu. C'est là leur raison d'être. Beaucoup de musulmans ' au IVe siècle surtout ' ont témoigné aux mouvement soufis une constante méfiance. Des procès ont été intentés, des tortures pratiquées et la mise à mort d'un Abu Mansour El Hallaj reste au coeur même de l'Islam comme une question inlassablement posée.
Cet amour de Dieu et de l'Homme que recherchent les soufis ne va-t-il pas porter ombrage à la pure et nue transcendance de l'Unique?
Je le désire et Il me désire! disait de Dieu Hassan Basri. Dieu est l'objet d'adoration, non d'amour, car l'amour suppose "concordance" (munassaba) et point de concordance entre le Créateur et la créature.

Tantôt condamnées, tantôt agréées, tantôt simplement tolérées, les confréries soufies, par une large diffusion, pénètrent la vie quotidienne des peuples musulmans.
Les confréries, ce sont les TURUQ ou Voies qui conduisent les adeptes à l'obtention des états spirituels, par le Dhikr, oraisons inlassablement répétées et par les danses extatiques.
Au Maroc, du XIVe au XIXe siècle, les mentalités populaires furent profondément marquées par les confréries: Aissaoua, Hmadcha, Derkaoua, etc'
Plusieurs confréries jouèrent un rôle politique important face au pouvoir central.
Masrah Ennass se propose ce soir de faire revivre des "Leïlats Soufies" avec Baïga ' véritable adepte de la Confrérie Aïssaoua ' Hamid-Abderrrazaq et Demzaoui connu comme Haddaoui de Dieu.
Le spectacle est commenté par Tayeb Saddiki.

Origine géographique

Maroc

Mots-clés

Date du copyright

1983

Cote MCM

MCM_1983_MA_S2

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Maroc. Chants et rythmes des confréries. Par Masrah Ennass de Casablanca, direction Tayeb Saddiki. Affiche Maroc 1983-10-04 Affiche
Titre Localisation Date Type
Saison 1983 1983