Ressource précédente
Ressource suivante

Colombie. Les joyeuses ambulances "Guali et Alabaos" de Guapi. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Colombie. Les joyeuses ambulances "Guali et Alabaos" de Guapi. Spectacle

Sous-titre

Les Pleureuses de Colombie

Date

2006-03-13

Date de fin

2006-03-14

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Cérémonie, rituel

Description de la pratique

13-14 mars 2006

La Colombie est un creuset de différentes cultures résultant notamment de la rencontre entre la civilisation espagnole colonisatrice et l'héritage africain, apporté par les esclaves à l'époque de la traite des Noirs et réélaboré par leurs descendants en quête d'identité. On évoque souvent la diversité des danses et la richesse de la tradition musicale de la Colombie pour illustrer ce métissage. Les rites funéraires eux-mêmes, que ce soient ceux des communautés afro-colombiennes du littoral Pacifique ou encore ceux du nord du pays, combinent des éléments provenant d'origines diverses, témoignant de la vigueur du legs africain et de sa faculté à resserrer les liens communautaires.
Dans la culture de la côte Pacifique, élaborée au fil du temps par les descendants des esclaves, la mort d'un adulte et celle d'un enfant n'ont pas la même signification. La mort d'un enfant est une joie puisqu'on considère que c'est l'occasion pour un ange de rejoindre ses semblables au ciel. La mort d'un adulte, au contraire, cause beaucoup de douleur par le vide qu'elle laisse dans la communauté. À ces deux types de relation à la mort correspondent deux rituels funéraires différents. À la mort d'un enfant, on célèbre un guali qui se doit d'être joyeux. Les larmes, en effet, inonderaient l'enfant et en l'alourdissant empêcheraient son ascension. Seule la mère peut donner libre cours à sa douleur. Le rite commence par un chant qui demande l'autorisation d'ouvrir la cérémonie, puis les romances alternent avec des rondes où les parrains sortent l'enfant de son cercueil pour danser avec lui. Les paroles ont généralement un contenu érotique. À la mort d'un adulte sont célébrés des alabaos (du mot alabanza, louange), chants de louanges polyphoniqes a capella. Les alabaos expriment la douleur et racontent parfois la vie du défunt. À cinq heures du matin, lorsque le rite s'achève, les chants accompagnent l'âme dans son ultime voyage. Les règles de versification des alabaos sont héritées des formes poétiques traditionnelles espagnoles comme la romance.
Les Joyeuses Ambulances (Las Alegres Ambulancias) nous invitent à quitter la côte Pacifique pour la côte Caraïbe, à une cinquantaine de kilomètres de Carthagène. C'est là que, fuyant l'esclavage, un roi africain nommé Benkos Bioho est parvenu à fonder, au début du XVIIe siècle, la première communauté libre habitée par des esclaves fugitifs : le Palenque de San Basilio. Le terme de palenque désigne le lieu où vivent des "marrons" à l'époque coloniale. Au cours de leurs quatre siècles d'existence, les Palenqueros ont développé une culture unique. Non seulement le Palenque de San Basilio est l'un des principaux foyers de la diversité musicale de la région caraïbe de Colombie, mais il est aussi avec les Philippines le seul lieu d'expression d'un créole à base hispanique. Une autre spécificité du Palenque est la cérémonie du lumbalú, rite funèbre d'origine bantoue qui regroupe des chants de femmes, des danses et des percussions aux rythmes d'une grande complexité. Pour cette veillée funèbre, on prépare un petit autel sur lequel sont placées des statuettes ou des images de la vierge et des saints. Les chants créoles se mêlent aux prières catholiques en espagnol et à l'invocation des dieux en bantou.
Ce rituel, qui permet à la lamentation personnelle et à la douleur intime de trouver une forme d'expression collective, favorise la cohésion de la communauté et met en avant le rôle des femmes, auxquelles est dévolu le déroulement entier de la cérémonie.
Gloria Triana

Le Festival de l'Imaginaire tient à remercier pour leur soutien le Ministère de la culture de Colombie, le Ministère des affaires étrangères de Colombie, l'Ambassade de Colombie en France ainsi que Mme Gloria Triana, Mme Stella Villamizar, Mme Ana Piedad Jaramillo Restrepo.

Programme
Première partie
"Guali y alabaos" de Guapi
Avec
Gladys Beatriz Bazan Garcia
Maria Juana Angulo
Ana Francisca Hernandez Montaño
Carlina Andrade de Bonilla
Ruth Marien Valencia Garcia

Alabaos, chants funéraires pour les adultes (a cappella)
1- El alivio
Qu'ils viennent tous afin que nous soulagions nos pères et nos frères de ces feux, de ces airs, de ce terrible tourment ....
2- El Rosario
3- Ay mi Jesus

Chigualo, chants funéraires pour les enfants
Ces chants sont accompagnés de rythmes aux tambours cunumo et bombo, ainsi que des guasá
4- Angelito andate al cielo
Petit ange monte au ciel, si c'était moi, si c'était moi, j'irais en cherchant le chemin, le chemin de la gloire éternelle....
5- Buen viaje
6- Chigualito chigualetero

Bunde, chant pour les saints
7- Estaba llorando
Il était là à pleurer, ne pleure pas, mon enfant s'est tu Seigneur, Pourquoi l'enfant pleure-t-il, pourquoi tant de larmes, c'est à cause des âmes qu le font tant souffrir, ne pleure pas mon enfant, il s'est tu Seigneur.

Juga, rythme de fête
8- De los pescados del agua

Cantos de boga (de bogar, ramer, chants de travail, la rame symbolisant aussi le phallus dans certaines chansons)
9- Hoy oi ve
10- Aguacerito llove

Deuxième partie
Le Lumbalú du Palenque de San Basilio
Avec Les Joyeuses Ambulances :
Dolores Salinas Caceres, chant et danse
Graciela Salgado Valdes, chant et danse
Celina Padilla de Cassiani, chant et danse
Emelina Enelda Reyes Salgado, chant et danse
Teresa Reyes Salgado, chant et danse
Tomás Teherán Salgado, Tambor alegre
Benicio Torres Reyes, Tambor llamador

Lumbalú
1- Chimancongo chimalango
2- Yopu cuenda
3- Sambangolé

Bullerengue
4- Pala escuela nene
5- Bullerengue pa' vendé
6- El lelle valde

Chalupa
7- La maldita vieja
Vieille maudite, donne-moi ta chose, ja ja ja ! ju ju ju ! Donne-moi ton petit sucre / Je brûle, jetez-moi de l'eau !
8- Macaco mata el toro
Ça fait trois jours que je ne mange pas / quatre jours que je ne bois plus d'eau aehhh / ils descendent de la montagne, ils vont chercher de l'eau / adieu Macaco, Maquatito prends le par la queue aehhh / il est courageux ce taureau !

Juegos y rondas
9- La pava
10- El loro y la lora
11- Chimbimbilí

Le 25 novembre 2005, l'espace culturel du Palenque de San Basilio a été classé avec 42 autres régions et formes artistiques du monde parmi les chefs d'oeuvre du patrimoine oral et immatériel de l'humanité lors de la 3e proclamation faite par l'UNESCO.

Origine géographique

Colombie

Mots-clés

Cote MCM

MCM_2006_CO_S1

Date du copyright

2006

liste des contributeurs

Ressources liées