Ressource précédente
Ressource suivante

Islande. 9 artistes islandais contemporains. Exposition

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Islande. 9 artistes islandais contemporains. Exposition

Date

2004-10-02

Date de fin

2004-12-24

Direction artistique

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Exposition

Description de la pratique

Du 2 octobre au 24 décembre 2004
9 artistes islandais contemporains. Exposition. Espace d'art contemporain. Gustave Fayet à Sérignan.

L'Islande - "terre de glace" située à la limite du cercle polaire et terre immergée formée par les remontées de magma ' intrigue. La glace, le feu, le vent, l'eau sont les éléments qui ont façonné cette île de l'Atlantique nord. Déserts de lave, plages de sable noir, glaciers aux reflets bleutés, plaines verdoyantes, territoires extrêmes sont la source de stimulations visuelles perpétuelles. La puissance magique de cette nature, l'omniprésence des mythes et légendes donnent un caractère mystérieux à l'art islandais. Neuf artistes vont nous transporter dans cet univers singulier pour remettre en question notre perception du monde.
Les islandais ont une longue tradition culturelle en particulier écrite. Les arts visuels ont une histoire plus courte étant donné que la peinture était peu pratiquée avant le début du XXe siècle. Après un passage par l'abstraction, l'art islandais a réouvert la voie à une nouvelle peinture de paysage, plus métaphysique et conceptuelle que descriptive.
Pour Gudrún Einarsdóttir, les surfaces figées et inchangeantes, la terre et ses qualités tactiles, la variété des couleurs sont des stimulations visuelles qui inspirent son travail. Ses peintures sont des « morceaux », des échantillons de paysages, des carrés de gisements de lave, de sable de désert, de glaciers' La peinture devient alors une partie de cette nature, elle n'en est pas la représentation mais une mémoire simplifiée qui n'en conserve que la substance et l'énergie.
Georg Gudni ne choisit pas pour motif les paysages spectaculaires de l'Islande, mais des territoires modestes saisis par superposition de couches de peintures à l'huile sur de grandes surfaces. Georg Gudni tente de capturer le noyau du paysage islandais, pas simplement ses couleurs ou la lumière, mais sa force et son essence même. Magie de la peinture, ce n'est plus le sujet qui importe mais le contact sensuel avec le monde. sujet qui importe mais le contact sensuel avec le monde.

Olafur Eliasson travaille sur la mise en évidence de phénomènes naturels qu'il reconstitue dans les espaces d'exposition. L'effet naturel transposé dans le contexte de l'art crée une sensation immatérielle. Il utilise des matériaux élémentaires et éphémères comme la lumière, l'eau, la vapeur, la chaleur, la glace mais aussi parfois, des machineries plus complexes, élaborant des installations qui interrogent les notions de nature et de culture. Ólafur Elíasson est sans doute l'un des artistes qui acquièrent la plus grande visibilité internationale. Il a occupé un pavillon à la Biennale de Venise et son oeuvre The Weather Project réalisée dans le grand hall de la Tate Modern à Londres a remporté un succès exceptionnel.
Les énergies et les forces vitales dégagées par les paysages islandais ont alimenté, depuis les premiers temps médiévaux, mythes et légendes. Trolls, elfes, revenants, personnages hybrides et animaux mystérieux peuplent l'imaginaire de cette île et de ses habitants. Nombre d'artistes puisent dans ces contes traditionnels pour inventer de nouvelles mythologies.
Helgi Thorgils Fridjonsson est un des principaux représentants de la nouvelle peinture islandaise. Dans son univers, créé par un système de juxtaposition d'images contrastées, tout est empreint d'allusions à la culture, l'histoire et la mythologie. L'iconographie, la représentation formelle comme la couleur, clairement dictées par la technique surréaliste, donnent vie à un univers incroyable et onirique : hommes ailés, à becs d'oiseaux, cornus, à corps de poisson, femme- centaure...

Gabriela Fridriksdottir met en scène des personnages malicieux et merveilleux, amibes amoureuses, monstres velus à longues tentacules, branches d'arbres assemblées qui deviennent sculptures, animaux disséqués ou momifiés. Dans ses vidéos, elle organise des cérémonies obscures, dans lesquelles elle manie le comique et le dramatique. Basé sur la dichotomie, son travail oscille toujours entre l'hilarité et le pathétique. Par des provocations répétées, dans l'esprit dadaïste, toujours fondées sur le paradoxe, elle suréclaire les idées reçues modernistes. Amie de la chanteuse Björk, elle a réalisé la pochette de son dernier album.
Steingrímur Eyfjörd s'inspire d'histoires populaires profondément enracinées dans l'inconscient collectif. Tout en cherchant à en déchiffrer les significations et implications socio-psychologiques, l'artiste les transforme en images poétiques contemporaines.
Ólöf Nordal utilise tout le bestiaire symbolique de la tradition islandaise. Comme un jeu elle associe des éléments hétéroclites pour en détourner le sens. Les figures d'animaux deviennent chez l'artiste une image ambiguë aux origines historiques dissimulées. Ólöf Nordal se met dans le rôle de l'enfant et libère les objets de leur prison contextuelle. Jouer pour l'artiste est la péréquation de la créativité. Le jeu de Ólöf Nordal est de mettre la vie dans l'art et de l'art dans la vie.
Birgir Andrésson, artiste conceptuel, traite des rapports complexes entre la vision, la pensée et le langage, pour souligner la nature sociale de la langue visuelle. Ce que nous voyons est immédiatement transformé par la pensée en signification et symboles, eux mêmes soumis à l'interprétation de la langue parlée.

Ragna St Ingadottir, dans ses installations, peintures, dessins ou photographies, assemble des éléments de mobilier, chaises, tables, lit, objets directement liés au corps humain. L'expérience de ses oeuvres renvoie toujours à la corporalité. Elle fait passer la relation du corps à l'art, de l'espace concret à l'univers symbolique. Dans ses oeuvres, elle souligne la question originelle du corps humain qui se confronte aux normes caricaturales des règles sociales.
L'Espace d'art contemporain Gustave Fayet porte le nom d'un célèbre amateur d'art d'avant-garde. Ce riche propriétaire viticole biterrois a été le premier collectionneur de Gauguin. Conservateur du musée de Béziers en 1901, il a organisé une exposition où l'on pouvait voir les oeuvres de Renoir, Cézanne, Van Gogh, Rodin, Gauguin et déjà un certain Picasso.
À l'image de l'homme visionnaire qu'était Gustave Fayet, l'Espace d'art contemporain souhaite soutenir les artistes d'avant-garde et présenter les oeuvres majeures de l'art d'aujourd'hui, afin de sensibiliser le plus large public à l'art contemporain.
L'Espace d'art contemporain Gustave Fayet a déjà ouvert ses portes à l'Islande en recevant son grand ambassadeur l'artiste Erró pour une exposition personnelle durant tout l'été 2002.

Espace Gustave Fayet, 46 avenue de la Plage, 34410 Sérignan

Présentation des artistes

Origine géographique

Islande

Mots-clés

Date du copyright

2004

Cote MCM

MCM_2004_IS_E7

scenographer