Ressource précédente
Ressource suivante

Syrie – Espagne. Flamenco et Soufisme, chants d'amour d'Al-Andalus. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Syrie – Espagne. Flamenco et Soufisme, chants d'amour d'Al-Andalus. Spectacle

Sous-titre

"Ici repose mon cœur" Houna Yanamou Qalbi

Date

2010-03-13

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Musique

Description de la pratique

Avec Waed Bouhassoun : composition, chant et oud
Carlos Piñana : composition et guitare
Curro Piñana : composition et chant
Miguel Angel Orengo : percussions

Présentation :
Waed Bouhassoun, jeune joueuse de luth et chanteuse syrienne, accompagnée des frères Carlos et Curro Piñana et du percussionniste Miguel Angel Orengo, célèbres joueurs de flamenco espagnols, mettent en musique, le temps d'une soirée, les 'uvres de trois grands poètes andalous.
Mohieddine Ibn al-Arabi al-Hatimi, plus connu sous son seul nom d'Ibn Arabi est né à Murcia en 1165. Celui qu'on surnommera "cheikh al akbar" (le grand Maître) portera la doctrine soufie à son apogée, intégrant l'humain et le divin dans une même cosmogonie. Il gît à présent dans la mosquée qui porte son nom, Cheikh Mohieddine, à Damas.
Les frères Piñana, natifs de la même ville qu'Ibn Arabi, se sont naturellement passionnés pour ses poèmes, qu'ils ont adaptés en style flamenco, et auxquels ils ont consacré plusieurs concerts et un album en 1998 : De lo humano y lo divino.
Waed Bouhassoun interprétera également quelques-uns des plus beaux vers de Wallada Bint al-Mustakfi, fille de l'un des derniers califes de Cordoue et de son esclave chétienne. Née en 994, Wallada deviendra l'égérie d'Ibn Zaydoun, poète célèbre de neuf ans son cadet, qui tombera amoureux d'elle après l'avoir rencontrée dans le salon littéraire qu'elle animait. Leur idylle donnera lieu à quelques-uns des plus beaux vers courtois de la poésie arabo-andalouse, exprimant magnifiquement une passion tourmentée.
Waed Bouhassoun possède un timbre de voix d'une qualité rare, comme on n'en entend plus qu'exceptionnellement depuis les grandes chanteuses des années 1930. Dès sa première audition à Alep, les spécialistes (sammaïnes) ne s'y sont pas trompés, et l'ont symboliquement autorisée à se présenter en public, ce qu'elle fit à Paris à la Maison des Cultures du Monde et à l'Institut du Monde Arabe en 2006. Le succès, là aussi, fut immédiat et la presse unanime salua "une révélation" ou "l'époustouflante Waed". De retour en Syrie, Waed a depuis enchaîné les concerts, notamment à l'Opéra de Damas.

1. Waed Bouhassoun : Ya naeman (Ô toi qui dors), poème d'Ibn Zaydoun
Ô toi qui dors et dont l'amour m'a réveillé
Aide-moi à m'assoupir, toi le dormeur
L'amour te réjouit et moi j'en suis meurtri
Entre nous, seul Dieu est juge
Quel mal y aura-t-il si tu me prenais en pitié
Car de mon mal, tu es bien conscient
Je prononce, une fois mon chagrin dissipé
Les paroles d'un malheureux au coeur éperdu
Ô toi, pour qui mon amour, au grand jour s'est étalé
De toi, mon coeur souffre et se consume
Lorsque tu t'absente, le monde entier me quitte
Mais si tu es présent, le monde entier est là

2. Curro Piñana : deux poèmes d'Ibn Arabi

3. Waed Bouhassoun : Agharou 'alayka (Je suis jalouse), poème de Wallada
De mes propres yeux, de moi-même, de toi,
De ton temps et de l'espace, je suis jalouse
Et même si dans mes yeux je te cachais
Jusqu'à la fin du monde, cela ne suffirait

Les nuits défilent sans venir à bout de la séparation
Sans que la patience me préserve de la servitude de la passion
Pourrions-nous, après tant d'éloignement
Nous retrouver, nous partagerions alors notre souffrance
Que Dieu nourrisse une terre devenue ta maison
D'une pluie se répandant avec abondance

Je suis, mon Dieu, digne de tous les honneurs
J'avance avec fierté et orgueil
A mon amoureux, je tends ma joue
Et j'offre mes baisers à qui les désire

4. Improvisation commune entre Waed Bouhassoun et Curro Piñana

5. Waed Bouhassoun : La religion de l'amour, poème d'Ibn Arabi

6. Curro Piñana : Un poème d'Ibn Arabi

7. Waed Bouhassoun : Zakartouki bil Zahra (J'ai pensé à toi), poème d'Ibn Zaydoun
J'ai pensé à toi avec nostalgie à Al Zahra, l'horizon était clair et la surface de la terre limpide
Au crépuscule la brise faiblit, comme si sa faiblesse compatissait à ma langueur
Et les eaux argentées du jardin souriaient comme l'apparition furtive d'un cou entre les plissés d'une écharpe
Un jour, comme l'un de nos jours de bonheur passés, que nous avons gardé pour nous comme des voleurs, lorsque le destin s'est assoupi
Nous regardions les fleurs tellement recouvertes de rosée qu'elles pliaient sous son poids
Comme si, conscientes de mon angoisse, elles pleuraient pour moi et leurs larmes scintillaient en coulant
Une rose resplendissait tellement là où elle poussait que la lumière du soleil de midi qui la baignait en devenait plus brillante.

8. Improvisation commune entre Waed Bouhassoun et Curro Piñana

Origine géographique

Syrie
Espagne

Mots-clés

Cote MCM

MCM_2010_SY_S2

Date du copyright

2010

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Syrie – Espagne. Flamenco et Soufisme, chants d'amour d'Al-Andalus. Vidéos Syrie 2010-03-13 Vidéo numérique
Syrie – Espagne. Flamenco et Soufisme, chants d'amour d'Al-Andalus. Photos Syrie 2010-03-13 Photo numérique
Titre Localisation Date Type
14e Festival de l'Imaginaire 2010