Ressource précédente
Ressource suivante

Roumanie. Aspects du cinéma Roumain contemporain.

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Roumanie. Aspects du cinéma Roumain contemporain.

Date

1983-02-16

Date de fin

1983-02-22

Direction artistique

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Projection

Description de la pratique

16-22 février 1983
Aspects du cinéma Roumain contemporain.
La Maison des Cultures du Monde commence avec cette semaine consacrée au Cinéma Roumain contemporain un tour du monde des cinémas nationaux.
C'est sa vocation en tant qu'organisme consacré aux cultures du monde. Cette première semaine est présentée grâce à une étroit collaboration avec le Département des Affaires Culturelles du Quai d'Orsay et l'Association Française des Cinémas d'Art et d'Essai et de son Président Jean Lescure.

C'est en 1897 que furent tournées les premières images de cinématographe en Roumanie, soit un an après les Frère Lumière en France. La Foire de Mosi, la terrasse du Café Capsa et les inondations à Galetz sont parmi les premiers sujets traités et n'ont rien à envier à l'Arrivée du Train en Gare de La Ciotat ou à l'Arroseur Arrosé. L'inspiration, on le voit, diffère peu d'un pays à l'autre. Depuis 1948, la production cinématographique a été prise en charge par l'Etat Roumain. Ce furent d'abord des films documentaires qui furent produits. Il faut se souvenir, en effet, que les réalisateurs roumains ont toujours été d'excellents documentaristes.
Autre domaine où ils sont passés maîtres : l'animation.
Inutile de rappeler la série des Gopo, bien connue des cinéphiles occidentaux.
L'industrie du film est groupée aux Studios de Buftea dits, "la Nouvelle Cinecitta" où 32 longs métrages ont été produits en 1980. Il y a dans le pays plus de 500 salles équipés en 35 mm et 5.000 salles de cinéma non commercial (16mm). On notait 175 Millions d'entrées en 1980 pour une population de vingt et un millions d'habitants.
d'après ROGER BOUSSINOT, Encyclopédie du Cinéma.
Mercredi 16 février
LE DUEL
Film de suspense de Sergiu Nicolaescu (108 minutes/couleur/réalisé en 1981). Avec Sergiu Nicolaescu, Jean Constantin, Colea Rautu, Ion Ratiu, Ovidiu Iuliu Moldavan, Ana Maria Moculescu.
Sergiu Nicolaescu, né en 1930, d'abord ingénieur se consacre au cinéma de court métrage dès 1954. Douze ans plus tard, en 66 il réalise son premier long métrage de fiction. Il s'est spécialisé dans la fresque historique et dans le film policier. "Le Duel" appartient aux deux genres.
En 1939, une bande de nazis roumains, la Garde de Fer, dirigé par Maimuca, organise avec des gens du milieu un hold-up dans une banque. Le commissaire Moldovan est chargé de l'enquête C'est un personnage imaginaire du genre Maigret, déjà utilisé dans d'autres films roumains.
Jeudi 17 février
ESSAI MICRO
de Mircea Daneliuc (108 mm/couleur/1980). Avec Mircea Daneliuc, Tora Vasilescu, Gina Patrichi, Geta Grapa, Gheorghe Negoescu, Mariu Junghietu.
Mircea Daneliuc est né en 1943. Après des études de français il étudie la mise en scène à Bucarest. Il sera toujours préoccupé par les relations du couple, telles que les traduisent ses personnages. Il est aussi acteur, et on le voit ici dans le premier rôle du film que nous présentons aujourd'hui.
"Devant le microphone, écrit Mircea Daneliuc on passe toujours un test de sincérité lorsqu'un homme voit le microphone pointé vers lui, il a le choix -et il le fait spontanément, inconsciemment, ou délibérément - d'être ou non sincère dans ce qu'il dit".
La journaliste Luiza et son Cameraman Nelu essaient de découvrir ce que cache Ani, une jeune femme rencontrée dans un train. L'un et l'autre, bien que pour des raisons différentes sont attirés par cette jeune femme qui va les intriguer de plus en plus.
Vendredi 18 février
LE PEINTRE
Film de Nicolae Margineanu (98 minutes/couleur).
Avec Ion Caramitru, Maria Ploae, George Constantin, Ovidiu Schumacher, Monica Constantinescu.
Nicolae Margineanu, né en 1938, a fait des études de cinéma pour être directeur de la photo. Le film qu'il réalise pour son examen de sortie "Les Choses", a été présenté au Festival de Mannheim en 1971. C'est huit ans plus tard qu'il réalise son premier long métrage de fiction. "Le Peintre" est le second.
Stefan Luchian est un grand peintre roumain. Il a toujours lutté contre l'académisme C'est ainsi que refusé au Salon Officiel, il organise avec quelques camarades un salon des indépendants
Malheureusement sa peinture ne lui permet pas de vivre et il doit jouer de la flûte dans un orchestre pour gagner un peu d'argent. Il vit alors dans les quartiers pauvres de Bucarest, où il puise son inspiration.
C'est là qu'il est frappé par la paralysie qui devait peu à peu l'immobiliser jusqu'à la fin de sa vie.
Samedi 19 février
UNE LARME DE JEUNE FILLE
De Iosif Demian (86 mn/couleur/1980).
Avec Dorel Visan, George Negoescu, Luiza Orosz, George Bossun, Horia Baciu.
Iosif Demian, né en 1941, est d'abord radio électricien. Puis il entre dans une école de cinéma. A l'occasion, il sera le caméraman de Pierre Gaspard-Huit et de Jean Dreville pour les films qu'ils ont tournés en Roumanie.
Accident, crime ou suicide? Non seulement film de suspense mais aussi une leçon sur ce que sont l'honnêteté, la vérité, le courage comme la lâcheté et l'irresponsabilité. Un plaidoyer pour l'engagement de chaque citoyen sur les problèmes majeurs de tous. Une jeune fille est retrouvée noyée dans la rivière du village. L'enquête se révèle difficile. Elle permettra surtout de souligner comment la lâcheté de tous a favorisé la malhonnêteté d'un seul.
Dimanche 20 février
ANGELA VA PLUS LOIN
De Lucian Bratu (1981).
Avec Dorina Lazar, Valise Miske, Felicia Popica, Stela Haulica, Cornelia Radulescu.
Lucian Bratu, né en 1924 a fait des études de cinéma à Moscou et a réalisé en 1959 son premier long métrage, un film policier.
Angela, femme seule, chauffeur de taxi, mène une existence banale entre les journées dans les rues de Bucarest et les soirées devant sa télé. Elle rencontre Guyry avec qui elle va vivre une belle histoire d'amour.
Lundi 21 février
ANA ET LE VOLEUR
Film psychologique de Virgil Calotescu (88 minutes/ couleur/réalisé en 1981) avec Gabriel Oseciuc, Amza Pellea, Carmen Galin, Dorina Lazar, Costel Constantin, Stela Popescu.
Virgil Calotescu, né en 1928, a fait des études d'Histoire avant de tourner ses premiers courts-métrages en 1952. Il en tournera deux à Dakar lors du Festival Panafricain en 1966. Il avait tourné son premier long-métrage de fiction, l'année précédente.
Mihai, étudiant à Polytechnique vole une voiture et provoque un accident. Il fera de la prison et lorsqu'il en sortira, il deviendra ouvrier en usine. C'est une nouvelle vie qui commence pour lui.
Mardi 22 février
ION. LA MALEDICTION DE L'AMOUR
De Mircea Muresan.
D'après une nouvelle de Liviu Rebreanu (210 minutes/couleur/1979).
Avec Serban Ionescu, Ioana Craciunescu, Sorina Stanculescu, Valentin Teodosiu.
Le réalisateur Mircea Muresan, a reçu le prix de la première oeuvre en 1966 à Cannes pour son film "L'hiver en flammes" et il a fait partie de la sélection finale à Venise en 1969, l'année ou il n'y a pas eu de prix attribués.
Du film présenté aujourd'hui, Georges Charensol a écrit : "l'évocation a été mise en scène avec autant de sobriété que d'émotion."
Ion, à 25 ans, se sent un "rien du tout", parce qu'il ne possède pas de terre. Il délaissera Florica qui l'aime et cherche à épouser Ana, une fille plus âgée moins belle mais plus riche.
Mais le père ne veut rien entendre.

Tous les films sont sous-titrés en français.

Origine géographique

Roumanie

Mots-clés

Cote MCM

MCM_1983_RO_S1

Date du copyright

1983

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Roumanie. Aspects du cinéma roumain contemporain, 7 jours, 7 films, 7 réalisateurs. Affiche Roumanie 1983-02-16 Affiche
Titre Localisation Date Type
Saison 1983 1983