Ressource précédente
Ressource suivante

Espagne. Los Cuernos de Don Friolera, Les cornes de don Friolera de Ramon del Valle-Inclan. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Espagne. Los Cuernos de Don Friolera, Les cornes de don Friolera de Ramon del Valle-Inclan. Spectacle

Sous-titre

par La Quimera de Plastico

Date

1996-11-21

Date de fin

1996-11-26

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Théâtre

Description de la pratique

21 au 26 novembre 1996
Mise en scène de Tomas Martin et Andrés Cienfuegos
Avec: Juan Carlos Pastor, Juan Luis Sara, Juan Manuel Pérez, Andrès Cienfuegos, Angel Tellez, Ana Isabel Gallego, Inès Cortés.

LE GÉNIAL INVENTEUR DE L'ESPÉRENTO (absurdité grotesque)
"Avec sa longue silhouette barbue et chevelue, ses bésicles à l'ancienne, son verbe haut, sa fantaisie débordante, sa générosité altière, son humeur batailleuse et son humour souvent féroce, Valle-Inclan fut une des figures les plus saillante de son époque" (Bernard Sesé, Encyclopédia Universalis). Une personnalité complexe qu'Antonio Machado révélait ainsi: "Don Ramon, comme don Quichotte, ignorait la peur ; pour lui n'existait pas de peur qui ne pût être vaincue par l'esprit"
Après une première période plutôt "moderniste", Valle- Inclan, traduit en évocations tragiques et burlesques une réalité qui lui paraît de plus en plus dérisoire. C'est ce qui l'amènera à développer l'esperanto, déformation outrée, presque monstrueuse, de la réalité dans la lignée de Quevedo ou de Goya.
Les Cornes de don Friolera ridiculise un des aspects sacrés de la tradition espagnole: l'honneur.

LA PIÈCE
Deux intellectuels débattent du problème de la distanciation en Art: d'abord à partir d'une toile qu'ils ont vue, puis en commentant la prestation d'un comédien ambulant singeant un mari cocufié. Ils en viennent à définir une esthétique de la distanciation dramatique.
Après ce prologue, suit la représentation de l'esperento des Cornes de don Friolera: une rumeur court, rapportant que dona Loreta fait porter les cornes à son époux, Pascual Astete, lieutenant du très digne Corps de Carabiniers. Le protagoniste voit de plus son honneur conjugal souillé avec un homme peu estimable, le coiffeur Pachequin. Expulsé du corps militaire, il ne reste à Pascual Asete qu'à laver son honneur par le sang, comme dans les drames baroques. Malheureusement, la farce grossière aura des conséquences irréparables et la fille d'Astete qui sera victime de sa vengeance.
L'esperanto est conclu par un épisode dans lequel un "Romance d'aveugle" (chanson populaire retraçant des épisodes amoureux, guerriers') reprend, pour la troisième et dernière version, le même argument. Les intellectuels du prologue, écoutant la romance, renouent le débat esthétique et émettent leurs conclusions.

Textes

Mise en scène

Origine géographique

Espagne

Mots-clés

Date du copyright

1996

Cote MCM

MCM_1996_ES_S2

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Saison 1996 1996