Ressource précédente
Ressource suivante

Egypte. Les Musiciens du Nil. Formation de Rabab et formation de Mizmar. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Egypte. Les Musiciens du Nil. Formation de Rabab et formation de Mizmar. Spectacle

Date

1983-05-07

Date de fin

1983-05-08

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Musique

Description de la pratique

7-8 mai, Théâtre de la Ville de Rennes
9 mai, Théâtre de l'Alliance

La Haute Egypte ou Sud égyptien s'étend d'Assiout à Assouan, le long de la vallée du Nil. Dans cette région ont été préservées des formes musicales propres aux Fellahin, aux Bédouins et aux Montagnards, dont l'origine est antérieure à l'Islam et à la culture qu'il suscita. La musique arabe y puisa certains de ses éléments, qui se mêlèrent aux influences grecques et persanes. Les musiques populaires actuelles des campagnards ne sont donc pas dérivées de la musique savante arabe, même si certaines de ses formes se retrouvent dans différents pays islamiques. Les musiciens ruraux restent attachés aux archétypes des anciens chants et à la personnalité du poète improvisateur populaire, le Sha'er.
Les musiciens du Nil, représentants les plus authentiques de cette ancienne tradition, en présenteront deux aspects: une formation de Rabab et une formation de Mizmar.

Le terme de Rabab, d'origine persane, sert à désigner différents instruments à cordes, répandus dans l'ensemble du monde islamique, dont la morphologie et la technique varient considérablement d'une région à l'autre.
Le Rabab sert avant tout à accompagner le chant, qu'il s'agisse de textes épiques, de chroniques ou de thèmes amoureux. L'ensemble peut aussi comprendre un joueur de Suffara (ou Salamiya), une flûte oblique en roseau, un joueur d'Arghû1, une clarinette double, également en roseau, dont l'un des tuyaux sert de bourdon. L'accompagnement de percussions est produit par la Darabouka, un tambour-calice en poterie, et le Duff, un tambourin à clochettes.

Une première partie comprendra des chants, interprétés par deux Saïdi réputés: SHAMANDI TEWFIK et NADI OSMAN; des solos instrumentaux, Taksîm notamment par MOHAMMED MURAD METGALI, virtuose du Rabab; ainsi que certaines danses populaires telles que la "Danse du Rabab" (Rags El Rabab)

Le Mizmar, type de hautbois populaire, se retrouve aussi, sous différentes appellations, dans la plupart des pays ayant adopté la culture islamique. En Egypte, trois types sont utilisés ensemble, chacun d'une longueur et d'un registre différent. Les joueurs de Mizmar sont communément appelés Zummarin en Haute Egypte. Ils sont accompagnés par la pulsion rythmique d'un gros tambour, le Tabla Baladi, qui donne souvent son nom à la formation.
La technique du souffle continu est à la base du jeu du Mizmar : l'air est inspiré par le nez, tandis que les joues du musicien font office de poche d'air, par distension et détente répétées.
Cet ensemble maintenant partie intégrante des musiciens du Nil, est originaire du village de Garagôs, situé près de Gous dans la province de Quêna. Il est dirigé par le Raïs MOHAMMED ABU RAJJI, fantastique soliste qui jouit d'une réputation exceptionnelle dans toute la Haute Égypte, où il se déplace régulièrement de village en village lors des fêtes et réjouissances locales.
La danse du Tabla Baladi sera présentée par MOHAMMED GET-EL-RABB, et ce programme sera conclu par la "danse des bâtons" (RAGS EL- TAHTIB).
(d'après Laurent Aubert)


FORMATION DE RABAB
Le "rababa" égyptien est fait d'une noix de coco en guise de résonance sur laquelle est tendue une peau de poisson. Les deux cordes sont en crin de cheval, fixées sur un long manche de bois.
L'archet lui-même comprend aussi une corde en crin de cheval.
Cette formation est réservée essentiellement au chant et à la danse du rababa, elle est composée de cinq ou six musiciens et de un ou deux chanteurs et elle comprend aussi d'autres instruments :
- argoul : instrument typiquement égyptien, il s'agit, en fait, d'une double clarinette en roseau, dont l'un des tuyaux peut être additionné de segments afin d'en modifier la teneur .
- souffarara : petite flûte de roseau à six trous dans laquelle on souffle obliquement.
- darrabouka : tambour-calice de poterie tendu d'une peau de poisson ou de chèvre.
- dûff : tambour sur cadre de bois tendu d'une peau de mouton.
Le chanteur populaire "morani cha 'abeyya" s'accompagne donc du "rababa", il chante des chants inspirés du patrimoine traditionnel ou de sa propre inspiration . Ces chants sont généralement précédés d'un "maouâl", sorte de complainte narrative ornée du leitmotiv "ya leil, ya ayni" (O nuit, O mes yeux).
Parallèlement, il existe aussi le conteur épique (chaêr, poète) qui déclame par épisodes certaines légendaires épopées dont la plus célèbre est celle d'Abou Zeid el Hilali et de ses tribus, les Beni-Hila1 et les Beni-Soleim, et remonte au XIe siècle.

FORMATION DE MIZMAR
Le "mizmar", instrument à vent s'apparentant à un hautbois populaire, malgré une certaine variation de facture et une terminologie confuse existe dans de nombreux pays ayant subi une influence plus ou moins prononcée de la culture islamique.
Les joueurs de "mizmar'' en Haute-Egypte nommés communément "zoum-marin" jouent généralement au nombre de trois soutenus rythmiquement par le "tabla baladi", sorte de grosse caisse de résonance à double membrane, donnant souvent son nom à cette formation.
La technique de souffle continue a un rôle primordial : l'air est inspiré par le nez tandis que les joues font office de poche à air par distension et détente répétées.
Cet orchestre de "tabla baladi" est originaire du village de "Garagôs" situé près de Gous dans le gouvernorat de Quêna. Il se déplace toujours de village en village au hasard des fêtes de réjouissance, ou il accompagne l'exécution de danses diverses dont la danse du bâton (râks al tahtib), duel simulé, la danse du cheval (râks al kheil) où le cheval dirigé par un cavalier marche au pas de danse. Il accompagne aussi la danse de jeunes danseuses professionnelles nommées "ghawazies".

Origine géographique

Egypte

Mots-clés

Cote MCM

MCM_1983_EG_S1

Date du copyright

1983

liste des contributeurs

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Saison 1983 1983