Ressource précédente
Ressource suivante

Iran. Traditions de l'Azerbaïdjan iranien. Âsheq Dehqân de la ville d'Orumiye. Muqâm classique . Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Iran. Traditions de l'Azerbaïdjan iranien. Âsheq Dehqân de la ville d'Orumiye. Muqâm classique . Spectacle

Sous-titre

Ensemble Shahryâr de Tabriz

Date

2007-03-23

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Musique

Description de la pratique

23 mars 2007, 21 heures

Première partie : Âsheq de la ville d'Orumiye
Mohammad Hossein 'Âsheq' Dehqân, chant et saz
Deuxième partie : Muqâm classique
Ensemble Shahryâr de Tabriz

Sur la route qui relie l'Occident à l'Orient, l'Azerbaïdjan fut longtemps la scène des luttes que se livrèrent les grandes puissances locales : la Perse, l'empire ottoman et plus tard l'empire russe. C'est sous la dynastie des Safavides (XVIe-XVIIIe siècles), d'origine azerbaïdjanaise, que l'Azerbaïdjan est pour la première fois intégré à l'État perse. Au XIXe siècle en revanche, sous celle des Qâdjâr (1779-1924), la Perse doit céder à la Russie ses provinces du nord de l'Araxe et donc une partie de l'Azerbaïdjan, devenu depuis 1991 une république indépendante.

La province iranienne d'Azerbaïdjan est géographiquement séparée en deux par le grand lac salé Orumiye (autrefois lac Rezâ'iye) : l'Azerbaïdjan de l'ouest a pour capitale la ville d'Orumiye et l'Azerbaïdjan de l'est, Tabriz, première capitale des Safavides avant Qazvin et Ispahan. Principal territoire turcophone du pays, et l'une des régions les plus peuplées d'Iran, l'Azerbaïdjan englobe une mosaïque de groupes linguistiques, de religions et de minorités tribales. La communauté des Arméniens et des Assyriens (descendants des chrétiens nestoriens) qui y a fait sa demeure est l'une des plus importantes.
La musique de l'Azerbaïdjan se divise en deux grands genres : la musique classique, le muqâm, et l'art des bardes âsheq.

Azerbaïdjan de l'ouest : tradition des bardes âsheq de la ville d'Orumiye
Le âsheq (litt. "amoureux") est un barde professionnel qui chante les ballades amoureuses et les épopées du répertoire propre à toutes les traditions de bardes turcophones, mais aussi ses propres compositions. Il semble descendre des populations turques venues s'installer en Azerbaïdjan voici des siècles. Dans le passé, ils étaient souvent chargés de chanter les louanges et les exploits du souverain et de sa famille.
Shâh Ismâ'il, le fondateur de la dynastie des Safavides qui régna de 1501 à 1523, appréciait tellement leur musique qu'il apprit lui-même à en jouer et composa des chansons. Il organisait à sa cour des joutes poétiques entre âsheq. Ces compétitions (deyshme) existent aujourd'hui encore : deux chanteurs s'efforcent de maintenir le mètre et la mélodie tout en répliquant chacun aux devinettes de leur adversaire.
En Azerbaïdjan de l'ouest, le âsheq chante en solo en s'accompagnant de son luth à long manche sâz (ou chogur). Il se produit au cours des mariages ainsi que dans les maisons de thé (qahve-khâne, lit. maison de café), où on le trouve encore de nos jours.
La musique des âsheq est fondée sur des mélodies-types appelées hava ("air" ou "mélodie") comportant des traits distinctifs. Dans l'Azerbaïdjan iranien chaque hava porte un nom qui peut être associé à un poème ou à une épopée spécifiques.
Le âsheq est surtout apprécié pour sa capacité à mémoriser des poèmes et de longs récits, dâstân ou hikâyat. Le dâstân se caractérise par l'alternance de passages en prose parlée et d'épisodes rimés et chantés et par sa longueur : il peut compter des milliers de vers. Son interprétation peut donc durer plusieurs heures, voire plusieurs jours.
Un bon âsheq est aussi celui qui sait apporter une couleur personnelle à son interprétation, nourrie par ses émotions et ses sentiments.

Mohammad Hossein Dehqân, connu sous le nom de Âsheq Dehqân, est né en 1934. À 72 ans, il est le parfait représentant de cette tradition. Tout en s'accompagnant au sâz, il chante ses propres compositions poétiques et l'un des quelque quarante dâstân qu'il affirme connaître. C'est de sa mère, dit-il, que lui vient son amour de la musique. Son père, au contraire, descendant d'une famille de mollahs, n'appréciait guère que son fils s'occupât d'un art si mal vu ."À cinq reprises, raconte-t'il, mon père a brisé mon sâz".
Âsheq Dehqân possède aujourd'hui sa propre "maison de thé", ce lieu traditionnel où des bardes tels que lui se produisent depuis des siècles. C'est là que l'on vient pour l'écouter, devant une tasse de thé ; c'est là que l'on s'assemble quand, face à d'autres âsheq, il se livre à ces deyshme (compétitions) si prisées des auditeurs.
Durant son interprétation, le âsheq se déplace entre les chaises et les tables, s'arrêtant pour chanter devant un ami ou un invité, ou pour accepter les demandes de chants venant de l'auditoire. Il ne sait donc jamais à l'avance ce qu'il va chanter : tout dépend du public ou de son état d'esprit.

Azerbaïdjan de l'est : tradition classique du muqâm
Le muqâm est lié à la tradition classique des maqâm irano-arabo-turcs, dont notamment deux grands théoriciens, Safi-al-din Ormavi (XIIIe siècle) et 'Abdol al-Qâder Marâghi (XVe siècle), sont originaires d'Azerbaïdjan. Pour autant, tout au long de son évolution, la musique classique azérie reste intimement liée à la musique classique iranienne. Tandis que la musique classique de l'empire Ottoman a été formée sous l'influence de la tradition musicale arabe, la culture musicale de la cour de l'Azerbaïdjan s'est développée sous l'influence directe de la musique persane, malgré l'affinité linguistique de sa langue avec celle des Ottomans. Cette influence résulte en partie des importants accomplissements de la littérature persane dans les genres poétiques (qaside, ghazal, masnavi, etc.), lesquels ont précédé la formation de la littérature écrite en Azerbaïdjan et chez les Ottomans. À l'époque soviétique, la musique azérie de la république autonome d'Azerbaïdjan subit un phénomène d'acculturation occidentale, marqué entre autres par le changement d'intervalles, l'intervention de la polyphonie, l'irruption de l'orchestration, etc. La tradition musicale de l'Azerbaïdjan iranien conserve pour sa part ses liens avec les styles iraniens et azéris classiques. Néanmoins, les musiciens de Tabriz et ceux de Bakou restent souvent en contact et continuent d'échanger leurs idées et leurs savoirs. L'art du muqâm azéri repose sur des suites vocales et instrumentales, classées en douze modes principaux (muqâmlar) et un nombre de muqâm secondaires. Les muqâm les plus importants sont appelés dastgâh (système) et intègrent un nombre de mélodies-types, appelées gushe ou sho'be.
Le muqâm est toujours interprété par un trio comportant un chanteur s'accompagnant au tambour sur cadre (daf), un joueur de luth (târ) et un joueur de vièle à pique (kamanche).
C'est le chanteur qui dirige la formation ; c'est lui par exemple qui choisit les textes des chants. Les chanteurs azéris, comme leurs confrères iraniens, ont développé un art du chant très particulier, utilisant essentiellement le registre aigu.
À chaque vers du poème (en général un ghazal), le chanteur peut associer une mélodie-type (gushe) spécifique sur laquelle l'un des instrumentistes lui répondra à son tour.
Chaque interprétation d'un ghazal est suivie sans interruption d'une pièce instrumentale, appelée reng, dont le chanteur marque le rythme sur son daf. Outre les ghazal, le chanteur peut aussi interpréter des tasnif, chansons accompagnées au daf sur un rythme à 2, 3, 4 ou 6 temps et composées sur un poème classique, populaire ou contemporain.

L'ensemble Shahryâr, remarquable trio originaire de Tabriz, se compose de trois jeunes musiciens, âgés de 28 à 29 ans :
Saïd Abed au chant et au tambour sur cadre daf,
Okhtâi Shadi au luth târ azéri
Afshin Alavi à la vièle kamanche.
Ils sont nés au moment de la révolution de 1979 qui a instauré en Iran une république islamique n'appréciant guère, pour ne pas dire moins, la musique. Chacun a débuté son apprentissage de la musique classique azérie et iranienne dès le plus jeune âge (9 ans environ) auprès d'un maître établi, selon les préceptes et les méthodes de la transmission traditionnelle. Ils se rencontrent vers 1995, au sein de l'Orchestre de la jeunesse de la Radio et télévision de Tabriz, alors qu'ils poursuivent en parallèle d'autres études. Après la dispersion de cet orchestre, ils continuent de se fréquenter pour approfondir ensemble leur étude et leur maîtrise des muqâm classiques azéris et fondent cet ensemble auquel ils donnent le nom d'un poète azéri contemporain renommé, Shahryâr.
Les poèmes qu'ils chantent sont puisés dans les oeuvres des grands poètes anciens, comme Fuzuli (mort en 1560), Nezâmi (mort en 1209), Khâqâni (mort en 1199) et dans celles de poètes contemporains comme Shahryâr (mort en 1988).
Ameneh Youssefzadeh

Origine géographique

Iran

Mots-clés

Cote MCM

MCM_2007_IR_S5

Date du copyright

2007

liste des contributeurs

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
11e Festival de l'Imaginaire 2007