Ressource précédente
Ressource suivante

Roumanie. Musée du paysan roumain. La Croix : signe et matière. Exposition

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Roumanie. Musée du paysan roumain. La Croix : signe et matière. Exposition

Date

1994-02-15

Date de fin

1994-02-17

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Exposition

Description de la pratique

15 février-17 avril 1994
Musée du paysan roumain. La Croix : signe et matière.
Galerie du Rond-Point, entrée libre. Avec le soutien de la Direction des Arts Plastiques (Ministère de la Culture et de la Francophonie)
Les mots, les images n'ont pas la même charge de rêve dans des cultures différentes. Ainsi, pour un français, le titre "Musée d'un paysan roumain" n'évoque rien ou, au mieux, un écomusée dédié à la vie quotidienne paysanne de Roumanie.
Et on (les Roumains eux-mêmes) nous a tellement dit que Ceausescu avait détruit tous les villages, tout bétonné, tué l'âme de ce peuple toujours opprimé, colonisé, "despotisé" !..., que vraiment je n'avais aucune envie d'aller visiter le Musée du Paysan Roumain à Bucarest. J'y fus quand même, poussé par des amis. Y ai-je découvert le génie d'un peuple ou l'habileté d'un artiste ?
Conçu autour du thème de la croix, ce musée révèle par sa muséographie tout d'abord, toute la présence déterminant de la croix dans la culture roumaine.
Evidente, épurée, fonctionnelle, cette muséographie permet au visiteur de découvrir dans l'objet du quotidien l'oeuvre d'art et dans l'oeuvre d'art l'empreinte du quotidien. Esthétisante, recherchée, obsessionnelle, ne travestit-elle pas la réalité pour l'adapter à la vision de l'artiste muséographe Horia BERNEA ? Cette vision n'est-elle pas plus proche de la réalité roumaine que la réalité roumaine elle-même ?
Le travestissement n'abolirait-il pas le mensonge et le trompe-l'oeil ne restituerait-il pas la vérité ? Ne faut-il pas passer par ce chemin de croix pour percevoir l'âme roumaine telle qu'elle vibre encore enfouie sous les couches superposées des dominations subies ? En invitant Horia BERNEA et le Musée du Paysan Roumain à la Maison des Cultures du monde, c'est cette âme roumaine-là que nous voulons retrouver, faire connaître.
Chérif Khaznadar.

Vers une nouvelle muséologie des arts traditionnels
Au Musée du Paysan Roumain, Horia Bernea et son équipe ont réalisé une muséographie exceptionnelle de qualité et de modernité sur le thème de la croix. La Maison des Cultures du Monde lui a offert d'occuper pendant un mois la Galerie du Rond-point et de créer dans le même esprit une présentation d'objets d'art traditionnels de Roumanie, peintures sur verre, quenouilles, tissages et broderies populaires,...
Ils avaient le goût de l'éphémère de la chose qui ne dure pas... Et en même temps, tout ce qu'ils faisaient était définitif.
Notre dessein n'est pas d'affirmer l'ancienneté, la force, la beauté, la bonté et l'organicité d'une culture traditionnelle qui n'existe presque plus comme but en soi, mais de nous efforcer de montrer de façon cohérente et intelligible la beauté et la richesse d'un monde qui pourrait sembler plus pauvre que le nôtre. Si l'homme actuel comprend combien il est plus pauvre que ses ancêtres, il y gagnera énormément. Il faut l'y aider.
La muséologie opère avec des règles fondées sur les constantes de la perception et sur différents modes. Elle pourrait devenir un mode d'entendement général. Elle cesserait alors d'être une méthode, un mécanisme annihilant, une recette.
La surprise contraire à la stupeur. Dieu aime ce qui est fragile, chétif, faible. Il n'aime pas ce qui est fort, dur, figé : par exemple la pierre. Que signifie fragile dans le cas d'un discours muséographique, dans une manière d'exposer ? Souplesse, erreur et hasard assumés, incorporés dans une thèse de travail. D'ailleurs l'objet nous dit ce que nous devons en faire. Il suffit de s'y soumettre naturellement. Les lois de l'objet sont faibles, donc agréables à Dieu. Comment se manifeste une telle muséologie ?
Des liaisons profondément justifiées ; des liaisons apparemment dues au hasard ou des liaisons dues au hasard ; des alternances inattendues ; des regroupements qui ne supportent pas d'explications, de justifications scientifiques ; une présentation résultant de la nouvelle situation de l'objet, devenu pièce de musée.
Les termes théologiques sont appropriés au monde d'aujourd'hui, davantage que les termes scientifiques, qui vieillissent prématurément en raison de leur précision excessive.
HORIA BERNEA in La Croix, éd M.P.R., 1993 trad. Alain Parmit a

Origine géographique

Roumanie

Mots-clés

Date du copyright

1994

Cote MCM

MCM_1994_RO_E1

Auteur val