Ressource précédente
Ressource suivante

Mauritanie. Coumbane mint Ely Warakane. Spectacle

Collection

Type de document

Évènement

Titre

Mauritanie. Coumbane mint Ely Warakane. Spectacle

Sous-titre

Le chant des griots

Date

2011-04-10

Artistes principaux

Lieu de l'évènement

Type d'évènement

Musique

Description de la pratique

Musique du monde de l'Islam

Coumbane mint Ely Warakane. Le chant des griots de Mauritanie
Avec Coumbane mint Ely
Warakane, chant et harpe ardin
Cheikh ould Abba, luth tidinit
Bechir ould Meguet, timbale tbal
Lemate mint Soukabe & Yaghouta Ahmedou El-Meydah, choeur

Chanteurs, instrumentistes, maîtres de la parole, les griots sont les détenteurs quasi exclusifs d'une musique savante qu'ils se transmettent de génération en génération. Dans les temps anciens, chaque chef avait ses griots qui assuraient sa promotion publique en chantant ses louanges et en décrivant la noblesse de son personnage, protecteur des faibles et terreur des ennemis. Mais c'est lors des veillées sous la tente que leur musique s'appréciait le mieux : une musique requérant la participation des auditeurs par leurs exclamations de plaisir et par les poèmes improvisés qu'ils murmuraient à l'oreille des musiciens : joutes poétiques, jeux de mots, allitérations, allusions cachées, messages secrets aux jeunes filles, jongleries verbales avec les références littéraires' ; ces jeux séduisants produisaient de petits chefs-d'oeuvre dont le souvenir s'est perpétué.


Cette société nomade a survécu à la colonisation, mais non à la sécheresse des années soixante-dix et à l'urbanisation massive qui s'en est suivie. Désormais, les griots interviennent souvent devant un public nombreux, sans formation musicale, notamment dans des fêtes, par exemple de mariage, qui requièrent une sonorisation excessive. Les griots se sont adaptés de façon remarquable à cette situation en créant une musique nouvelle vigoureusement sonorisée, de caractère festif et plus populaire, qui abandonne les délicats instruments traditionnels au profit des guitares et claviers. Les anciens évoquent avec nostalgie les veillées d'autrefois et regrettent la perte de la partie la plus raffinée de leur patrimoine.

Dans ce concert, Coumbane propose une voie intermédiaire qui peut constituer une vraie solution d'avenir pour cette musique savante. Sans prétendre restaurer de manière artificielle une séance de "musique de tente", elle reste au plus près des formes et des sonorités de la musique classique. Cela passe par l'utilisation des instruments traditionnels :
la tidinit, le luth soudanais des griots et l'ardin, la harpe maure des griottes, et le respect d'un programme où s'enchaînent selon un ordre préétabli les différents modes et sous-modes mélodiques aux ambiances et couleurs expressives bien particulières.


Les griots maures disposent d'un système modal complexe. Il comporte cinq modes pentatoniques principaux ; ceux-ci sont divisés en sous-modes qui les "colorent" en insistant sur un intervalle, un motif ou par l'ajout d'un degré supplémentaire.
Les instrumentistes disposent dans ce but de tout un vocabulaire technique. L'ordre des modes et des sous-modes est imposé.


À l'intérieur de chaque sous-mode, les musiciens commencent par une première partie non mesurée qui comporte une introduction instrumentale suivie d'une sorte de récitatif accompagné par les instruments. C'est là que sont chantés les bayt, poésies en arabe littéraire ou en hassaniya, l'arabe dialectal de Mauritanie.
lI est recommandé de choisir des poèmes un peu raffinés et qui peuvent être très longs. Cette partie est très caractéristique de la musique maure mais, dans les prestations musicales actuelles, elle est souvent écourtée car elle tend à ennuyer les auditeurs contemporains.

La deuxième partie est composée de shwar (sing. shawr). Ces morceaux au rythme mesuré sont accompagnés de percussions, soit en soutien discret sur le rythme de base, soit au contraire de manière énergique et variée dans les morceaux brillants, notamment de louange ou de danse. Traditionnellement, la voix et l'instrument exécutent le motif mélodique du shawr en alternance.


La musique des griots maures repose donc sur un système savant, un patrimoine commun à tous qui s'est constitué peu à peu par l'intégration progressive d'éléments d'origines diverses, berbère, arabe et soudanaise.
Mais il ne peut être identifié à aucune de ces cultures musicales et doit donc être considéré comme un trésor original et précieux.
Coumbane appartient à une famille de griots de la région du Trarza. Toute jeune, elle est initiée au chant et à l'ardin par Wana mint Boubane, puis Saymali ould Hamoud Fall l'initiera au style raffiné du Tagant. Après une première prestation au Festival d'Agadir en 1986 aux côtés de Dimi mint Abba, elle va se produire régulièrement avec Wana mint Boubane et Mahjouba Mint El Meidah ainsi que dans le groupe de Saymali.
À la fin des années 90 Coumbane forme son propre groupe avec le tidiniste Cheikh ould Abba. Depuis elle enchaîne les mariages et les concerts privés ou publics, en Mauritanie mais aussi au Maroc où vit une importante communauté maure. Le chant de Coumbane allie avec aisance la puissance de la voix du Trarza, sa région d'origine, à la finesse et au délié du Tagant et ses vocalises sont proprement saisissantes.
Ajoutons à cela une rare maîtrise du jeu de harpe, une grande complicité instrumentale avec Cheikh ould Abba, son tidiniste, et une présence scénique envoûtante, cette artiste s'affirme comme l'une des grandes griottes maures d'aujourd'hui.
Michel Guignard

Remerciements au Centre culturel français de Nouakchott

Programme du concert

I. Mode Karr

1. Sous-mode Entamas
a) Medh, louange à Dieu
b) Shawr : "Jawnaya", autopanégyrique de la chanteuse.

2. Sous-mode El-kars
a) Dkhoul, introduction instrumentale
b) Shawr : "Edh-dheb" (L'Or)
"Avec la sécheresse, ma bien-aimée
s'est amaigrie. Mais je ne la quitterai pas.
La gazelle meurt où elle a vécu même
quand la sécheresse frappe. Tels Qaïs,
martyre de l'amour, vous les passionnés,
devriez mourir d'amour."

II. Mode Vaghou

1. Sous-mode Tanaddjouga
a) Dkhoul instrumental suivi de "Bayt harb"
"Allah, le Tout-puissant n'a pas de semblable,
Il est inaccessible à l'entendement humain.
Ses attributs atteignent la perfection,
Parmi les hommes, le Prophète est le meilleur."
b) "Tehzidine" : chant non mesuré puis mesuré accompagné de la danse avec deux harpes ardin
c) Shawr : "Tabl el-mahsar yanga" avec danse
"Le tbal du campement de l'émir résonne !
Aucun autre tbal ne lui est égal et il faut
qu'on puisse toujours l'entendre.
Je danse en l'écoutant car il est le plus beau,
le plus grand,
Il est connu pour sa bravoure et n'a jamais
résonné un jour de défaite."

2. Sous-mode Byadh Vaghou
Duo instrumental

III. Mode Le-khal

a) Dkhoul instrumental et bayt vocal
b) Shawr : "Ô mon amour"
c) Solo de tbal accompagné

IV. Mode Ez-zrag

a) Dkhoul instrumental et bayt : "Shatou wa dhibou" (Le chacal et la chèvre)
b) Shawr : "Ikhsarit viha dhal mahsar"
Évocation d'une joute poétique entre deux grands griots dans le campement de l'émir du Trarza.

V. Mode Le-byadh

1. Sous-mode Maqaddjuga
a) Dkhoul instrumental et bayt vocal
b) Shawr : "En vieillissant on cherche à se rajeunir"

2. Sous-mode Byad liyen
Shawr : "Manna khayvine" (Nous n'avons pas peur)
"Quand tu t'apprêtes à chanter Manna khayvine, nous accourons tous sans crainte
pour savourer ta musique, nous n'avons pas peur. Mais quand nous sommes là et
que tu chantes, nous avons peur [de ne plus t'entendre."

VI. Mode Le-btayt

1. Sous-mode Adh-dhal
a) Dkhoul et bayt : "Ya Rebbi ya el Majid" (Mon Seigneur, toi le Parfait)
"Mon Seigneur, toi le Parfait !
Fais en sorte que ma bien-aimée ne parte pas avant la fête.
Elle insiste pour s'en aller. Toi seul peux la retenir'"
b) Shawr : "Zein ou valih" (Beau et attrayant)
"Certains partent pour ramener du bétail,
d'autres recherchent de beaux tissus.
Moi, je ne recherche qu'Allah le très Grand
et mon medh (louange) est : 'Mariya zeina winguiya'."

2. Sous-mode Baygi
a) Dkhoul et bayt : "'And aguinz nzeila" (À Quinz, il y a un campement)
"À Quinz, il y a un campement. Je m'y
rends chaque nuit. Il y a là une jeune
fille qui va me faire mourir (d'amour).
Elle est insolente. Elle me dit : "Eh
le vieux ! Cherche-toi désormais une
vieille pour la nuit. Tu ne cesses de me
poursuivre. Pourtant, tu sais bien que tu ne
redeviendras jamais jeune"."
b) Shawr : "Dhal biya gal inou nassini" (Mon amour dit qu'il m'a oublié)
"Jamais je ne peux oublier que tu m'aimes
Il faut, chaque matin et chaque soir,
que tu viennes me voir
Crois-tu mon amour, toi, mon plus grand souci,
Qu'il y ait dans la vie quelque chose qui
puisse me pousser à t'oublier ?"
c) Shawr : "Aftout"

À écouter
Mauritanie.
Coumbane mint Ely Warakane
Collection INEDIT / Maison des Cultures du Monde (W260139)

À lire
Musique, honneur et plaisir au Sahara par Michel Guignard
Paris, Geuthner, 2005, 232 pages
(CD encarté).

Origine géographique

Mauritanie

Mots-clés

Cote MCM

MCM_2011_MR_S1

Date du copyright

2011

liste des contributeurs

Ressources liées

Filtrer par propriété

Titre Localisation Date Type
Mauritanie. Coumbane mint Ely Warakane. Photos Mauritanie 2011-04-10 Photo numérique
Mauritanie. Coumbane mint Ely Warakane. Vidéos Mauritanie 2011-04-10 Vidéo numérique
Titre Localisation Date Type
15e Festival de l'Imaginaire 2011