Ressource précédente
Ressource suivante

Colombie. Vallenato, Gaitas, Marimbas et Cantos Llaneros. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Colombie. Vallenato, Gaitas, Marimbas et Cantos Llaneros. Spectacle

Sous-titre

Fiesta de Musicas Colombianas

Date

2008-04-15

Date de fin

2008-04-18

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Musique

Description de la pratique

15-18 avril, Théâtre Équestre Zingaro
12 avril 2008, Centre Culturel Jacques Duhamel, Vitré

Avec
El Cholo Valderrama,
Nafer Duran,
Gualajo,
Pedro Ramaya,
Victor Ramos
et les Gaiteros de Guacamayal.

Avec le soutien du Ministère de la Culture et le Ministère des Affaires Étrangères de Colombie


La Colombie est un pays qui recèle une richesse et une diversité musicales exceptionnelles. Les processus de métissage des trois cultures, indigène, européenne et africaine ont, selon les régions, produit des formes et des genres musicaux distincts. Si l'influence andalouse est plus marquée dans les Llanos, c'est l'influence africaine qui l'emporte dans les musiques de la région Pacifique, alors que dans le vallenato ou la cumbia des gaiteros, les trois cultures ont à chaque fois généré des formes toutes nouvelles.

Vallenato
avec
Nafer Duran, accordéon
Alvaro Mendoza, chant et guacharaca
Jorge Luis Zuleta, cajero

Vallenato, qui veut dire originaire de la région du Valle, dont la capitale est Valledupar dans le nord de la Colombie vers la côte Atlantique, est devenu aussi le nom du genre musical qui comprend les quatre rythmes typiques de cette musique et de cette région : son, paseo, merengue et puya. Le vallenato est considéré en Colombie comme le symbole national du métissage et des origines de la population, le tout réuni en une forme musicale : l'accordéon européen, la caja africaine et la guacharaca indigène. Vallenato, c'est aussi una manera de ser, (une manière d'être), un attachement à sa terre. Autrement dit, c'est plus qu'une musique, c'est une culture ' notion que l'on retrouvera chez les Llaneros aussi.
Considéré comme l'un des meilleurs accordéonistes du vallenato, au style insurpassable Nafer Duran a été Rey vallenato en 1976. Roi, il l'est toujours. À ses côtés, le chanteur Alvaro Mendoza, un des plus grands joueurs de guacharaca, qui a une voix de canto de parranda (chanteur pour les fêtes et parrandas). Il porte en lui les doubles racines du vallenato, car il est originaire de la Guajira, où il est né, puis il a migré à Valledupar. Ils seront tous les deux accompagnés par le joueur de caja, Jorge Luis Zuleta.

Nafer Duran est né le 26 décembre 1932 à El Paso, petit village du Valle del Cesar et berceau de la musique vallenata. C'est dans les fermes d'élevage qui entourent ce village que serait né le son, issu des cantos de vaqueria ou chants de vachers et aujourd'hui l'un des quatre rythmes caractéristiques du répertoire vallenato.
Dans ce village, situé entre les rivières Cesar et Ariguani et autrefois habité par des vachers et des agriculteurs, Nafer Duran grandit aux côtés de ses frères, bercé par les chants de tambora interprétés par sa mère Juana Diaz et par le son de l'accordéon joué par son oncle Octavio Mendoza, "El Negro Mendo" et son père Nafer Donato Duran Mojica.
Nafer suit les traces de son frère Alejo qui fut couronné en 1968 premier roi de la Leyenda Vallenata et va vivre à la ville, quittant sa vie campagnarde, le travail au champ et ses promenades dans la savane qu'il aimait tant. Son désir d'être musicien s'affirme et il décide de se consacrer à l'animation de fêtes populaires ou des parrandas organisées par les riches fermiers.
En 1976, il est à son tour couronné roi vallenato à la suite de quoi il enregistre son premier disque comme accordéoniste principal de Diomedes Diaz, alors étoile montante de la chanson vallenata. Sur ce disque apparaissent des chants de sa propre composition comme El chanchullito et Herencia vallenata. Son plus grand succès est le paseo "Sin ti" dans lequel il manie à merveille la tonalité mineure, une innovation dans ce répertoire, innovation intuitive et non due à une formation académique. Et les chants El deo chiquito, Mi patria chica, El estanquillo, El rezo, La zoologica, Déjala veni, Ariguani sont autant d'apports au répertoire vallenato.
Nafer Duran participe à de nombreuses scènes et enregistre de nombreux disques tout en transmettant son art à la jeune génération.


Musica llanera
avec
Orlando "El Cholo" Valderrama, chant
John Harvey Ubaque, guitare
Carlos Adrian "Popeye" Ariza, basse acoustique
Diego Hernandez, maracas
William Maculo, harpe
Yesid Castro Triana, cuatro

Les Llaneros, habitants des Llanos, sont les premiers garçons vachers, ou cowboys, des Amériques. Ils travaillent dans de grands ranchs ou hatos, isolés dans les Llanos, vaste région de plaines et de savanes qui s'étendent en Colombie et au Venezuela au nord et à l'ouest de l'Orénoque. Leur lisière sud se fond dans la jungle amazonienne.

Orlando 'Cholo' Valderrama est un des plus grands chanteurs llaneros de Colombie. Né dans la ville de Sogamoso dans le Boyacá, Orlando 'Cholo' Valderrama était encore au berceau quand ses parents sont venus s'installer dans la région des Llanos. Il a ainsi passé son enfance dans la savane manifestant depuis son plus jeune âge un grand amour pour les chevaux.
Ses premières rencontres avec la musique se sont faites pendant les bals et les fêtes de villages et dans les parrandas où l'on dansait le joropo aux rythmes complexes et variés, typiques des plaines de l'est de la Colombie où l'influence espagnole, et surtout andalouse, se font encore sentir ce qui contribue à faire de cette musique une des plus riches en harmonies et en nuances mélodiques.
Cholo Valderrama est venu progressivement à la chanson, jusqu'à lui consacrer toute sa vie. Ses succès consécutifs dans les innombrables concours et rencontres de chanteurs llaneros auxquels il participa lui valurent la reconnaissance et le respect de ses pairs, tant en Colombie qu'au Venezuela, région llanera par excellence, où il reçut le Florentino de Oro, principale distinction décernée aux chanteurs llaneros. La voix et le chant poignant de Cholo reflètent la fierté des llaneros, fiers de leur vie dure et sans concessions, une vie en intimité avec une nature sauvage, depuis le berceau jusqu'à la tombe.
Cholo Valderrama s'entoure de jeunes musiciens de renom, comme John Harvey Ubaque, guitariste, bassiste et joueur de bandola. Comme bassiste il fut lauréat en 1998 du Premier Prix au Festival International de la "Canción Llanera" organisé à Villavicencio.
William Macualo, harpiste, est une des figures les plus prometteuses en Colombie. Il a raflé plusieurs prix lors de divers concours de musique dans les Llanos, et il est considéré aujourd'hui comme le meilleur interprète du style criollo de la arpa llanera.

Note : Le 13 novembre 2008, à Houston (USA) Cholo Valderrama a reçu le Grammy Latino 2008 pour son dernier CD, CABALLO! dans la catégorie musique traditionnelle.


La Marimba de chonta
avec
Miriam Caicedo, chant
Jose Antonio Torres, marimba
Tito Fernando Medina, cununo macho, coros
Guillermo Renteria Hurtado, guazá, coros
Ezequiel Sinisterra, chant
Jalier Torres, tambour
Francisco Banguera, bombo

Le groupe Gualajo fut créé en 1998 par le maître incontesté de la marimba, José Antonio Torres, originaire du village de Sansón (Antioquia). Gualajo, c'est la voix de l'Afrique, celle qui a fourni les esclaves, amenés de force pour travailler dans les mines. Le pouvoir d'appel de la marimba et son importance pour regrouper les communautés du littoral Pacifique sont incontestables. Autour de cet instrument se sont construits des chants qui reprennent les légendes et croyances d'une région, encore une fois caractérisée par le syncrétisme culturel.

Jose Antonio Torres "Gualajo" est né dans le village de Guapi et consacra la plus grande partie de sa vie à la marimba de chonta, instrument emblématique des musiques du sud du Pacifique Colombien. Cet instrument est aussi connu dans la région sous le nom de "piano de la forêt".
Jose Antonio Torres est né entouré de musiciens. A sa naissance, son cordon ombilical fut coupé sous une marimba. C'est en famille qu'il apprit à fabriquer les marimbas et à en maîtriser le jeu. Aux côtés de son grand-père il apprit à interpréter ce répertoire tout en se forgeant un style qui lui est propre. Très jeune il fit preuve de dons musicaux ce qui lui valut le surnom de Gualajo, poisson d'eau douce qui se jette dans le pacifique Colombien, turbulent et imprévisible comme l'est le maître de la marimba de chonta.


Gaitas
avec
Pedro "Ramaya" Beltran, cana de millo
Victor "El Nino" Ramos, cana de millo

et les Gaiteros de Guacamayal :
Edil Ayala, chant
Richard Garcia, gaita hembra
Wilder Restrepo, gaita macho
Edward Castillo, tambour llamador
Ricardo Atehortua, tambour alegre
Wilson Urieles, bombo

Métissage des trois cultures indigène, européenne et africaine dans le nord du Valle del Rio Magdalena, la cumbia est un rythme qui remonte aux alentours du XVIIIe siècle. Les instruments de la cumbia sont les flûtes gaitas, les clarinettes de cana de millo (de la famille du bambou) les maracas et les tambours.
Des descendants des esclaves du Palenque de San Basilio ont été à Guacamayal pour travailler dans les plantations bananières. C'est là qu'ils rencontrèrent pour la première fois la flûte gaita. Ils ont commencé à faire de la musique de tambours avec les gaitas dans le village de Guacamayal d'où leur nom. Le groupe invité au Festival de l'Imaginaire s'est formé musicalement auprès de ces vieux maîtres, à la suite de quoi, ils ont perpétué cette tradition en fondant leur propre groupe et en créant la Fondation socio-culturelle de la ville de Guacamayal, (Magdalena) région Caraïbe. Cette association à but non lucratif oeuvre pour le dialogue social et culturel en proposant un espace éducatif pour les jeunes. Une de leurs plus importantes activités est la Rencontre Régionale des Gaitas au cours de laquelle les meilleurs groupes de gaitas confrontent leurs techniques de jeu et leurs savoirs. Ils jouent ce soir aux côtés des grands noms de la scène colombienne. Il est important de montrer aussi la réalité du terrain et la continuité de la transmission du savoir. En plus de leur propre répertoire, ils accompagnent ce soir les artistes renommés de la cana de milla, Pedro Ramaya Beltran et Victor "El Nino" Ramos.

Pedro "Ramaya" Beltran est né en 1930 à Patico, aujourd'hui appelé Talaigua Nuevo. Son père, Miguel Beltran Estrada était un compositeur reconnu, chanteur et joueur de flûte gaita, sa mère Martina Castro était une danseuse de tambora. Il apprit à jouer seul du pito puis se forma auprès du maître Gregorio Polo. À 14 ans il monta son premier groupe musical, "Bombo Asao". Ce n'est que plus tard qu'il rencontra le maître Efrain Mejia Donado qui découvrit ses talents de compositeur et d'interprète de la cana de millo. Après huit années de scènes et d'enregistrements, il forma le groupe "La Nueva Cumbia Soledena Moderna". En 2002, il fut élu "Rey Momo", en hommage à son travail pour maintenir vivante la tradition de la flûte de millo sur la côte Caraïbe.

Victor "El Nino" Ramos est né en 1957 à Carthagène. En 1972, son père, Victor Ramos Villarreal forma le groupe "Mayombé". El Nino Ramos apprit d'abord à jouer du pito avec les maîtres Roque et Mane Arrieta, musiciens du groupe "Mayombé". En 1983, il reprit la direction musicale du groupe fondé par son père. Nous avons demandé à tous les musiciens de partager avec nous deux aspects de leur répertoire, le plus subtil et riche en nuances harmoniques et mélodiques, comme le plus festif. Le plus traditionnel, mais aussi leur apport créatif qui fait de cette tradition une des plus vivantes et des plus "actuelles".

Au-delà de la tragédie que vit le pays, au-delà des clivages, au-delà de l'image stéréotypée, c'est cette vitalité et cette diversité que nous avons souhaité partager avec le public du Festival de l'Imaginaire, et c'est sur cette exceptionnelle richesse que nous avons choisi de clôturer le festival, comme une note d'espoir pour dire que non, la mondialisation et son progrès "ravageur" n'ont pas encore tout uniformisé sur leur passage.
Arwad Esber


Le Festival de l'Imaginaire tient à remercier :
Le Ministère des Affaires Etrangères et le Ministère de la Culture de Colombie, l'Ambassade de France en Colombie, l'Ambassade de Colombie en France

Madame Paula Marcela Moreno Zapata, Ministre de la Culture de Colombie Son Excellence Monsieur Jean-Michel Marlaud, Ambassadeur de France en Colombie Son Excellence Monsieur Fernando Cepeda Ulloa, Ambassadeur de Colombie en France
Mesdames et Messieurs (par ordre alphabétique)
Lolita Acosta Maestre, Martin Andrade, Monica Fernandez, Bexielena Hernandez, Ana Piedad Jaramillo Restrepo, Luz Amparo Medina, Maria Claudia Parias Duran, Rafael Ramos, Carmen Rosa Saade, Gloria Triana, Stella Villamizar

Origine géographique

Colombie

Mots-clés

Cote MCM

MCM_2008_CO_S2

Date du copyright

2008

liste des contributeurs

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Colombie. Vallenato, Nafer Duran. Photos Colombie 2008-04-15 Photo numérique
Colombie. La Marimba de Chonta. Photos Colombie 2008-04-15 Photo numérique
Colombie. Musica Llanera. Orlando "El Cholo" Valderrama. Vue d'ensemble et portraits. Photos Colombie 2008-04-15 Photo numérique
Colombie. Musica Llanera. Orlando "El Cholo" Valderrama, portraits. Photos Colombie 2008-04-15 Photo numérique
Colombie. Victor "El Nino" Ramos. Photos Colombie 2008-04-15 Photo numérique
Colombie. Pedro "Ramaya" Beltran, vue d'ensemble, chant, tambours bombo, llamador et alegra. Photos Colombie 2008-04-15 Photo numérique
Colombie. Flûte gaita hembra et gaita macho. Photos Colombie 2008-04-15 Photo numérique
Colombie. Gaiteros de Guacamayal, vue d'ensemble. Photos Colombie 2008-04-15 Photo numérique
Colombie. Vallenato, Nafer Duran. Vidéos Colombie 2008-04-17 Vidéo numérique
Colombie. La Marimba de chonta. Vidéos Colombie 2008-04-17 Vidéo numérique
Colombie. Gaitas. Vidéos Colombie 2008-04-17 Vidéo numérique
Colombie. Musica llanera, Orlando "El Cholo" Valderrama. Vidéos Colombie 2008-04-18 Vidéo numérique
Titre Localisation Date Type
12e Festival de l'Imaginaire 2008