Ressource précédente
Ressource suivante

Maroc. Musique Arabo-Andalouse du Maroc. Chant Gharnâtî . Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Maroc. Musique Arabo-Andalouse du Maroc. Chant Gharnâtî . Spectacle

Sous-titre

Ensemble Gharnâti de Rabat

Date

1990-10-23

Date de fin

1990-10-28

Artistes principaux

Direction musicale

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Musique

Description de la pratique

23-28 octobre 1990
Direction Ahmad Pirou.
Tradition savante, subtile et émouvante, le chant gharnâtî est un témoignage de la somptueuse civilisation des Royaumes arabes d'Espagne.
Chanteurs et instrumentistes nous mènent au coeur même de la tradition lyrique andalouse à travers une suite infinie d'improvisations, de chants célébrant l'amour, l'amitié, la nature et le vin et de mélodies orchestrales soutenues par une rythmique raffinée.
Les origines du gharnâtî
Les pays du Maghreb ont progressivement bâti, grâce à l'apport culturel des arabes fuyant l'Espagne sous la pression de la "Reconquista", un ensemble de traditions musicales appelés "musique arabo-andalouse".
Le style et le contenu de cette musique varient de la Libye jusqu'au Maroc mais garde une caractéristique commune : la forme de suite vocale et instrumentale, la nûbâ.
Hommage à la ville de Grenade, dernier bastion arabe d'Andalousie, la musique gharnâtî s'est développée à Tlemcen en Algérie à partir du XVIIe siècle au contact des traditions locales et de la culture des arabes émigrés d'Andalousie.
Par l'intermédiaire des familles algériennes établis au Maroc à la fin du XIXe siècle et des migrations juives en Afrique du Nord, la musique gharnâtî a pénétré au Maroc et s'est fixée principalement à Oujda près de la frontière algérienne où elle apparaît comme le répertoire de référence ainsi qu'à Rabat.
Actuellement, les centres de musique gharnâtî, en Algérie et au Maroc, sont Alger, Tlemcen, Constantine, Rabat et Oujda.
La musique gharnâtî
La nûbâ gharnâtî est probablement l'une des formes musicales les plus variées et les plus expressives qui existent au Maghreb.
Musique d'ensemble, elle offre néanmoins la possibilité aux chanteurs et aux instrumentistes d'exprimer en solo leurs états affectifs au contact de la poésie. Ainsi alternent solos chantés, improvisations instrumentales, chant choral et ritournelles orchestrales.
L'ensemble de la nûbâ se présente comme une succession ininterrompue de mouvements rythmiques et mélodiques dont l'expression émotionnelle épouse étroitement le contenu de poèmes consacrés à l'amitié, au vin, à l'amour et à la séparation.
Un poème :
"C'est le printemps, les oiseaux chantent à pleine voix.
Dans le jardin, les roses sont écloses.
Remplis nos verres et donne-moi à boire.
Entre les feuillages, des êtres raffinés font tourner leur verres.
Ô mon aimé, je ne sais rien de meilleur que de veiller en ta compagnie".

L'ensemble de Rabat
Contrairement à l'orchestre de musique arabo-andalouse marocaine, l'orchestre de gharnâtî se caractérise par une prépondérance des instruments à cordes pincées sur les instruments à archet.
Cet orchestre s'est modifié depuis le XIXe siècle avec l'introduction des violons, des altos, puis plus tard des banjos et des mandolines.
Sous sa forme actuelle, l'orchestre gharnâtî se divise en trois groupes d'instruments :
-Les cordes pincées avec deux luths arabes, un luth algérien 'kwitra', une mandoline et un banjo.
-Les instruments à archet, avec quatre violons (les musiciens les tiennent verticalement sur le genou gauche afin de garder le menton libre pour le chant choral),
-Les percussions dont une darbûka, tambour-calice en poterie qui joue le rythme de base, et d'un târ, petit tambour sur cadre muni de cymbalettes.

Les interprètes :
Ahmad Pirou, chant solo, banjo et direction.
Husayn Hajjam Belmekki, violon.
Hisham Belgheti, violon.
Hamid Bergawi, violon.
Ahmad Bennis, violon.
Mourad Bennani, ud.
Mohammed Amin Dabbi, 'ûd.
Moulay Driss Diouri, mandoline.
Allal Bentoja, banjo.
Rachid Toumi, kwîtra.
Allal Benjelloun, darbûka.
Khaled Srairi, târ.

Ahmad Pirou est né à Rabat en 1930. Il étudie le Coran puis entre en 1944 à l'école Guessous de Rabat où il apprend les fondements et la pratique de la musique arabo-andalouse et se perfectionne dans l'art de la psalmodie coranique auprès des plus grands maîtres Rabati.
Séduit par le répertoire du gharnâtî, il inaugure un nouveau mode d'apprentissage oral en s'imprégnant du chant des grandes voix diffusées sur Radio Alger. Lorsque l'occasion lui sera donnée de rencontrer par la suite ces artistes prestigieux, il recevra toute leur considération pour son travail, son style et son talent, qui lui vaudront par ailleurs d'être invité à jouer par tous les grands mélomanes familiers de ce répertoire et de devenir la figure de proue du Festival d'Oujda. Il reçoit en 1989 le wissan arrida, décoration décernée par le Roi Hassan II aux personnalités les plus marquantes de la vie culturelle du Maroc.

Discographie La Maison des Cultures du Monde vient de publier dans sa collection de disques "INEDIT", en Coproduction avec le Ministère de la Culture du Royaume du Maroc : MUSIQUE GHARNÂTÎ Ensemble de Rabat. Direction Ahmad Pirou. 1 disque compact Référence W 260 017 Distribution Auvidis.
Tournée
9 octobre Lille, La Rose des vents.Rens. Attaccafa. Te1 : 20 31 55 31
12 octobre Calais, Centre de développement culturel. Té1 21 36 67 14.
13 octobre Amsterdam, Royal Tropical Institute.
14 octobre Utrecht, Royal Conservatory.
17 octobre Genève, Salle Patino.
18 octobre Bâle.
21 octobre Chartres, Théâtre municipal. Rens. 37 21 66 60.
23 au 28 octobre Paris, Maison des Cultures du Monde.

Contributeurs

Origine géographique

Maroc

Mots-clés

Date du copyright

1990

Cote MCM

MCM_1990_MA_S3

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Maroc. Musique Arabo-Andalouse du Maroc. Chant Gharnâtî . Affiche Maroc 1990-10-23 Affiche
Titre Localisation Date Type
Saison 1990 1990