Ressource précédente
Ressource suivante

Syrie. Ensemble de musique traditionnelle d'Alep. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Syrie. Ensemble de musique traditionnelle d'Alep. Spectacle

Date

1988-04-15

Date de fin

1988-04-17

Artistes principaux

Direction musicale

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Musique

Description de la pratique

15-17 avril 1988
Direction : SABRI MUDALLAL
Sabri Mudallal, chant solo
Abdel Raouf Hallak, chant
Mohamed Hamadye, chant
Mahmoud Hamadye, chant
Moustafa Kame1 Bazer Bashi, 'oud
Ahmed Alajati, qanûn
Talaat Scouti, nay

De cette ville syrienne célèbre pour ses profondes racines culturelles; des wasla : une grande forme cyclique de musique instrumentale (bachraf, samaï, doulab) et vocale (mouachah, kasida, kad et layali).
Sabri Mudallal est aujourd'hui un des dépositaires les plus fameux de la tradition musicale syrienne aussi bien religieuse que profane. Le mouachah, qu'il interprètera avec son ensemble, est un genre vocal de la musique classique arabe ; il se caractérise par sa forme poétique et sa composition instrumentale et vocale: le chanteur soliste est, en effet, toujours accompagné d'un choeur masculin. Les thèmes préférés sont l'amour et le vin symboles traditionnels de l'union et de l'ivresse mystique dans le soufisme.
Créé en Andalousie au IXe siècle par Moqaddam al-Qabri, le mouachah s'est répandu dans 1'Qrient arabe dès le XVIIIe siècle et Alep constitue le grand centre de sa pratique contemporaine. Soumis aux règles sévères de la métrique arabe, le mouachah syrien est aujourd'hui très différent de sa contrepartie maghrébine perpétuée dans la nouba arabo-andalouse. La "suite orientale" dans laquelle s'insère le mouachah s'appelle wasla; elle est constituée d'une série de poèmes, parfois d'auteurs différents, intercalés de compositions (samai et bachraf) et d'improvisations (taqsîm) instrumentales.
Musicalement, le wasla s'inscrit dans une structure modale diverse, constituée de plusieurs maqâm successifs, mais identifiable d'après le premier de la suite. Chaque composition repose sur une structure rythmique cyclique, déterminée par deux ou trois formules rythmiques (wasla) différentes, se développant de la plus lente à la plus rapide.
Parmi les grands compositeurs syriens de mouachah, il faut citer notamment Sheikh Omar al-Batj et Sheikh Ahmad Aqil, tous deux d'Alep, ainsi que Sheikh Ahmad Qabbani disciple du second, qui a transmis un répertoire considérable à la postérité.
Ce programme a été réalisé en collaboration avec
- l'Institut des Musiques Comparées de Berlin,
- les Ateliers d'Ethnomusicologie de Genève,
- le Stichting Organisatie Oude Muziek de La Haye,
- le Koninklijk Instituut Voor de Tropen d'Amsterdam,
institutions membres de l'Extra European Arts Committee (président : Chérif Khaznadar)
Nous tenons à remercier le Docteur Habib Hassan Touma pour sa contribution décisive à la réalisation de ce programme.
- Le Wasla, une forme importante de la musique arabe de Syrie, prend place entre les pièces vocales et instrumentales formées de compositions et d'improvisions sur des Maqâm (modes) précis.
Le répertoire du Wasla d'Alep comprend 22 Waslat (pluriel de Wasla) par exemple: Wasla Rast, Wasla Nahawand, Wasla Bayati, etc...
La présentation d'un Wasla repose sur un choeur d'hommes accompagné par un ensemble instrumental. Les instrumentistes, le soliste et le choeur jouent et chantent ensemble.
Un Wasla commence par un morceau instrumental (Samaï, Bachraf, Doulab ou Taqsîm). Vient après une suite de six à huit pièces vocales (Mouachah, Dor et Kad) entre lesquelles s'intercalent des improvisations instrumentales (Taqsim et Layali).
- Le Samaï est une forme instrumentale d'origine turque. Un Samaï arabe se distingue d'un Samaï turc par l'interprétation et l'instrumentation. Il est joué dans les pays arabes sur un 'Oud (luth à manche court) ou bien sur un Qanoun (cithare) et accompagné par des cycles de percussions données par la Darbouka (tambour à une peau tendue sur un vase de céramique). Le Samaï se compose de quatre parties distinctes ou Hanat (pluriel de Hana).
Le Mouachah est une musique vocale qui se caractérise par sa forme poétique et par son style mélodique particulier. Le Mouachah nait au IXe siècle en Andalousie grâce à Mouqaddam Al Qabri et se développe en étendant le style arabo-andalou vers l'Orient où il remporte un grand succès. Dans les pays du Machrek, c'est à Alep , la grande ville du bout de la route de la soie au grand rayonnement intellectuel et artistique qu'il atteint son apogée aux XVIIIe et XIXe siècles. L'émotion qu'il suscite se poursuit aujourd'hui après avoir gagné l'Egypte où le Mouachah andalou prend encore un autre aspect.
Parmi les compositeurs et poètes très prolixes de Mouachahat se distinguent Omar al Batch (1885-1950 ' Alep) et le grand maître du XIXe siècle Ahmed Qabbani (1841-1902 ' Damas), lui même disciple de Ahmad Aqil d'Alep, auteur de plusieurs douzaines de Mouachahat.
- Le Taqsîm est l'interprétation instrumentale d'un Maqâm (mode) par lequel la mélodie se développe autour d'un ton - pivot et se caractérise par des gravitations ornementales sans qu'aucune figure rythmique pré-structurée n'intervienne sur l'improvisation.
C'est par le Taqsîm que se reconnaissent le style et la technique d'un soliste qui domine son instrument. La ligne mélodique peut apparaître très claire puis se fragmenter et laisser agir des silences qui durent parfois plusieurs secondes.
- Le Layali est une forme vocale où le texte se centre autour des mots "Ya Layli, Ya Ayni" ("ô ma nuit, ô mes yeux) destiné à la ou au bien-aimé (e). La plupart du temps le Layali est exécuté par un chanteur qui s'accompagne lui-même au 'Oud et, plus rarement, est soutenu par le Qanoun ou l'ensemble musical . Le Layali consiste en une sorte de Maqâm vocal donnant libre cours aux sentiments et à l'émotion de l'interprète.
- Le Dor est la forme musicale la plus importante de l'Egypte du XIXe siècle. Au cours de son interprétation, le chanteur, soutenu par un choeur et un ensemble instrumental, module un texte poétique soit en arabe classique soit en arabe dialectal égyptien. Souvent le chanteur est lui-même l'auteur du poème qui se divise généralement en quatre strophes.
- La Kasida est la vocalisation d'un poème qui peut parfois inclure de dix à vingt strophes, en arabe classique, organisées selon une métrique précise.
Cependant l'interprétation mélodique d'une Kasida ne requiert aucun rythme fixe ou formel et c'est au chanteur accompagné par le groupe de déterminer son propre tempo. Le texte souvent religieux peut aborder des pensées philosophiques.
- Le Kad (pluriel Koudoud) est un chant typique d'Alep alliant un certain rythme à un style vocal particulier.
Une courte introduction mélodique, une légère structure rythmique et un tempo alerte en font une forme particulièrement aimée et répandue en Syrie.

PROGRAMME
WASLA DU MAQAM NAHAWAND
1) Samaï Nahawand de Ali Darwish
2) Mouachah "Qultu Lamma''
Maqâm Nahawand
musique de Omar al Batch
3) Mouachah "Min Yum Habbet"
Musique de Omar Batch
4) Taqsîm au 'oud (luth)
5) Layali et une Kasida improvisée de Abdel Raouf Hallak (chant)

KOUDOUD (pluriel de Kad) D'ALEP
1) "Anta1 Mudallal ya Qamar"
Maqâm Saba
Musique anonyme
2) "Alyana"
Chant local
Musique anonyme
3) "Ma as'adik subhiyya"
Chant local
Maqâm Saba
Musique anonyme
4) "Ya man gafa wa ma Raham"
Mouachah léger
Maqâm Saba
Musique anonyme

ENTRACTE

WASLA DU MAQAM SIKAH (religieux)
Musique de Sabri Mudallal
1) Taqsîm au Ney (flûte)
2) Mouachah "Sallu 'ala Khayr el 'anam"
Maqâm Sikah
3) Mouachah "Sell Ya Nabi"
Maqâm Sikah
4) Kasida improvisée, adressée au Prophète par Sabri Mudallal (chant)
5) Mouachah "Marhaban ahlan wasahlan"
Maqam Higazkar
6) Prière lyrique "Bulbulul afrah"
Maqam Higazkar

WASLA DU MAQAM HIGAZKAR (profane)
1) Samaï Higazkar
2) Mouachah "Ma Ihtiyali"
Poème anonyme
Musique Abu Khalil Qabbani
3) Mouachah "Hagarni"
Musique anonyme
4) Mouachah "Unqul ' Malihi"
Musique anonyme
5) Taqsîm au Qanoun (cihare)
6) Layali et une Kasida improvisée
7) Doulab
Maqâm Bayati

WASLA DE KOUDOUD ET CHANTS D'ALEP
Maqâm Bayati
1) "Ib' atli gawab"
Chant local
Musique de Bakri Kurdi
2) "Ya hili ya msallini"
Chant local
Musique anonyme
3) "Tloumouni"
Kad d'Alep
Musique anonyme
4) "Ya Sahi-Sabri"
Kad d'Alep
Musique anonyme
5) "Memati"
Kad d'Alep
Musique anonyme

Origine géographique

Syrie

Mots-clés

Date du copyright

1988

Cote MCM

MCM_1988_SY_S1

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Saison 1988 1988