Ressource précédente
Ressource suivante

Mauritanie. Chants et danses des cours d'Amour. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Mauritanie. Chants et danses des cours d'Amour. Spectacle

Date

1989-03-14

Date de fin

1989-03-19

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Musique

Description de la pratique

14-19 mars 1989, Maison des Cultures du Monde.

Vu d'Europe, le Sahara apparaît comme une vaste étendue désertique peuplée d'hommes bleus survivant difficilement dans un milieu hostile et fascinant. En fait, le désert, proprement dit n'est traversé que par de rares caravanes en dehors des périodes où quelques précipitations aussi imprévisibles que bienvenues le rendent momentanément habitable. La plus grande partie des populations sahariennes vit en fait dans la frange sahélienne qui borde le désert au sud et à l'ouest et où les pluies sont théoriquement annuelles. Parmi les hommes bleus, il convient de distinguer à l'ouest les Maures arabophones et au sud les Touaregs berbérophones du Mali et du Niger.
Au XIe siècle, la conquête almoravide entraîna les Berbères vers le Maroc et l'Espagne, puis l'arrivée dans l'Ouest saharien de tribus arabes bédouines et leur amalgame progressif avec les populations locales renforcèrent le caractère spécifique des Maures et leur sentiment d'appartenir au monde arabe. Pourtant, les Maures n'ont guère de contacts avec les autres populations du Maghreb, en étant séparés par le désert, et vivent au contraire au voisinage immédiat de cultures soudanaises islamisées comme les Peul, les Wolof et les Toucouleur. Les Maures se distinguent donc autant des Maghrébins que des Soudanais, et apparaissent comme un peuple ayant son originalité propre, tout particulièrement en ce qui concerne la musique des griots.
Dans la société maure, hiérarchisée en groupe sociaux de statut héréditaire, le griot occupe une place à part. Il n'est pas seulement le gardien d'un art savant, mais aussi un détenteur apprécié du verbe poétique qui fait valoir l'honneur et la renommée des nobles. C'est encore un bouffon, un amuseur, un personnage populaire, parfois craint pour la liberté de ses propos mais dont la présence est néanmoins indispensable à la réussite de toute fête. Autrefois chaque famille de musiciens était attachée à un noble, le plus souvent guerrier, qui subvenait à ses besoins. Vivant dans une tente voisine, le griot le suivait dans ses voyages et chantait, quand nécessaire, l'histoire de la famille et ses hauts faits. Encore aujourd'hui, les Maures apprécient tout particulièrement les soirées amicales en compagnie des griots. Dans la tente apprêtée avec simplicité, les convives se répartissent autour d'une vaste natte s'appuyant nonchalamment sur des coussins décorés ou sur l'épaule d'un camarade et expriment l'émotion que leur fait ressentir tel trait mélodique ou poétique particulièrement réussi, au moyen de mouvements de tête, de soupirs sur la tonique du mode exécuté par les griot, ou d'exclamations. Les musiciens apprécient d'ailleurs ces manifestations stimulantes à condition que l'on s'y livre à bon escient.
Les griots utilisent deux instruments. Les hommes jouent du luth tidinit et les femmes de la harpe ardin. Dans certaines pièces, on peut également entendre la grosse timbale tbel qui vient apporter un contrepoint rythmique au chant et à l'instrument mélodique.
Le ardin est une harpe d'un type original qu'on ne trouve nulle part ailleurs en Afrique. Une calebasse recouverte de peau maintient le manche sur lequel sont tendues entre douze et quatorze cordes.
Le tidinit est un luth à quatre cordes, répandu dans tout le Sahel y compris chez les Touaregs (taroudant). Il est formé d'une caisse allongée et d'un manche de bois qui passe sous une peau tendue servant de table d'harmonie. Deux des cordes jouent la mélodie, les deux autres, plus courtes, étant utilisées pour l'accompagnement.
Les griots distinguent cinq modes musicaux de base déterminés par des échelles pentatoniques spécifiques qui rappellent assez les échelles utilisées en Asie du sud-est. Chaque mode peut être joué dans trois voies distinctes : la voie noire où la toniques est la note la plus grave de l'instrument, la voie tachetée variante peu jouée de la voie noire, et la voie blanche où la tonique est choisie dans le médium du registre de l'instrument. Par ailleurs, chaque mode se divise en sous-modes noirs ou tendus, et en sous-modes blancs ou doux et plaisants. Au cours du concert, le griot choisit une voie et une seule, et passe en revue les cinq modes et leurs sous-modes dans un ordre prédéterminé. Pour chaque mode joué, il suit un plan qui est approximativement le suivant : introduction instrumentale et vocale non mesurée, pièces chantées mesurées, et enfin musiques de danse dont le rythme évoque la marche ou le galop des chevaux. A chaque mode est associé un sentiment modal spécifique et certains mètres poétiques que le chanteur ou la chanteuse doivent respecter. Chaque combinaison des voies, des modes et des sous-modes peut évoquer l'héroïsme, l'excitation, la jeunesse et la danse, ou la nostalgie et la vieillesse, ou encore la tristesse et l'amour.
Les musiciens accueillis à la Maison des Cultures du Monde sont : Dimi Mint Abba, chanteuse et joueuse de ardin, et Khalifa Ould Eide, chanteur et joueur de tidinit, accompagnés de Garmi Mint Abba, au tbel, et de la danseuse Fayrouz Mint Seymali.

Quelques repères bibliographiques et discographiques :
-Michel Guignard, Musique, honneur et plaisir au Sahara, Paris, Geuthner, 1975.
-Charles Duvelle, Musique Maure, disque 30 cm, Paris, Ocora, 1966 (rééd. 1987), notice 10 p. et photos.
-Michel Guignard, Mauritanie, voie noire et voie blanche, 2 disques 30 cm, Paris, Orstom, 1975, notice 18 p., illustrations et transcriptions musicales.

PROGRAMME.
La voie noire.
1. Mode Karr
-Chant de louanges au Prophète (Khalifa Ould Eide)
-Chant mesuré accompagné (Khalifa Ould Eide)

Sous-Mode Sayni-Karr
-Chant d'amour (Dimi Mint Abba)
-Chant mesuré accompagné (Dimi Mint Abba)

2. Mode Fâgu
-Chant mesuré accompagné (Khalifa Ould Eide)
-Danse (Garmi Mint Abba)
-Danse avec tbel (Fayrouz Mint Seymali)

Entracte

-Danse (Fayrouz Mint Seymali)

3. Mode Le-khâl
-Chant d'amour (Dimi Mint Abba)
-Chant mesuré accompagné (Dimi Mint Abba)
-Chant d'amour (Khalifa Ould Eide)

4. Mode Le-byad
-Chant de louanges au Prophète (Dimi Mint Abba)
-Chant mesuré accompagné (Dimi Mint Abba et Khalifa Ould Eide)
-Chant de louanges au Prophète (Khalifa Ould Eide)

5. Mode Le-btayt
-Chant d'amour (Dimi Mint Abba)
-Chant mesuré accompagné (Dimi Mint Abba)

Origine géographique

Mauritanie

Mots-clés

Date du copyright

1989

Cote MCM

MCM_1989_MR_S1

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Mauritanie, chants et danses des cours d'amour. Photos Mauritanie 1989-03-14 Photo numérique
Titre Localisation Date Type
Saison 1989 1989