Ressource précédente
Ressource suivante

Nigeria. Musiciens Haoussa. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Nigeria. Musiciens Haoussa. Spectacle

Date

2005-04-15

Date de fin

2005-04-17

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Musique

Description de la pratique

15-17 avril 2005
Noeud de routes du désert, à la frontière du Niger, Kano fait figure de métropole du nord du Nigeria. Fondé à la fin du Xe siècle le royaume de Kano est un des plus anciens d'Afrique. Au XVIIIe siècle, il passa sous la suzseraineté du royaume du Bornou, et en 1807 les guerriers du jihad peul tuèrent le 42e roi de Kano et remplacèrent l'ancienne dynastie habe par une nouvelle dynastie d'émirs. Depuis des siècles y vivent de nombreux commerçants à la tête de véritables fortunes. L'émir, personnage tout puissant de la région, reste pour les musiciens un protecteur actif.
À l'exception des musiciens de l'émir, vivant au palais, les autres adoptent un statut semi-professionnel. Agriculteurs ou éleveurs, ils pratiquent la musique ' apprise de leurs parents par transmission orale ' lorsqu'une invitation les appelle pour un mariage, une circoncision, une fête religieuse, l'ouverture d'un magasin, une rencontre d'amis, un rassemblement de voyageurs et ces fameux durbar commandités par les princes qui rassemblent des milliers de gens et de chevaux caparaçonnés. Des groupes d'hommes instrumentistes et chanteurs, des groupes de femmes et des groupes mixtes se côtoient.
La polyphonie vocale étant absente des musiques haoussa, les musiciens préfèrent le jeu "à tour de rôle", d'où découle un nombre important de formes responsoriales.
Trois groupes de la région de Kano, invités au Festival de l'Imaginaire, présentent des formes différentes, parmi celles, très nombreuses, se développant sur place.

MAKADAN SARAUTA, CHANTEURS ROYAUX
Dankaka Rogo, vieux chanteur soliste, dirige un ensemble des musiciens de la cour de l'émir de Kano (un des nombreux groupes de musiciens princiers). Il accompagne son chant de louanges, en langues haoussa et peule, repris par ses camarades sous forme de répons, par le jeu d'un akvatun kida (lamellophone également appelé sanza en Afrique centrale ou mbira en Afrique orientale). Cet instrument à lamelles pincées avec les pouces, placé sur une caisse de bois volumineuse, résonne de façon claire au milieu des voix des chanteurs. Les autres instruments sont le kukuma, une petite vièle, et les kalangu, deux tambours à tension variable dont l'un est tenu sous l'aisselle. Pendant les répons à l'unisson, certains chanteurs qui tiennent chacun une demi-calebasse koko de la grandeur d'un bol, la plaquent contre leur estomac et la décolle pour modifier le système de résonance, tout en la frappant rythmiquement de leurs mains nues.
À l'extrémité du groupe, un homme parle parfois au-dessus du chant. Ce présentateur commentateur précise les circonstances pour lesquelles le morceau est joué, le rôle des musiciens et l'ordre des chants.
Musiciens : Dankaka Rogo Adamu
Dankaka Fallulu Adamu
Muhammad Amadu Rogo
Amadu Ali Gambo
Inusa Muhammad Rogo
Sama'lla Dankaka Adamu
Adamu Na'abu Rogo
1. Invocation d'Allah et louange de l'Émir
Cette pièce débute par une louange à Dieu et au prophète Muhammad, enjoignant à tout bon musulman de ne rien entreprendre qui ne soit au nom de Dieu et de son prophète. Suit une louange d'Alhaji Ado Bayero, 13e émir de Kano, et de l'institution de sa sarauta (royauté). Le chant met l'accent sur la renommée et la puissance de l'émirat de Kano et fait également la louange de quelques uns de ses hauts dignitaires comme le matawallen de Kano.

2. Louange du matawallen
Ce chant fait l'éloge de la puissance et de l'influence du matawallen de Kano, ainsi que de sa générosité à l'égard du groupe de Dankaka Rogo et des autres membres de l'auditoire.

3. Louange du jarma
Après un hommage aux organisateurs de la tournée du groupe en France, Dankaka Rogo se lance dans une louange d'Adamu Dan Kabo, qui fut à la fois un célèbre homme d'affaires et un grand dignitaire (jarma) de Kano. Dankaka loue sa bienveillance et prie Dieu qu'il lui accorde la paix éternelle.

4. Louanges des anciens dirigeants
Après avoir prié Dieu d'accorder à toutes les personnes présentes santé et prospérité, Dankaka prie pour Ahmadu Bello le regretté sardauna de Sokoto (ancien dirigeant politique du Nord, assassiné lors du coup d'État militaire de 1966) et pour quelques uns de ses pairs, comme Tafawa Balewa (premier Premier ministre du Nigeria, également assassiné en 1966), puis pour ceux qui leur ont succédé, particulièrement ceux de la région du Nord comme Murtala Muhammad (qui dirigea le Nigeria en 1975-76), Sani Abacha (qui en fut le dictateur militaire de 1993 à 1998) ainsi que pour d'autre dignitaires royaux. Dankaka conclut en disant que ses musiciens et lui-même mourront eux aussi et seront remplacés tout comme les anciens dirigeants le furent par ceux d'aujourd'hui.

5. Halin mutane, les comportements des gens
Ce chant est une critique de l'ingratitude et de l'attitude négative du peuple nigérian aujourd'hui. Dankaka lui reproche de ne toujours voir que le mauvais côté des choses. Si quelqu'un fait une bonne action, on ne l'admire pas, mais s'il en fait une mauvaise alors tout le monde en parle et crie au scandale.

Musique de Shantu
Le shantu, calebasse étroite pouvant atteindre un mètre de long, jouée le plus souvent par des femmes pour accompagner dans les maisons la préparation puis le départ de la fiancée, produit des sons à la fois mélodiques et rythmiques.
L'instrument, tenu dans une main, emmagasine de l'air, puis il est projeté contre l'autre main, l'avant-bras, la cheville ou la cuisse. Les musiciennes, qui chantent également des versets du Coran et des poèmes sociaux, se livrent à une fascinante danse assise aux mouvements retenus. Deux d'entre elles marquent les temps sur de larges demi-calebasses rondes renversées sur le sol, les qariya. Avec une soliste, poétesse et improvisatrice à leur tête, les musiciennes participent aux mariages et aux cérémonies de dation du nom.
Musiciennes : Maryam Yusuf Kabara
Murja Ibrahim
Safiya Ayuba Kigama
Jumoke Abdulrazak
Sa'adatu Abubakar
Sadiya Muhammad Sunusi
A'Isha Baballe
Maijida Umar Abdullahi

6. Hommage aux grands héros
Ce chant rend hommage aux anciens dirigeants qui ont fait preuve de patriotisme et vilipende les autres. Les chanteuses déplorent la disparition de ces grands héros. Pour finir, elles adressent le salut du peuple nigérian au peuple français.

7. Louange aux gens du terroir
Ce chant exalte le patriotisme à travers la préservation du patrimoine culturel. Il insiste sur la nécessité de demeurer fidèle aux traditions héritées de ses ancêtres et de ne pas chercher à remplacer sa propre culture par une autre.

8. Louange de la mariée
Ce chant humoristique raconte l'histoire d'une jeune fille qui prenait l'argent des garçons et s'enfuyait ensuite pour leur échapper. À la fin, elle fut attrapée et les chanteuses se moquent d'elle et la traitent de parasite.

9. Appel à la paix
Après un éloge de leur groupe dans lequel elles vantent leur travail et leur discipline, les chanteuses en appellent à toutes les nations, déclarant que Dieu ne nous a pas mis sur terre pour nous combattre mais pour que nous vivions tous en paix.

Nasiru Garbasuka
Âgé de vingt-trois ans, ce jeune musicien, fils de Nasiru Garba Super, un grand chanteur-poète de Kano, sait emporter l'enthousiasme du public ou susciter l'émotion par sa voix tendue et jouant sur un registre de subtilités. Il s'accompagne lui-même, dans un mouvement dansé, à la vièle monocorde kukuma qu'il tient à la hauteur de sa taille ou de sa hanche. Deux percussionnistes soutiennent ses mélodies, ses poèmes et ses improvisations en langue haoussa, par le jeu des tambours kalangu et kutuku et par leurs répons chantés.
Le groupe, très mobile, répond à de nombreuses invitations pour des mariages, des cérémonies d'attribution du nom, des fêtes profanes ou religieuses, où le jeune musicien lance des chants de divertissement mais aussi d'éducation.
Musiciens : Nasiru Garbasuka Sufa
Kabiru Ya'u Usaini
Nuhu Abdullahi Miko

10. Invocation d'Allah et regard sur la réalité
Personne ne peut échapper à son destin et seul le sage saura au-delà des apparences distinguer le bien du mal. Nasiru ajoute que celui qui ne peut obtenir quelque chose se plaint qu'elle est rare.

11. Louange de l'ambassadeur de Yola
Ce chant loue le peuple peul des villes de Yola et de Gongola dans l'État de l'Adamawa (est du Nigeria). Il cite les personnages importants qui l'ont invité à y chanter, notamment des chefs et des hommes d'affaires, les cadeaux qu'il a reçus et déclare enfin que les instruments de musique de son groupe sont d'origine peule.

12. Louange à Dieu qui protège les faibles
Tout ce qu'il advient à chacun est la volonté du Dieu tout puissant, créateur de l'univers. Nasiru raconte ensuite son histoire et rappelle qu'il est le fils du célèbre chanteur haoussa Alhaji Garba Super.

13. Discipline
Ce chant adresse au public un certain nombre de conseils. Tout ce qui est fait doit l'être d'abord au nom de Dieu qui demeure présent à chaque instant. Les jeunes doivent faire preuve de discipline et commencer leur journée par la prière et le salut à leurs parents. Enfin, dans un couple il importe que chacun respecte les droits de son conjoint.

Françoise Gründ

Remerciements à Jean-Yves Gillon, (attaché culturel auprès de l'ambassade de France à Abuja), Cécile Delétré (musicologue), Garba Abubakar Yusuf (ministre de la culture de l'État de Kano), Ahmed Amini (Secrétaire permanent du bureau pour l'histoire et la culture de l'État de Kano), Ali Bature (directeur de la culture à Kano).

Contributeurs

Origine géographique

Nigéria

Mots-clés

Date du copyright

2005

Cote MCM

MCM_2005_NG_S1

Ressource associée

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Nigéria. Musiciens Haoussa. Nasiru Garbasuka. Photos Nigéria 2005-04-15 Photo numérique
Nigéria. Musiciens Haoussa. Nasiru Garbasuka. Photos Nigéria 2005-04-15 Photo numérique
Nigéria. Musiciens Haoussa. Musique de Shantu. Photos Nigéria 2005-04-15 Photo numérique
Nigéria. Musiciens Haoussa. Musique de Shantu. Photos Nigéria 2005-04-15 Photo numérique
Nigéria. Musiciens Haoussa. Makadan Sarauta, chanteurs royaux de la cour de l'émir de Kano, dirigés par Dankaka Rogo, chanteur soliste. Photos Nigéria 2005-04-15 Photo numérique
Nigeria. Musiciens Haoussa. Vidéos Nigéria 2005-04-16 Vidéo numérique
Titre Localisation Date Type
9e Festival de l'Imaginaire 2005
Titre Localisation Date Type
Nigéria. Idiophones et tambour d'eau des Haoussa Nigéria 2005-01-01 Collection d’objet