Ressource précédente
Ressource suivante

France. Le Tour du Monde en 80 Langues, d'Alain Germain. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

France. Le Tour du Monde en 80 Langues, d'Alain Germain. Spectacle

Date

1994-11-15

Date de fin

1994-12-23

Artistes principaux

Direction musicale

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Théâtre

Description de la pratique

15 novembre-23 décembre 1994
À l'occasion du BICENTENAIRE DE L'ÉCOLE DES LANGUES ORIENTALES 1795 '1995, la Compagnie ALAIN GERMAIN présente LE TOUR DU MONDE EN 80 LANGUES, création.
Un spectacle écrit et réalisé par Alain Germain

LE TOUR DU MONDE EN 80 LANGUES
Un spectacle en 80 langues

LE TOUR DU MONDE EN 80 LANGUES inaugure les manifestations qui célèbreront en 1995 le bicentenaire le l'École des Langues Orientales.
Ce spectacle s'inspire librement du roman légendaire de Jules Verne. Nous y retrouvons un Phileas Fogg, homonyme du héros du "Tour du Monde en 80 jours", las d'être confondu avec l'illustre aventurier et désireux de lancer un nouveau défi: explorer le monde sans quitter Paris
C'est dans un voyage immobile et sonore où les langues du monde remplacent les distances à parcourir et deviennent les seules "voies" à emprunter que les artistes polyglottes évoquent en 80 langues des faits-divers rencontrés dans 80 quotidiens.
Le spectacle nous transporte ainsi aux 4 points cardinaux et nous transforme en globe-trotters attentifs au langage du monde.

UNE FRESQUE DE L'HUMANITÉ

Porte-parole de l'humanité, les musiciens, chanteurs et comédiens nous donnent à écouter, par le détail, l'histoire du monde qu'une mise en scène très visuelle permet de comprendre au-delà des mots.
À partir des récits superposés recueillis par notre Phieas Fogg, le spectateur est entraîné dans le labyrinthe de cet étrange tour du monde où apparaissent; au hasard d'un chemin, personnages extravagants et silhouettes fugitives dans des situations insolites, tel ce "petit rat de bibliothèque" qui raconte l'aventure et l'interprète en langue des signes, soulignant ainsi l'universalité du propos, et offrant aux malentendants le privilège de suivre l'intégralité du texte.

UN OPÉRA POLYPHONIQUE

Pour la première fois, les mots, les phrases, les tonalités du Proche ou Moyen-Orient, de l'Asie du sud et du Sud-Est, de l'Extrême-Asie, de l'Afrique, de la C.E.I et de l'Europe centrale et Orientale, se mélangent pour créer un opéra polyphonique réunissant des couleurs, des expressions, des civilisations qui ne se rencontrent pas souvent.
La musique contemporaine fait le lien entre les musiques traditionnelles, les chants populaires et les extraits d'opéras russes, indiens, chinois, arabes, japonais'

Les Langues'O
Un peu d'histoire...
L'héritage de Colbert
Au XVIIe siècle, l'intérêt s'impose pour la France d'établir des relations directes avec les pays du Levant. En 1669, Colbert crée une institution qui forme de jeunes Français au métier d'interprète : l'Ecole des Jeunes de Langues.

La fondation de l'Ecole en 1795
Sans abolir l'Ecole des Jeunes de Langues, le décret-loi du 10 germinal An III (30 mars 1795) institue dans l'enceinte de la Bibliothèque Nationale l'Ecole spéciale des Langues orientales, avec pour mission d'enseigner l'arabe, le turc et le persan. Langues dont l'utilité étaient reconnues pour la diplomatie et le commerce. En 1873, l'Ecole fut transférée au 2 rue de Lille et son succès précipita la fermeture définitive de l'Ecole des Jeunes de Langues.
En 1914, de spéciale, l'Ecole devient nationale. Elle est alors connue sous le surnom de "langzo". Le nombre des langues, d'une vingtaine en 1914, passe à près de quarante au lendemain de la Deuxième Guerre Mondiale. Le cap du millier d'élèves est franchi en 1944-45
Peu à peu l'enseignement de la civilisation vient enrichir celui de la langue. Ne pouvant plus faire face à l'accroissement des inscrits, l'Ecole investit une partie des bâtiments laissés par l'OTAN porte Dauphine. En 1970, deux autres centres d'enseignement sont ouverts, l'un à Asnières, l'autre à Clichy. En 1971, l'Ecole devient Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), rattaché à l'université Paris III.

A l'aube du XXIe siècle
En 1985 l'INALCO retrouve son autonomie et devient "grand établissement à caractère scientifique, culturel et professionnel".
Aujourd'hui, l'effectif des étudiants a dépassé les 10.000 tandis que le nombre des langues enseignées atteint quatre-vingts, couvrant tous les continents...
Avec plus de mille cinq cents cours, les Langues'O sont devenues, au fil des ans, un établissement unique au monde.

Le Bicentenaire
Expositions, colloques, publications, films... de nombreux événements jalonnent la célébration du bicentenaire des Langues'O.
Créé à cette occasion, Le tour du Monde en 80 langues inaugure ce programme. Autre temps fort parmi ces manifestations : la descente du Mékong, patronnée par l'UNESCO et l'UNICEF. Première mondiale, ce grand périple culturel et sportif prévu pour septembre-décembre 1999, est organisé par les étudiants et enseignants du département Asie du Sud-Est des Langues'O.

Commission du Bicentenaire
Président : François de Labriolle
Chargé de mission : Suzanne Champonnois

La Compagnie.
L'originalité de la Compagnie Alain Germain réside dans l'alliage des genres qui permet d'atténuer les frontières entre les différentes formes de disciplines, telles que danse, chant, théâtre, arts plastiques et musique. La Compagnie s'est produite dans le monde entier.

ALAIN GERMAIN
Après avoir suivi des études musicales et chorégraphiques, Alain Germain s'est dirigé vers l'architecture. Il est diplômé de l'Ecole Nationale Supérieur des Arts Décoratif et de l'Ecole Nationale Supérieur des Beaux-Arts, section Architecture.
Parrainé par Arthur Rubinstein et Béatrice Casadesus, il est lauréat de la Fondation de la Vocation 1977.
Il fonde sa propre compagnie en 1972 et se produit en France ainsi que dans les principaux théâtre et opéra d'Europe et des Etats-Unis.

DERNIERES CREATIONS
*
' *
Buffon côté Jardin
présenté au Muséum National d'Histoire Naturelle, du 16 mars au 31 juillet 1988, dans le cadre des manifestations pour le bicentenaire de Buffon.
Les Savants et la Révolution
présenté à la Cité des Sciences et de l'Industrie de la Villette, du 19 avril 1989 au 7 janvier 1990, dans le cadre des commémorations pour le bicentenaire de la Révolution Française
Les Origines de l'Homme
présenté à la Halle Saint Pierre-Musée en Herbe, du 19 février au 31 décembre 1991.
Les Arts et Métier en Spectacle
présenté au Musée National des Techniques-Conservatoire National des Arts et Métiers du 15 octobre au 29 novembre 1992, avant la fermeture du Musée pour grands travaux.
Dichterliebe
version scénique du cycle de mélodie de Robert Schumann pour ténor pianiste et 9 danseurs, créé à l'Opéra Royal de Wallonie en 1988 et repris du 3 au 13 décembre 1992 au Musée National des Techniques-CNAM
Requiem
version scénique du Requiem de Wolfgang Amadeus Mozart pour quatuor vocal, choeur, orchestre, 1 comédien et 9 danseurs, présenté à l'Opéra Royal de Wallonie, à l'Opéra de Vichy et au Théâtre de Nancy (reprise à l'Opéra Comique du 21 au 25 février 1995).
Le Siège de Corinthe
opéra de Gioacchino Rossini, présenté dans le cadre du Festival d'Automne, au Teatro de la Zarzuela de Madrid, du 1er au 4 octobre 1992.
Iphigénie en Tauride
opéra de Christoph Willibald Gluck, présenté au Royal Opera House-Covent Garden à Londres le 5 juillet 1992 et le 18 juillet 1993 et au Théâtre Odéon d'Hérode Atticus, dans le cadre du Festival d'Athènes, du 1er au 4 août 1993.

PROGRAMMATION SAISON 1994/95
Dixième Anniversaire de la Fondation Paribas
Paris, 9 octobre 1994
Le Tour du Monde en 80 langues
Rond-point - Théâtre Renaud Barrault, Maison des Cultures du Monde, du 15 novembre au 23 décembre 1994, suivi d'une tournée
Les Anouilhesques
L'Esplanade (Maison de la Culture de Saint Etienne), du 18 ou 20 janvier 1995, suivi de 30 représentations au Théâtre de la Potinière à Paris du 26 janvier au 26 février 1995
Mozart Requiem
Opéra Comique, Paris, du 21 au 25 février 1995, suivi d'une tournée internationale
Festival du Marais : nomination d'Alain Germain à la direction artistique à partir du Festival 1995

Adrienne Clostre, création musicale
L
Très jeune, en même temps qu'elle étudie le piano, Adrienne Clostre est initiée aux grands ouvrages lyriques.
Admise au Conservatoire National de Musique de Paris dans les classes de Piano et
Composition, elle y éprouve sa vocation créatrice. Darius Milhaud avec qui elle travaille pendant deux année lui déclare un jour : "Vous devez écrire pour le théâtre".
Après l'obtention du Grand Prix de Rome en 1949, elle découvre l'Italie avec enthousiasme et y puise ses premiers sujets : une cantate. Tre Fioretti di San Francesco d'Assisi, et un drame lyrique, Julien l'Apostat.
L'Empereur Julien est le premier des héros autour de qui s'élabore l'oeuvre d'Adrienne Clostre. Ainsi a-t-elle conçu : Nietzsche (1975), Le Secret d'après Kierkegaard (1983), Dans la nuit... le poète d'après Hölderlin (1984). L'Albatros d'après Baudelaire (1987), Peinture et Liberté d'après David (1989) et, la même année
Annapurna inspiré par les pionniers des cimes himalayennes, puis L'Ecriture de Dieu sur un texte de Borgès (1992).
Les oeuvres instrumentales d'Adrienne Clostre prennent source, elles aussi, dans des récits historiques, bibliques ou mythiques. Et, si ces références ne s'imposent pas a l'auditeur de Brother Blue, Concert pour le souper d'Elronde ou Waves, elles justifient la diversité des séquences et organisent la composition de l'ensemble : Premier livre des Rois, La Reine de Saba.
Adrienne Clostre a reçu pour son oeuvre plusieurs récompenses : le Grand Prix Musical de la Ville de Paris, en 1955 ; le Prix Florence Gould en 1976 ; le Prix de la Musique de la S.A.C.D., en 1987.
Le Tour du Monde en 80 langues est la première collaboration d'Adrienne Clostre avec la Compagnie Alain Germain.

Erika Guiomar, direction musicale
Après des études de piano et d'accompagnement, Erika Guiomar rentre au Conservatoire National Supérieure de Musique de Paris où elle obtient le diplôme d'accompagnement vocal, le premier prix de chef de chant et le premier prix de musique de chambre. Elle occupe depuis un poste d'assistante au C.N.S.M. de Paris.
Partenaire privilégié de plusieurs interprètes de musique de chambre et de musique contemporaine, elle reçoit de nombreuses récompenses, avec le percussionniste Pascal Delage, l'ensemble Inda (4 percussions, voix et piano) ... et, avec la flûtiste Claude Lefevre, arrive finaliste au Concours International de Sonates de Vierzon.
Elle a joué avec l'Orchestre Pasdeloup, l'Orchestre de Flaine et l'Orchestre Philharmonique de France.
Chef de chant, Erika Guiornar a produit plusieurs opéras du répertoire et de musique contemporaine.
Pour la Compagnie Alain Germain, elle a accompagné plusieurs stages à la Sorbonne et interprété le rôle de Clara dans les Dichterliebe de Schumann, présenté la saison dernière à la chapelle du Conservatoire National des Arts et Métiers.

Andreas Jäggi, ténor
Diplômé de l'Ecole de Design et des Arts décoratifs de Bâle, Andreas Jäggi a étudié le chant avec Maria Stader à Zurich.
Membre de la Compagnie Alain Germain depuis 1976, il a participé à de nombreuses créations en tant qu'interprète, décorateur, costumier et graphiste.
Parallèlement, il a été membre de divers opéras (Opéra Studio International, Opéra de Zurich, Opéra d'Osnabrück, Opéra de Kiel, Opéra de Dortmund)
Parmi ses dernières prestations, citons : Les Brigands d'Offenbach, dans une mise en scène de Jérôme Deschamps (Opéra d'Amsterdam, Opéra Bastille) ; le rôle de Pylade dans Iphigénie en Tauride de Gluck, dans une mise en scène d'Alain Germain et sous la direction de Marc Minkowski (Covent garden, Théâtre Hérode Atticus) ; Armide de Gluck, dans une mise en scène de Pier Luigi Pizzi (Chateau de Versailles) ainsi que la version scénique des Dichterliebe de Schumann réalisée par Roman Polanski (Opéra Bastille).

Robert Expert, contre-ténor
En 1986 Robert Expert étudie le chant au Conservatoire National de la Région de Bordeaux,
Il travaille l'interprétation au C.N.R. de Toulouse en 1990.
Premier chanteur lauréat de la Fondation de France, il est, en 1992 nommé second au concours d'entrée de Chant au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, dans la classe de Rachel Yakar.
En 1993 il est reçu premier au Concours de Musique Baroque des Conservatoires de la Ville de Paris et obtient le grand prix du Concours International d'Oratorio de Clermont-Ferrand.
En tant qu'alto solo, il a participé à des productions telles que La Passion selon Saint Matthieu de Bach (direction Lavail), des Madrigaux de Monteverdi avec les Arts Florissants (direction W. Christie), Il a créé le rôle de la Maman de la Diva dans Marie de Montpellier de René Koering à l'opéra de Montpellier en1994.
Cet été après un récital à l'opéra de Vichy, il interprètera le Nisi Dominus de Vivaldi avec l'Orchestre de Nouméa en Nouvelle-Calédonie.

Olivier Peyrebrune, baryton-basse
Olivier Peyrebrune a étudié le théâtre, l'art lyrique et le chant.
Il a obtenu de nombreux prix à des concours nationaux et a été finaliste du Concours International Francesco Vinas à Barcelone en 1989.
Les opéras qu'il a récemment interprété sont : Benvenuto Cellinil direction de Myun Whung Chung, Opéra Bastille, Paris, 1993 ; Don Procopio, Musée Guimet, Paris, 1993 ; Le Jeu de Daniel, direction de Ned Tibten, Cathédrale Américaine de Paris, 1993 ; Les Brigands, Opéra Bastille, 1993 ; Don Giovanni, 1994.
Les derniers oratorios qu'il a chanté sont : le Stabat Mater de Dvorak, Salle Pleyel à Paris, Choeurs et Orchestre des Grandes Ecoles de Genève, direction Michel Podolak, 1993 ; Requiem de Cimarosa, direction Dominique Fanal, Sinfonietta de Paris, 1993 ; la Passion selon St Jean, Orchestre les Parisiens, 1994.

Yuri Ogawa, soprano
En 1977, Yuri Ogawa entre à l'université de Musique de Musashino (Tokyo) dans la classe d'art lyrique et de musique française.
Elle entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en 1983 et obtient le Premier Prix de la classe de chant. En 1986, elle reçoit le Premier Prix de la classe d'opérette et, en 1987, le Premier Prix d'art lyrique.
Parmi les derniers rôles qu'elle a interprété, citons : Suzanna dans Le Nozze di Figaro de Mozart, à la salle d'Art Lyrique de la Villette (direction Pascal Verrot) ; Bosquet par la Compagnie Devaux-Daumas, création, au Festival de Coulans-sur-Gée ; Les très Lyriques Aventures du Baron Crac, création, à l'Hôtel des Monnaies à Paris ; Fantasia dans Voyage dans la Lune d'Offenbach, à l'Opéra-Théâtre de Massy (direction Claire-Marie Mille).
Parallèlement à l'opéra, Yugi Ogawa se consacre à l'oratorio et à la musique contemporaine.

Annick Cisaruk chanteuse réaliste
Comédienne et chanteuse, Annick Cisaruk a suivi les cours du Conservatoire National d'Art Dramatique de Paris de 1978 à 1981.
Théâtre, cabaret, télévision, le répertoire d'Annick Cisaruk est varié.
Citons : J'aime le Music Hall, au Théâtre Français de la Musique à Compiègne, 1993 ; Ubu Roi d'Alfred Jarry, au Théâtre de Chaillot (mise en scène Roland Topor), 1992 ; It's not a Game, au Théâtre Héberto, 1991 ; Taratata, création de K. C. Simple au Festival d'Avignon 89 et au Théâtre Tristan Bernard à Paris, 1989-90 ; Calme-toi Camille, réalisation Jeannette Hubert. SFP-TF1, 1992 ; La Vénus à Lulu, réalisation Daniel Losset, CANAL +, FR3, 1990.
Gilles Bugeaud, baryton
Gilles Bugeaud est entré au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris pour y étudier le chant, la danse et le théâtre.
Il s'est produit dans différents spectacles tels que : Orphée aux Enfers d'Offenbach à Bordeaux, La Veuve Joyeuse de Franz Lehar à Avignon, Rose de Noël de Franz Lehar et Ta Bouche de Maurice Yvain au Théâtre Déjazet à Paris, Le Dernier des Mahagonny de Kurt Weill, à la Péniche Opéra à Paris.
Comédien-chanteur Gilles Bugeaud joue aussi du piano et de la clarinette.

Nora Gubisch, mezzo
Née en 1971, Nora Gubisch débute ses études musicales dès son plus jeune âge puis entre à la Maîtrise de Radio-France dans les classes de Michel Piquemal et Henri Farge.
A l'âge de 20 ans, elle est reçue au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en classe de chant et poursuit actuellement ses études dans la classe de Christiane Edda-Pierre.
Elle participe à de nombreux concerts parmi lesquels on peut citer : le "Concert de Midi" du Musée d'Orsay, le Stabat Mater de Pergolèse avec le Nouvel Ensemble Vocal Henri Farge...

Wladimir Beltran, comédien
Depuis 1982, Wladimir Beltran, acteur chanteur et musicien d'origine chilienne se produit régulièrement à Paris, en province et dans d'autres villes d'Europe.
Parmi les oeuvres qu'il a joué récemment citons : Altazor de Vincente Huidoro, 1992 ; Périféérie de Stefano Scribani au Théâtre André Malraux de Gagny, 1993 ; L'Indien Cherche le Bronx d'Israël Horowitz à Montrouge, 1994.
Interprète de la langue des signes, il a travaillé avec l'International Visual Theatre (Théâtre des sourds)

David-Pierre Marquet, comédie
David-Pierre Marquet a 23 ans. Il est étudiant à l'INALCO et intervient dans spectacle en bulgare, turc, russe, japonais, chinois, suédois danois, néerlandais, serbo-croate, tchèque coréen putonghua, polonais, roumain...
Parallèlement il suit des cours de théâtre et a déjà organisé de nombreux spectacles.

Eloi Ficquet, comédie
Eloi Ficquet a 20 ans. Il est étudiant à l'INALCO et intervient dans le spectacle en arabe, swahili, lingala, amharique, tigrinya, wolof, kinya rwanda, bambara, berbère, yoruba ...
Par ailleurs, son répertoire de contrebassiste s'étend du jazz aux musiques africaines.

Igor Bosc comédie
Igor Bosc a 23 ans. Il est étudiant à l'INALCO et intervient dans le spectacle en quecshua, hindi, bengali, penjabi, nepali, ourdou, tzigane, persan, pashto, tamoul, sanskrit...
Parmi ses autres passions citons le violon et la flûte de pan.

Composition

Textes

Origine géographique

France

Mots-clés

Date du copyright

1994

Cote MCM

MCM_1994_FR_S14

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
France. Le Tour du Monde en 80 Langues, d'Alain Germain. Affiche France 1994-11-15 Affiche
Titre Localisation Date Type
Saison 1994 1994