Ressource précédente
Ressource suivante

Zambie. Gule Wamkulu, sortie de masques. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Zambie. Gule Wamkulu, sortie de masques. Spectacle

Sous-titre

Avec les danseurs du palais de Mkaika

Date

2009-03-05

Date de fin

2009-03-08

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Cérémonie, rituel

Description de la pratique

Maison des Cultures du Monde
Jeudi 5 mars à 20h30
Vendredi 6 mars à 10h ' spectacle éducatif pour le public scolaire
Vendredi 6 mars à 20h30
Samedi 7 mars à 20h30
Dimanche 8 mars à 17h

Entre les maisons de terre recouvertes de chaume, les enclos de bétail, les silos de maïs, la prison de paille ouverte à tous les vents, les gule (prononcer "goulé") apparaissent à la tombée du jour. Ils se rapprochent peu à peu de l'espace que délimite l'assemblée des villageois. Un choeur de femmes alterne avec une soliste, quatre à six joueurs de tambours les accompagnent.
Se présentant seuls, par deux ou par groupes, les gule se postent d'abord face à l'espace de la danse d'où ils observent avant d'être observés. Menaçants ou séduisants, attendrissants ou effrayants, les gule sont ensuite invités à danser au milieu des vivants afin d'expulser du village le principe spirituel d'un défunt.

Le gule wamkulu est une danse rituelle pratiquée par les hommes initiés aux secrets de la société nyau. Majestueuse et solennelle, cette danse marque des passages importants du cycle de la vie des Chewa, passage d'une classe d'âge à une autre, d'une saison à une autre, de l'ici-bas à l'au-delà.

Les Chewa vivent en Zambie orientale et dans certaines régions du Malawi et du Mozambique. Dans cette société matrilinéaire, l'autorité politique est exercée par les hommes, mais c'est sur les femmes que repose la responsabilité familiale. Peuple d'éleveurs et d'agriculteurs, les Chewa travaillent la terre durant la saison des pluies qui nécessite une intense activité agricole principalement tournée vers la culture du maïs, céréale à la base du nshima, sorte de porridge qui accompagne tous les repas zambiens. Pendant la saison sèche, lorsque les travaux agricoles sont terminés et les activités quotidiennes moins prenantes, les Chewa se rassemblent à Mkaika, village de l'est de la Zambie, où se trouvent le palais de la reine mère et celui du chef suprême actuel, le Kalonga Gawa Undi.
Ces retrouvailles sont l'occasion de divertissements, de moments de convivialité.

La fin de l'initiation rituelle des jeunes garçons aux secrets de la société nyau, célébrée par le gule wamkulu, est aussi au coeur de ces réjouissances.
Les masques sont en bois peint, chamarrés, ornés de plumes animales, de fibres de raphia ou de sisal et dissimulent totalement le visage et la morphologie du danseur. Certains gule portent des habits, d'autres se recouvrent le corps de terre argileuse. D'autres masques enveloppent entièrement le corps du danseur. Des fibres végétales séchées cerclent les poignets, les bras, les chevilles ou encore la taille des gule. À chaque main, ils arborent des branches aux feuilles vertes.
L'apparition de ces masques à l'imposant pouvoir évocateur inspire un grand respect. Les gule constituent des pôles d'identification puissants pour les villageois. Ils transmettent des savoirs, véhiculent les codes éthiques et sociaux des Chewa. Masques zoomorphes, masques anthropomorphes, masques hybrides, les gule abritent l'âme des morts, la puissance des ancêtres. Ils couvrent et découvrent, voilent et dévoilent, envisagent et dévisagent.

La signification morale et symbolique des masques trouve son accomplissement dans la danse.
Guidés par le rythme des tambours, les mouvements rapides et dynamiques des gule soulèvent la terre sèche d'un brun rouge qui enveloppe le danseur de mystère. Rêve ou réalité ? Les gule sont des personnages énigmatiques, intercesseurs entre le monde des vivants et le monde des esprits. Si le découpage étatique post-colonial a dessiné des frontières arbitraires, piétinant les réalités ethniques, géographiques et culturelles de cette région de l'Afrique australe, ces frontières politiques ne semblent exister que partiellement dans les représentations collectives du peuple Chewa. Aux frontières politiques répondent des frontières culturelles. Marqueur d'identité, la pratique du gule wamkulu est devenue marqueur de résistance, fabrique d'un territoire par l'imaginaire.
Florabelle Spielmann

Déroulé du spectacle

Kasinja
Ce masque apparaît toujours par couple pour annoncer le commencement du gule wamkulu. La danse de Kasinja s'accompagne de cris aigus qui rendent les voix des danseurs méconnaissables.

Mbano
Ces masques représentent un corpus d'animaux fantastiques où se mêlent et s'entremêlent chiens, loups, oiseaux, singes, cochons' Les branches aux feuillages verts qu'ils tiennent dans les mains rappellent le lien étroit qu'ils entretiennent avec la nature.

Wamsala
Figure archétypale, ce masque représente le fou du village. Son apparition se fait de manière impulsive et provoque un sentiment de peur.

Maria
Ce masque est un détournement de la figure biblique de Marie. Masque syncrétique, ce masque renvoie à la période coloniale durant laquelle les missionnaires chrétiens essayèrent d'interdire la pratique de cette tradition païenne. Nous retrouvons ici ce qu'ont souvent constaté les enquêtes menées par les anthropologues : les éléments qui focalisent la répression du dominant servent de support à la construction identitaire du dominé.

Chadzunda
Ce masque représente la figure de l'homme protecteur qui veille sur le village. Il est à la fois respecté et craint.

Kamkhalamba
Figure archétypale, ce masque représente l'ancêtre du village. Accueilli avec respect, ce masque apporte sagesse et sérénité aux villageois rassemblés.

Simon
Ce masque est une des représentations de l'homme blanc qui est ici associé à la trahison et à la tromperie.

Gologolo
Facétieux, ce masque relève les défis chantés que lui lance le choeur de femmes.

Mkhwele
Les singes font partie de l'environnement naturel des Chewa. Ils sont redoutés en période de récolte parce qu'ils sont chapardeurs.

Mbiyazodooka
Recouvert de terre argileuse, ce masque représente l'esprit des morts. Sa posture recourbée vient du fait qu'il prend son éveil depuis la terre. Il tient sur sa tête un pot en argile, pot que l'on retrouve dans la forêt comme repère pour indiquer le lieu de sépulture où se trouve enterré un défunt.

Amuna A Chilonda
Figure archétypale, ce masque représente l'infirme du village. Son infirmité est symbolisée par sa posture déséquilibrée due au fait qu'il se trouve sur une seule échasse.

Chidandale
Ce masque représente l'esprit des ancêtres de la communauté.

Origine géographique

Zambie

Mots-clés

Cote MCM

MCM_2009_ZM_S1

Date du copyright

2009

liste des contributeurs

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Zambie. Gule Wamkulu, sortie de masques représentant des hommes ou des esprits. Avec les danseurs du palais de Mkaika et les musiciens. Photos Zambie 2009-03-05 Photo numérique
Zambie. Gule Wamkulu, sortie de masques "Mbano" d'animaux fantastiques. Avec les danseurs du palais de Mkaika. Photos Zambie 2009-03-05 Photo numérique
Zambie. Gule Wamkulu, sortie de masques. Vidéos Zambie 2009-03-08 Vidéo numérique
Titre Localisation Date Type
13e Festival de l'Imaginaire 2009