Ressource précédente
Ressource suivante

Inde. Maîtres du Mohini Attam, danse classique du Kerala. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Inde. Maîtres du Mohini Attam, danse classique du Kerala. Spectacle

Date

2010-03-27

Date de fin

2010-03-28

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Danse

Description de la pratique

Kalamandalam Kshemavathy, danse
Kalamandalam Leelamma, danse

Samedi 27 mars à 20h30
Dimanche 28 mars à 17h
Maison des Cultures du Monde
KALAMANDALAM KSHEMAVATHY, danse
KALAMANDALAM LEELAMMA, danse
ARUN GOPINATH, chant
VIJU S. ANAND, violon
VYPEEN SATISH, tambour mridangam
TRIPUNITHURA KRISHNADAS, tambour edaykka
BRIGITTE CHATAIGNIER, cymbales nattuvan

Le Mohini Attam : du mythe à l'histoire
Le Mohini Attam (littéralement "danse de l'enchanteresse") puise son origine mythologique dans les récits consacrés à Vishnou, le dieu protecteur de la trinité hindoue. Selon la légende issue des Purana, un des textes fondateurs de l'hindouisme, le dieu Vishnou aurait pris l'apparence de la nymphe Mohini afin de convaincre les démons de lâcher l'Amrita, l'élixir d'immortalité, qu'ils avaient dérobé aux Dieux durant le barattage de la mer de lait. La particularité du mythe de Mohini est l'association de ce pouvoir de séduction à l'essence féminine, non pour défier, combattre et anéantir l'ennemi, mais pour l'enchanter et le neutraliser en utilisant la beauté et le charme.
Du point de vue historique, il règne autour de l'origine et de l'évolution de cette forme spectaculaire un mystère qui met en question les différentes explications livrées par les spécialistes. Tout au plus est-il possible d'affirmer que le Mohini Attam vient de la tradition, ancienne en Inde, des danseuses de temple appelées devadasi ou « servantes de dieu » (que l'on peut dater avec assurance au moins du IXe siècle). On retrouve une première mention de cette danse dans les textes dès 1709, mais c'est au XIXe siècle que le Mohini Attam semble avoir connu son Âge d'or, sous le règne du Maharaja Swati Tirunal, illustre compositeur qui dédia une grande partie de son oeuvre et de sa vie à la protection et à l'essor du Mohini Attam. À la mort de ce royal protecteur, cette danse tomba progressivement en discrédit. Puis elle fut condamnée en 1895 à disparaître sous le coup d'un décret des colons britanniques qui en interdit la pratique, perçue comme trop sensuelle pour le puritanisme britannique.

Cependant, dans les années 1930 c'est-à-dire en pleine colonisation, le poète Vallathol chercha non sans difficultés à rétablir la pratique de cette danse. Il venait de fonder, dans un geste identitaire de préservation du patrimoine des autochtones, l'Ecole du Kerala Kalamandalam, un lieu dédié à la transmission des arts traditionnels du Kerala. En effet, si le Kathakali n'avait pas connu d'interruption dans son histoire, il en était tout autrement pour le Mohini Attam. O'Kalyaniamma qui fut sollicitée par Vallathol pour ouvrir une première classe de Mohini Attam, déjà âgée, ne se souvenait que de quelques danses d'un répertoire tombé dans l'oubli. Après elle, grâce au travail de praticiens et d'érudits, le Mohini Attam s'est développé et enrichi d'un large répertoire, avec deux grands styles traditionnels au Kerala, celui du Kalamandalam et celui de Kalyani Kutty Amma (dont Smt. Sreedevi Rajan est aujourd'hui l'héritière).

Le Mohini Attam : une dramaturgie du sentiment
Le Mohini Attam relève du style lasya (ou féminin et gracieux) fait de mouvements circulaires, de courbes et de spirales, réalisés sur un tempo lent ou modéré. L'expression des sentiments (ou abhinaya) y tient une place centrale : les jeux du regard et du visage comme le travail des mains (avec les mudra) forment un langage gestuel d'une grande précision. Parée du costume blanc et des ornements or et jasmin traditionnels, la danseuse partage en une synergie harmonieuse avec le public des chorégraphies singulières reposant sur des chants amoureux et dévotionnels et ce faisant invoque les divinités du panthéon hindou.
Au nombre des composantes du style Kalamandalam, l'on peut citer la coiffure (chignon sur le côté, suivant l'ancienne tradition du Kerala), mais surtout la position aramandalam de base (pieds au sol écartés, genoux pliés), ou celle, samam (debout, pieds joints), les circonvolutions du buste, l'ampleur des mouvements des bras, la rigueur du rythme et l'expressivité mesurée.
Quant à la musique liée au Mohini Attam elle résulte de deux styles traditionnels : le style carnatique classique de l'Inde du Sud, aux infinies variations, et le style dit sopana, propre au Kerala, plus sobre et épuré. Sa particularité est d'être inséparable d'un chant expressif (abhinayasangueetam) en sanskrit ou en malayalam selon un mode et un rythme spécifique à chaque composition (raga et tala). Le Mohini Attam mêle, comme nous le voyons pour ce récital, les percussions ' le mridangam (tambour ovale à deux peaux), l'edaykka (petit tambour à tension variable), les cymbales (natuvangam) et le violon qui vient soutenir le chant (on peut aussi trouver la vina et la flûte). Un bourdon continu donne la tonique et la quinte à tout l'ensemble.

Au programme : deux maîtres
Ce récital de danses est aussi un hommage rendu à ces deux maîtres, Kalamandalam Leelamma et Kalamandalam Kshemavathy, deux artistes de renom qui sont dans une transmission rigoureuse du Mohini Attam et s'attachent à suivre ce style traditionnel du Kalamandalam (d'où le titre qui leur est accordé), tout en proposant des interprétations personnelles.

Si elle excelle en tant que danseuse et chorégraphe, doyenne parmi les interprètes du Mohini Attam, Kalamandalam Kshemavathy est aussi experte en Baratha Natyam et en Kuchipudi. En 1964, elle fonde sa propre école à Trichur (Kerala Kalamandiram). Son passage au Festival d'automne de 1981 marque fortement les mémoires car le Mohini Attam est alors une découverte pour le public occidental. En 1985, sa venue lors de l'Année de l'Inde, à Paris, puis à la Maison de la danse de Lyon, achève de lui donner une reconnaissance hors de son pays. Invitée à l'ARTA en 1999, avec Kalamandalam Leelamma, elle enseigne son art à un public international. Honorée par de nombreux prix du gouvernement indien (dont le Senior fellowship), Kalamandalam Kshemavathy fait aujourd'hui autorité en matière de Mohini Attam.

Kalamandalam Leelamma, quant à elle, est aujourd'hui le maître le plus reconnu du Mohini Attam tel qu'il est pratiqué et enseigné au Kerala Kalamandalam. Elle est en ce sens l'héritière et la disciple de Kalamandalam Sathyabhama. Elle enseigne depuis 1973 à l'Ecole du Kalamandalam, berceau des arts traditionnels, aujourd'hui en tant que professeur émérite au département Danse de cette école ' devenue depuis peu université. Elle est membre du comité de l'Université de Shankara Sanskrit et a créé sa propre formation (Swathichitra) dévouant son temps à la recherche et au développement du Mohini Attam ' si bien qu'elle a reçu plusieurs distinctions du Ministère de la Culture en Inde pour ses recherches de chorégraphe.
Brigitte Chataignier et Brigitte Prost

La Maison des Cultures du Monde remercie Madame Namrata Kumar (Ambassade de l'Inde à Paris), l'Indian Council for Cultural Relations et Madame Brigitte Chataignier.

A voir :
La Danse de l'Enchanteresse
Un film d'Adoor Gopalakrishnan et de Brigitte Chataignier.
Production La Vie est Belle, 2007, 1h15, couleur
Distribution Les Films du Paradoxe
Disponible en DVD à l'entracte et à la fin de la représentation.
En savoir plus : www.compagnieprana.com

PROGRAMME DU 27 MARS 2010

KALAMANDALAM KSHEMAVATHY

Chorlettu : EKADANDA
Raga : Mallika. Tala : Adi
Musique : Pannicker
Cette danse ouvre le récital par une invocation à Ganesha, le dieu à tête d'éléphant, fils de Shiva et de Parvati, également appelé Ekadanda. Protecteur des arts de la scène, il détient la sagesse et écarte les obstacles. L'aspect lasya féminin et gracieux se mêle à la douceur des sentiments. Les bras de la danseuse figurent par instants les mouvements de la trompe et le battement des oreilles tandis que ses pas reproduisent la démarche majestueuse de l'animal. Le chant se compose de syllabes rythmiques variées (chollus), qui s'enchaînent les unes aux autres et accompagnent chaque mouvement de la danseuse.

Varnam : DANISAMAJENDRA GAMINI
Raga : Todi. Tala : Adi
Musique : Maharajah Swati Tirunal
Le varnam est une composition de style carnatique qui alterne danse pure et danse expressive. Danisamajendra décrit une héroïne séparée de son bien-aimé, le dieu suprême Padmanabha (Vishnou). L'héroïne confie sa peine et ses espoirs à sa chère amie Sakhi. Le sanchari, voyage à partir du texte, s'élabore sur le thème de Kamadeva, dieu de l'amour aux flèches fleuries, qui a pris l'héroïne pour cible.

Kîrtanam : KRISHNA NEYENNE ARIYILLA
Raga : Mallika. Tala : Mallika.
Poème de Sugathakumari
Ce poème décrit une gopika, une vachère de Vrindavan, et son admiration, sa dévotion et son amour secret pour Krishna. Elle n'a jamais cherché à attirer son attention comme les autres femmes. Elle se plaint à lui et lui dit : "Ô Krishna, tu ne me connais pas !" Pourtant, quand il arrête son chariot devant sa maison, elle découvre que Krishna connaît déjà tout d'elle'

Entracte 10 minutes

KALAMANDALAM LEELAMMA

Padam : AJITA HARE
Sri Ragam. Tala Adi
Poème : Muringoor Shankaran Potti, extrait de Kuchelavritham
Ce padam met en valeur la bhakti, la dévotion. Le dévôt Kuchela s'adresse à Krishna et évoque la révélation de la Bagavad Gita au moment où Krishna conduit le char d'Arjuna sur le champ de bataille : Ajurna ne veut pas combattre les Kauravas. C'est alors que Krishna lui révèle sa forme divine et le message spirituel et philosophique'

Padam : ILATALIR SAYANA
Raga : Punnagavarali. Tala : Misra chapu
Musique : Maharajah Swati Tirunal
L'héroïne s'adresse à son bien-aimé : "Pourquoi, ô mon époux, cette pâleur subite ? Les feuilles tendres nous font une couche moelleuse... Pourquoi te dérobes-tu à nos jeux d'amour ? Est-il juste que tu me trahisses ?..."

Padam : SRIMAN NARAYANA
Raga : Bhouli. Tala : Adi
Musique : Annamacharya
Le roi-démon Hiranyakashipu veut être vénéré par son fils Prahlada. Mais celui-ci n'adore que le Dieu Vishnou. Ce padam raconte comment Hiranyakashipu est anéanti par Vishnou sous son troisième avatar, l'homme-lion Narasimha.

TILLANA
Raga Danasri. Tala : Adi
Musique : Maharajah Swati Tirunal
Le tillana, offrande de joie en invocation au dieu Vishnou est une danse rythmée par des frappes de pieds et des mouvements stylisés du corps, dans un tempo plus rapide.

MANGALAM
Prière et salut final.

Durée du spectacle : environ 1 heure et 45 minutes


PROGRAMME DU 28 MARS 2010

KALAMANDALAM LEELAMMA

Chorlettu : EKADANDA
Raga : Mallika. Tala : Adi
Musique : Rajendran Master
Cette danse ouvre le récital par une invocation à Ganesha, le dieu à tête d'éléphant, fils de Shiva et de Parvati, également appelé Ekadanda. Protecteur des arts de la scène, il détient la sagesse et écarte les obstacles. L'aspect lasya féminin et gracieux se mêle à la douceur des sentiments. Les bras de la danseuse figurent par instants les mouvements de la trompe et le battement des oreilles tandis que ses pas reproduisent la démarche majestueuse de l'animal. Le chant se compose de syllabes rythmiques variées (chollus), qui s'enchaînent les unes aux autres et accompagnent chaque mouvement de la danseuse.

Varnam : SUMASAYAKA
Raga : Kapi. Tala : Rupaka
Musique : Maharajah Swati Tirunal
Le varnam est une composition de style carnatique qui alterne danse pure et danse expressive. Sumasayaka décrit une héroïne séparée de son bien-aimé, le dieu suprême Padmanabha. Dans la première partie de la danse, la danseuse personnifie la confidente Sakhi, chargée de transmettre le message à Krishna : "Ranime, ô Madhava, la belle femme qui agonise sous les flèches de l'amour, au comble du malheur. Cette femme, mon amie, le coeur dévoré de passion, passe son temps étendue sur ta couche chatoyante, ô Dieu au nombril de lotus et souffre de mille morts."
La deuxième partie du varnam est un développement harmonieux de séquences dansées.

Padam : SRIMAN NARAYANA
Raga : Bhouli. Tala : Adi
Musique : Annamacharya
Le roi-démon Hiranyakashipu veut être vénéré par son fils Prahlada. Mais celui-ci n'adore que le Dieu Vishnou. Ce padam raconte comment Hiranyakashipu est anéanti par Vishnou sous son troisième avatar, l'homme-lion Narasimha.

Entracte 10 minutes

KALAMANDALAM KSHEMAVATHY

SAPTA NAYAKA (Les sept héroïnes)
Raga : Mallika.
Musique : Vamanan Namputhiri
Extraits de la Gitagovinda, Jaya Deva (XIIe siècle)
Ce poème traditionnel chanté et dansé, raconte l'union de Krishna et de Radha. Dans cette danse narrative, le sentiment amoureux est exprimé dans toutes ses manifestations : la confidence, la séparation et la tristesse, la colère, le désir' La danseuse personnifie tour à tour : Radha (dans les héroïnes), Sakhi (sa confidente et messagère) et Krishna.

OMANA TINGAL KETAVO
Raga : Kurinji Navarasa. Tala : Misra Chapu
Musique : Irayiman Tampi
Cette illustre berceuse, toujours chantée dans les foyers au Kerala, a été composée au XIXe siècle pour bercer l'enfant royal Swati Tirunal. Ce chant décrit l'amour d'une mère pour son enfant. Elle le compare à la beauté divine de la nature : le lustre de la lune pleine, les fleurs de lotus épanouies, le coucou chanteur, le paon qui oscille, l'arbre à souhait... Ce petit chéri, n'est-il pas descendu sur terre en revêtant une forme comparable à celle du dieu Krishna ? Par quelle grâce divine est-il arrivé ?

TILLANA
Raga : Bhupalam. Tala : Adi
Musique : Maharajah Swati Tirunal.
Le tillana, offrande de joie en invocation au dieu Vishnu est une danse rythmée par des frappes de pieds et des mouvements stylisés du corps, dans un tempo plus rapide.

MANGALAM
Prière et salut final.

Durée du spectacle : environ 1 heure et 45 minutes

Origine géographique

Inde

Mots-clés

Cote MCM

MCM_2010_IN_S2

Date du copyright

2010

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Inde. Maîtres du Mohini Attam, danse classique du Kerala. Vidéos Inde 2010-03-27 Vidéo numérique
Inde, Kerala. Musiciens et chanteur du Mohini Attam. Bénédictions et offrandes. Photos Inde 2010-03-27 Photo numérique
Inde, Kerala. Kalamandalam Leelamma, Maître du Mohini Attam. Photos Inde 2010-03-27 Photo numérique
Inde, Kerala. Kalamandalam Kshemavathy, Maître du Mohini Attam. Photos Inde 2010-03-27 Photo numérique
Titre Localisation Date Type
14e Festival de l'Imaginaire 2010