Ressource précédente
Ressource suivante

France. Le Misanthrope de Molière . Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

France. Le Misanthrope de Molière . Spectacle

Sous-titre

Compagnie Dominique Houdart - Jeanne Heuclin

Date

1998-12-02

Date de fin

1999-01-28

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Théâtre

Description de la pratique

2 décembre 1998-28 janvier 1999
Adaptation et mise en scène, Dominique Houdart

Le Misanthrope de Molière ou le cas Alceste...
Adaptation et mise en scène, Dominique Houdart. Spectacle en théâtre noir pour comédiens et figures.
Figures, décor et costumes, Jean-pierre Conin
Réalisation figures et décor: Patrick Grey et les 4 marionnettistes de Nantes

Avec
Hubert Jappelle: Alceste
Jeanne Heuclin: Célimène et la voix de tous les autres personnages
Marionnettistes:
Catherine Larue, Philippe Payraud, Philippe Drouot et Mohand Saci

Alceste dans son désert.
Le cas Alceste
Le Misanthrope est sans doute l'une des pièces les plus connues et les plus jouées de l'oeuvre de Molière. Interprétée en costume d'époque ou en costume moderne, dans tous les cas la mise en scène propose l'étude d'un caractère, celui d'un atrabilaire amoureux, et une comédie de moeurs, ceux d'une société proche de la cour de Louis XIV.
Si l'on en croit Furetière, misanthrope signifie bourru, avare, qui ne veut voir personne. Et il ajoute que son caractère est formé de mélancolie noire. Alceste est un malade, Philinte le dit (v. 105), plein d'"humeur, de chagrin, de bile à tout propos assemblée en son coeur".
Pour Lacan, Alceste "n'a cessé d'être un problème pour nos beaux esprits nourris d'humanité contre lequel il s'insurge". Etudiant le "cas Alceste", le psychanalyste dit qu'il est un absessionnel, "un fou qui se maintient à distance de sa folie... C'est un fou paranoïaque". La distance qu'il prend avec sa folie crée la contradiction d'Alceste qui le mène dans une impasse totale, répétitive. Dans Ecrits, il précisse qu'"Alceste est fou, et Molière le montre comme tel - très justement en ceci que dans sa belle âme il ne reconnaît pas qu'il concourt lui-même au désordre contre lequel il s'insurge".
Débarassé de son contexte historique,le personnage, véritable cas pathologique, hanté par ses obsessions et ses cauchemars, prend une valeur universelle.

L'ermite et les monstres.
Imaginons Alceste dans son désert, comme un ermite, habité par ses tentations qu'il repousse, et ceci d'une façon répétitive, éternelle.
Utopiste, vertueux, accusateur, perfectionniste, Alceste par son désir d'une société idéale rejoint certains mystiques, et son attirance pour Célimène est comparable à la Tantation de Saint-Antoine.
Le désert d'Alcest est intérieur et symbolique. C'est dans cet univers mental qu'il est visité, hanté, attiré par la vision de Célimène, de la cour, des fastes, des facilités, des compromissions, du désir et du plaisir.
Il s'agit d'un dialogue entre l'esprit et la chair, Alceste et Célimène, Alceste et ses visions, Célimène étant porteuse de ce monde que Alceste repousse, porteuse de la parole de tous les personnages de la pièce, qui tous appartiennent au même monde, à ce monde de la décadence et de la mort qui attire tant Alceste et qu'il souhaite tant repousser. Une sorte d'Annonciation infernale...

Le cauchemar d'un utopiste.
La pièce présente le cauchemar d'Alceste, qui voit la société comme Saint-Antoine voyait les tentations : de superbes perversions, des maux abominables mais attirants. Alceste dépasse de loin l'anecdote éventuelle dont il est inspiré, il est, tout comme Don Juan, un idéaliste, une de ces grands utopistes précurseurs de la Révolution, du grand mouvement des idées du siècle suivant, soigneusement caché sous le manteau classique. C'est le rôle d'une mise en scène contemporaine d'en découvrir l'essentiel, le caractère prophétique.
Alceste est le frère de Don Juan, frère en utopie, frère en solitude, frère en violence visionnaire. Don Juan appartient à un courrant littéraire et musical qui de l'Espagne rejoint l'Italie, puis Mozart. Alceste est moins présent, mais on peut le retrouver en Saint-Jean de La Croix, Saint-Antoine, Savonarole, Saint Ignace de Loyola, autant de grand mystiques que la littérature a abordé avec inquiétude. Littérature rare, mais nous entrons dans le domaine fiévreux des grands peintres inspirés : Jérôme Bosch, Grünewald, le Greco, Goya ou Dali nous ont livrés de ces visions fantastiques d'un monde ignoble et splendide, dans leurs Jardin des délices. Tentations de Saint-Antoine, et autre paradis infernaux, mondes de paradoxes, de beauté dans la laideur, de spendeur dans la difformité, de vision escatologique d'un monde en état de pourrissement avancé.
Alceste se retrouve comme dans les Caprices de Goya, l'homme seul face à ses phantasmes, à ses visions qui l'assaillent. Un acteur face à un monde de formes étranges et cauchemardesques.

Vanités
Le Misanthrope apparaît donc, dans son essence et au delà de l'anecdote, comme une profonde méditation sur l'homme dans et hors la société. Une pièce violente, cruelle, impitoyable, où la frontière entre Dieu, l'homme et l'animal est incertaine. Tous les personnages sont des monstres, tous sans exception. Alceste dans sa nudité, son intransigeance, sa brutalité, son intolérance, et les autres, Célimène, les marquis, la cour, la société, autant de personnages masqués, grotesques. Des monstres en métamorphose, voilà donc les personnages qui entourent Alceste, métamorphose qui va aboutir à une image de pourriture, de la décomposition et de la mort.
Alceste va faire vivre et mourir l'image de Célimène, l'image de cette société, l'iamge des vanités qu'il rejette.
Très vite, Célimène devient une vision d'horreur qu'il lui faut repousser ainsi que tous les personnages qui l'entourent. Ces derniers ne seront pas représentés comme des petits marquis poudrés mais des créatures monstrueuses, véritable bestiaire imaginé par Jean-Pierre Conin dont l'univers graphique pourrait être rapproché de ceux de Bosch, Breughel ou Goya. Il a également conçu le décor, un crâne-grotte symbolisant l'univers mental d'Alceste fortement inspiré par les peintures des Vanités du XVIIe siècle, avec leurs figures d'arnements, d'oiseaux de nuit, de livres, miroirs, crânes...
La lumière joue ici un rôle très important, elle crée la composition spatiale des éléments actifs, elle les déniche dans l'obscurité, elle les fait sortir du noir.

Nous voilà loin d'une représentation "classiqueé, ou même d'une relecture contemporaine. Il s'agit d'un misanthrope dépouillé, épuré, réduit à l'essentiel, à un théâtre des origines, rituel de vie et de mort.
Dominique Houdart.

Dominique Houdart
Formé chez Jacques Lecocq et à la Comedia dell'Arte, comédien, marionnettiste, metteur en scène, Dominique Houdart est co-directeur deepuis 1964 de la Compagnie Dominique Houdart-Jeanne Heuclin, spécialisée dans le domaine du Théâtre de Figure (objets, marionnettes). Il a réalisé de nombreuses mises en scène de théâtre classique et contemporain, mêlant le jeu du comédien et la manipulation.
Il a été assistant de Jean-Marie Serreau puis Directeur du Carrefour du Théâtre d'Animation de Villeneuve-lès-Avignon, du Festival de Colportage d'Epinal et du Marché Rabelais à Chinon.
Jeanne Heuclin
Comédienne, marionnettiste et chanteuse, ancienne élève du Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique de Paris, elle mène dans la compagnie une recherche sur les relations entre la voix et le matériau.
Hubert Japelle
Comédien, metteur en scène et marionnettiste, il dirige le Théâtre de l'Usine à Cergy-Pontoise qu'il a fondé en 1987. Il enseigne au Conservatoire National de Région de Cergy-Pontoise et est l'auteur de l'ouvrage "les enjeux de l'interprétation théâtrale", l'Harmattan 1997.
Catherine LARUE
Marionnettiste et sinologue, après avoir appris le chinois à l'Ecole des Langues orientales, a suivi pendant 3 ans à Taiwan l'enseignement de Maître LEE (héros du film le Maître de Marionnette), a co-créé la Compagnie du Petit Miroir. Spécialiste de la marionnette à gaine et de l'ombre chinoise.
Philippe DROUOT
Musicien, compositeur, marionnettiste, il travaille dans la Compagnie depuis 12 ans, jouant de nombreux instruments de musique, et manipulant dans tous les spectacles. A composé 2 musiques de scène pour la Compagnie. Anime des stages de percussion.
Philippe PAYRAUD
Après une carrière sportive, il suit pendant 3 ans l'enseignement de l'école Nationale des Arts de la Marionnette à Charleville Mézieres. A la sortie de l'école il y a 4 ans, il entre dans la compagnie et participe à tous les spectacles. A créé des spectacles de rue sur échasses
Mohand SACI
Marionnettiste, percussionniste, constructeur de marionnettes, a travaillé plus de 10 ans avec André Verdun, a joué et dansé dans des groupes de musique latino américains. A participé a de très nombreux spectacles de la Compagnie.

Textes

Mise en scène

Décors et costumes

Origine géographique

France

Mots-clés

Date du copyright

1998

Cote MCM

MCM_1998_FR_S1

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
France. Le Misanthrope de Molière . Photos France 1998-12-02 Photo numérique
Titre Localisation Date Type
Saison 1998 1998