Ressource précédente
Ressource suivante

Pologne. "La classe morte" de Tadeusz Kantor, un événement vidéo.

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Pologne. "La classe morte" de Tadeusz Kantor, un événement vidéo.

Date

2009-03-22

Date de fin

2009-03-24

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Projection

Description de la pratique

Dimanche 22 mars à 20h30
Lundi 23 mars à 20h30
Mardi 24 mars à 20h30
Maison des Cultures du Monde

La "Séance Dramatique" ' ainsi Tadeusz Kantor appelait-il lui-même La Classe Morte - fut présentée pour la première fois le 15 décembre 1975, dans la cantine d'un palais du XVe siècle, tout près de la place du marché de Cracovie. Après plus de trente ans, ce spectacle est toujours considéré comme une oeuvre marquante de l'histoire du théâtre du XXe siècle.
Cette parfaite et étonnante machine théâtrale de la mémoire a été présentée plus de deux mille fois dans le monde entier, toujours orchestrée par Kantor lui-même, jusqu'au moment de sa disparition en décembre 1990. Et partout, dans le monde entier, cette oeuvre a marqué profondément l'âme de chaque spectateur. À tel point que nombreux sont ceux qui préfèrent parler d'une expérience plutôt que d'un spectacle !
Comment transmettre la mémoire d'un tel spectacle ? Car il ne faut pas s'y laisser prendre, il ne s'agissait en aucun cas d'un happening improvisé ou d'un événement ouvert. La Classe Morte était un spectacle ou plutôt ce qu'on a appelé une parfaite "machine des émotions", une "séance" qui utilisait un surprenant langage théâtral capable de parler à tout le monde de la mélancolique mémoire de l'enfance mêlée au sentiment de mort.
Je suis sûr que Kantor lui même aurait souhaité que La Classe Morte puisse être fixée dans un document vidéo, parce que le prolongement dans le temps de son travail artistique était sa magnifique obsession. Il n'aimait pas ' on peut le dire sans être polémique ' le film qu'Andrej Wajda avait tourné sur le spectacle. Il avait aussi accepté d'enregistrer le spectacle à Paris dans un studio de télévision, sans public, mais encore une fois le langage de la télévision avait pris le dessus sur l'authenticité de l'événement théâtral. Sa disparition inattendue et surtout la distance abyssale entre Kantor et les nouvelles technologies n'ont pas permis d'avoir, aujourd'hui, un document visuel kantorien de cette pierre angulaire du théâtre mondial.
C'est donc afin de faire connaître aux nouvelles générations ce chef d'oeuvre du théâtre du XXe siècle et de le faire de la manière la plus fidèle et "émotionnelle" possible que, avec Ania Halczak, directrice des archives de la Cricoteka, nous avons pensé poursuivre cette entreprise : rechercher dans les archives tous les enregistrements vidéo existants du spectacle ' même si fragmentaires ou d'une piètre qualité ', faire un travail d'édition et de restauration digitale des images, pour arriver à un document vidéo qui reconstruit le spectacle en entier sur la base du cahier manuscrit de Kantor.
Au cours de cette recherche, nous avons eu la chance de trouver un long document filmé par la télévision polonaise daté de février 1976, soit quelques mois seulement après la première représentation dans la cave de la Galerie Krzistofory de Cracovie où le spectacle avait été créé. Ce document est devenu la colonne vertébrale de tout ce travail de reconstruction.
Mais comment retrouver, même un peu, la nature profondément unique de cet événement et son impact émotionnel ? La réponse encore une fois n'est pas dans la technologie mais plutôt dans la force magique de la parole.
Un acteur de l'ensemble Cricot, un acteur qui a joué dans La Classe Morte, est présent à chaque projection installé à une petite table. La lampe et les photos sont celles utilisées sur le plateau des derniers spectacles de Kantor. Cet acteur sera le simple porteur des mots du maître, qui parle de l'origine et des personnages de son oeuvre manifeste.
L'émotion des milliers de spectateurs qui ont vu danser le cirque des vieux, leurs ombres et leurs mannequins, sous les yeux à la fois doux et colériques de Kantor, ne sera jamais remplacée. Cependant la technologie peut cette fois aider à retranscrire un peu de cette émotion aux nouvelles générations.
Franco Laera

Un projet de Change Performing Arts
Produit par CRT Artificio / Milan
Avec la participation de Giovanni Battista Storti
Lecture du texte en français
Vidéo sous-titrée en français

Mise en scène

Contributeurs

Origine géographique

Pologne

Mots-clés

Date du copyright

2009

Cote MCM

MCM_2009_PL_S1

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Pologne. "La classe morte" de Tadeusz Kantor, un événement vidéo. Photos Pologne 2009-03-22 Photo numérique
Titre Localisation Date Type
13e Festival de l'Imaginaire 2009